Flash Infos:

La BAD et la BDEAC prêts à financer l’extension du chemin de fer camerounais vers le Tchad


1 205 Vues

Selon Adoum Younousmi, ministre tchadien des Infrastructures, des Transports et de l’Aviation civile, deux banques régionales africaines sont déjà intéressées par le financement du projet d’extension du chemin de fer du Cameroun au Tchad. Il s’agit, a-t-il précisé dans une interview au quotidien gouvernemental camerounais, de la Banque africaine de développement (BAD) et de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC).

Ph: DR- Adoum Younousmi, ministre tchadien des Infrastructures, des Transports et de l’Aviation civile

Ph: DR- Adoum Younousmi, ministre tchadien des Infrastructures, des Transports et de l’Aviation civile

En rappel, l’accord relatif à la réalisation de ce projet a été signé le 3 juin 2014 à Ndjamena, la capitale tchadienne, entre les ministres des Transports du Tchad et du Cameroun. Les parties contractantes, a-t-on appris pendant la signature de l’accord, ont choisi le groupe Bolloré Africa Logistics comme partenaire technique du projet. Ce d’autant que l’une des filiales de ce groupe français, la Cameroon Railways (Camrail) en l’occurrence, est concessionnaire du chemin de fer camerounais. Le partenaire technique, entre autres attributions, sera chargé de trouver les financements nécessaires.

Bien que le tracé de cette extension du chemin de fer camerounais vers le Tchad n’ait pas encore été officiellement révélé, l’agence Ecofin a pu apprendre de sources proches du dossier, qu’il partira du terminus de Camrail de Ngaoundéré (Cameroun) pour Ndjamena, la capitale tchadienne, sur une longueur de 1400 Km, pour un investissement estimé à environ 1400 milliards de francs Cfa.

Ce tracé exclu l’hypothèse n°2, la plus prisée par la classe politique et la population tchadienne, et qui consistait à étendre le chemin de fer camerounais de Ngaoundéré (Cameroun) à Moundou (capitale économique du Tchad), pour un investissement de 1160 milliards de francs Cfa, afin de desservir le Nord du Tchad. Cependant, précisent nos sources, «le gouvernement tchadien s’est engagé à construire, lui-même, l’extension de ce chemin de fer entre Ndjamena et Moundou». (Agence Ecofin)

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page