Flash Infos:

Covid-19 : La Banque mondiale vole au secours des Micros et petites entreprises du Bénin 


750 Vues

Ph: DR-: Monsieur Atou Seck, responsable des Opérations de la Banque mondiale pour le Bénin

La Banque mondiale a approuvé  ce 29 avril, un financement additionnel de 25 millions de dollars de l’Association Internationale de Développement (IDA) pour aider le Bénin à accompagner les micros et petites entreprises touchées par la crise de la COVID-19. Plus de 35.000 micros et petites entreprises du Bénin bénéficieront de cette subvention pour atténuer les effets pervers de la Covid-19 sur leurs affaires selon un communiqué de presse de l’institution.

Ce financement additionnel, combiné a une réallocation de 10 millions de dollars au sein du projet de compétitivité et de tourisme transfrontalier, permettra de mobiliser 35 millions de dollars pour maintenir en vie des entreprises normalement viables affectées et de préserver, dans la mesure du possible, les emplois existants. Environ 22 916 unités du secteur informel, 11 655 micro-entreprises formelles et 994 petites entreprises bénéficieront de subventions pour répondre à leurs besoins de liquidités à court terme.

« Les micros et petites entreprises, dont l’accès au financement formel était déjà restreint, ont du mal à obtenir les liquidités nécessaires pour maintenir leurs activités pendant la crise de la COVID-19. Une aide financière rapide est nécessaire pour leur survie », souligne Atou Seck, responsable des opérations de la Banque mondiale au Bénin. « Ce financement est aussi une bonne nouvelle pour les entreprises touristiques et les secteurs connexes dont les investissements et la croissance ont été plombés par la COVID-19 ».

Approuvé en mars 2016 pour un montant initial de 50 millions de dollars, le projet de compétitivité et de tourisme transfrontalier finance dans la ville de Ouidah de grands travaux tels que la réhabilitation du Fort portugais, la construction du Musée international de la mémoire de l’esclavage, la mise en valeur de sites et monuments du patrimoine le long de la route de l’esclave, la revitalisation urbaine du village historique de Zoungbodji et des circuits touristiques.

La Banque mondiale, l’une des principales sources de financements et de connaissances pour les économies en développement, prend des mesures rapides et de grande envergure pour aider ces pays à faire face aux conséquences sanitaires, sociales et économiques de la pandémie de COVID-19. Une enveloppe de 12 milliards de dollars (a) est notamment destinée à aider les pays à revenu faible et intermédiaire à assurer l’achat et la distribution de vaccins, de tests et de traitements anti-COVID et à renforcer leurs systèmes de vaccination. Ces financements s’inscrivent dans le cadre plus large de la réponse déployée par le Groupe de la Banque mondiale face à la pandémie, qui aide actuellement plus de 100 pays à renforcer leurs systèmes de santé, protéger les ménages les plus pauvres et installer les conditions propices à la préservation des moyens de subsistance et de l’emploi pour les populations les plus durement touchées.

L’IDA en question

L’Association internationale de développement (IDA) est l’institution de la Banque mondiale qui aide les pays les plus pauvres de la planète. Fondée en 1960, elle accorde des dons et des prêts à faible taux d’intérêt ou sans intérêts en faveur de projets et de programmes de nature à stimuler la croissance économique, à réduire la pauvreté et à améliorer la vie des plus démunis. L’IDA figure parmi les principaux bailleurs de fonds des 76 pays les plus pauvres de la planète, dont 39 se trouvent en Afrique. Les ressources de l’IDA permettent d’apporter des changements positifs dans la vie de 1,6 milliard de personnes résidant dans les pays éligibles à son aide. Depuis sa création, l’IDA a soutenu des activités dans 113 pays. Le volume annuel des engagements est en constante augmentation et s’est élevé en moyenne à 21 milliards de dollars au cours des trois dernières années, 61 % environ de ce montant étant destinés à l’Afrique. (Source : worldbank.org)


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page