Flash Infos:

FRADD-10 : Une taxe carbone sur les combustibles fossiles, les transports maritimes et aériens pourrait générer un financement supplémentaire pour le développement de l’Afrique


489 Vues

PH:DR: Pour un régime de taxation du carbone couvrant les combustibles fossiles

Un régime de taxation du carbone couvrant les combustibles fossiles, le transport maritime et l’aviation pourrait générer des fonds supplémentaires pour soutenir la transition énergétique en Afrique, a déclaré Claver Gatete, secrétaire exécutif de la CEA lors d’un dialogue sur le carbone (marchés et développement) organisé en marge du dixième Forum régional africain sur le développement durable (ARFSD-10) à Addis-Abeba, en Éthiopie.

« Si elle est combinée à d’autres mesures politiques, la taxe carbone pourrait contribuer à atténuer les émissions résiduelles qui ne peuvent être traitées par les marchés de crédits carbone, ni par les subventions et les technologies. Une telle taxe pourrait permettre aux pays de mieux répondre à leurs engagements de contribuer à la réduction de l’instabilité climatique », a déclaré M. Gatete.

En référence aux études préliminaires de la CEA sur les avantages de la taxe carbone, M. Gatete a noté que la taxe carbone dans les chaînes d’approvisionnement mondiales pourrait permettre à des pays comme l’Égypte et l’Éthiopie de récolter des revenus substantiels qui pourraient être réaffectés à la recherche et au développement dans les secteurs de l’aviation et de la marine.

Les études de la CEA indiquent également qu’investir dans des solutions fondées sur la nature dans les pays africains pourrait générer jusqu’à 82 milliards de dollars par an au prix de 120 dollars par tonne d’équivalent CO2.

« Les énergies renouvelables et les puits de carbone des forêts et d’autres écosystèmes représentent en effet un énorme potentiel que les pays devraient exploiter pour générer des revenus supplémentaires et soutenir les efforts en cours visant à construire des économies vertes et bleues résilientes au climat et aux catastrophes. Cela permettrait aux pays de progresser davantage vers leurs objectifs de durabilité », a déclaré M. Gatete.

Soulignant l’importance de décarboner les économies et d’élargir les sources de revenus grâce à l’énergie propre, Albert Muchanga, commissaire chargé du développement économique, du commerce, de l’industrie et des mines à la Commission de l’Union africaine, a déclaré que la décarbonisation des économies par la taxation du carbone est cruciale pour faire face à la crise climatique. Cependant, cela nécessite un engagement fort avec les parties prenantes aux niveaux national et mondial pour réussir.

« Les économies africaines sont petites et fragmentées, leur intégration est nécessaire pour une approche unifiée visant à promouvoir une transition verte à travers le continent », a déclaré M. Muchanga.

Les discussions lors de la séance de dialogue se sont concentrées sur les quatre thèmes des marchés du carbone : les marchés du carbone volontaires, les marchés du carbone de conformité, l’article 6 de l’Accord de Paris et les marchés de la taxe carbone. Les experts ont souligné qu’il ne suffit pas de compter uniquement sur l’échange de crédits carbone et que des négociations équitables et une allocation des ressources sont nécessaires pour remédier efficacement aux disparités de développement.

 

Dans sa contribution à la discussion, Ahunna Eziakonwa, directrice régionale du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), a déclaré que les crédits de carbone climatique ont le potentiel de relever les défis financiers auxquels le continent est confronté, mais que des accords favorables et la garantie que les ressources sont orientées vers des initiatives de développement sont essentiels pour y parvenir. garantir que l’action climatique en Afrique soit efficace et durable.

« Au-delà de la simple compréhension de l’espace du marché du carbone et des crédits carbone, il est nécessaire que des experts conseillent les gouvernements sur les différentes options disponibles pour l’Afrique et les aident à comprendre les opportunités présentées par les marchés du carbone en tant que source de financement du développement et comment ils fonctionnent », a déclaré Mme Eziakonwa ajoute que cela nécessitera un engagement fort avec les producteurs, les consommateurs, les investisseurs et de nombreuses autres parties prenantes.

« La mise en œuvre de la taxe carbone nécessite une analyse fondée sur des données probantes et un engagement des parties prenantes, notamment les décideurs politiques, les investisseurs et les organisations de la société civile. »

Partageant les résultats des principales conclusions sur les émissions de carbone dans l’industrie du transport maritime, Jan Hoffmann, chef du Service de la logistique commerciale, Division de la technologie et de la logistique de la CNUCED, a déclaré que le changement climatique avait un impact disproportionné sur les petits États insulaires en développement et les pays côtiers.

« Les émissions de dioxyde de carbone ont augmenté de 21 % au cours de la dernière décennie dans le secteur du transport maritime, qui constitue une préoccupation majeure dans les pays africains. L’Afrique a besoin de carburants alternatifs pour devenir compétitive », a-t-il déclaré.

« Pour que les pays africains deviennent des fournisseurs de carburants alternatifs, il est nécessaire d’investir dans les infrastructures et le commerce pour compenser les coûts plus élevés résultant de l’atténuation du changement climatique », a-t-il ajouté.

Expliquant pourquoi les économies bleues et vertes sont importantes pour l’Afrique afin d’atténuer le changement climatique, James Kairo, chercheur principal à l’Institut de recherche marine et halieutique du Kenya, a déclaré que les forêts de mangroves et d’autres écosystèmes de carbone bleu sont cruciaux pour atteindre les ODD, en particulier l’ODD14, car ils fournissent un habitat vital pour la pêche et soutiennent la biodiversité.

Cependant, M. Kairo a déclaré que ces écosystèmes sont menacés en raison du manque de sensibilisation, de renforcement des capacités et de mobilisation des ressources. Pour y remédier, nous devons donner la priorité à la protection et à la restauration de ces écosystèmes.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page