Flash Infos:

Cour pénale Internationale (CPI) : La Béninoise Reine Alapini-Gansou élue vice-présidente  


1 158 Vues

PH:DR: La Juge Reine Alapini- Gansou, élue Vice-présidente de la CPI

Ce lundi 11 mars 2024, la Béninoise juge, Reine Alapini-Gansou est élu Vice-présidente de la Cour pénale internationale (CPI) ;  c’était à la faveur d’une séance plénière tenue par les juges de cette institution juridique pénale. En effet, la juge Tomoko Akane est élue Présidente de la CPI ; le juge Rosario Salvatore Aitala, Premier Vice-président et la juge Reine Alapini-Gansou, seconde Vice-présidente. Les membres de la Présidence sont élus pour une durée de trois ans avec effet immédiat. Le Bénin se trouve ainsi auréolée par cette ascension de la compatriote en ce mois de célébration des droits de la femme.

Aline ASSANKPON

«Je suis profondément honorée d’avoir été élue par mes collègues juges au poste de Présidente de la Cour pénale internationale. En cette période de défis pour la Cour, un leadership stable, collaboratif et unifié est nécessaire » a laissé entendre la nouvelle présidente élue. « Je me concentrerai sur la promotion du dialogue entre les organes de la Cour et les représentants de la défense et des victimes, ainsi que sur le renforcement du dialogue avec les Etats parties et les Etats qui n’ont pas encore ratifié le statut de Rome. Je donnerai également la priorité à la sécurité et au bien-être du personnel de la Cour » a-t-elle ajouté.

La mission de la CPI

La Présidence de la Cour Pénale Internationale (CPI), constituée d’un Président et de deux Vice-présidents, joue un rôle essentiel en définissant les orientations stratégiques pour l’ensemble de l’institution juridique et pénale. Elle assure la coordination avec les autres organes et consulte le Procureur sur les questions présentant un intérêt commun. Conformément au Statut de Rome, qui est le traité régissant le fonctionnement de la Cour, la Présidence est chargée de la bonne administration de la Cour, exception faite du Bureau du Procureur. Elle supervise les activités du Greffe et intervient sur de nombreuses questions d’ordre administratif touchant au fonctionnement général de la CPI. Elle examine en outre les recours formés contre certaines décisions du Greffier et conclut avec les Etats et les Organisations internationales des accords de coopération liant la Cour dans son ensemble.

Qui est Reine Alapini-Gansou ?

Née le 11 août 1956 à Abidjan (Côte-d’Ivoire), Reine Alapini-Gansou est une juge à la CPI depuis le 11 mars 2018, date de sa prise de fonction pour un mandat de neuf ans. Assignée à la Section préliminaire et la Chambre préliminaire A, Chambre de première instance IV, Chambre préliminaire I, Chambre de Première instance I, et Présidente de Section préliminaire du 10 avril 2019.

Avant de prendre ses fonctions à la CPI en 2018, la juge Reine Alapini-Gansou a passé 12 ans à la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, en Rapporteure spéciale sur les défenseurs des droits de l’homme en Afrique (2005-2009 et 2012-2017. Elle a été membre de plusieurs commissions des Nations Unies chargées d’enquêter sur des violations des droits de l’homme et a présidé le groupe de travail conjoint sur les procédures spéciales des Nations Unies des droits de l’homme et des peuples. En 20111, elle a été nommée juge à la Cour permanente d’arbitrage.

Auteur et coauteur de plusieurs publications, elle a enseigné à l’Université d’Abomey-Calavi au Bénin. Titulaire d’un diplôme d’études approfondies (DEA) délivré conjointement par les Universités de Maastricht (Pays-Bas), de Lomé (Togo) et de Bhutan, ainsi que d’un diplôme de Common Law de l’Université de Lyon 3 (France). Elle a également obtenu une maîtrise en droit des affaires et carrières judiciaires de l’Université nationale du Bénin.

La juge Alapini-Gansou est aussi titulaire de plusieurs diplômes dans le domaine du droit international des droits de l’homme  (1993-2002) délivrés par l’African Institute of Human Rigths de Banjul ; l’Institut international des droits de l’homme – Fondation René Cassin de Strasbourg et l’Organisation internationale de droit du développement de Rome.

La juge Alapini-Gansou a été admise au Barreau du Bénin en 1986. Elle a travaillé pour l’Association Avocats sans frontières (ASF) Belgique dans le cadre du projet « Justice pour tous au Rwanda » en 2001. Elle est aussi membre du Barreau pénal international. (Source : icc-cpi.int)

La juge Reine Alapini-Gansou est également membre de plusieurs Associations et Réseaux dont le Réseau WILDAF-Bénin.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page