Flash Infos:

9ème Session du FRADD à Niamey : Le président Mohamed Bazoum appelle à l’accélération de la mise en œuvre des agendas 2030 et 2063


1 235 Vues

PH:DR: Mohamed BAZOUM, président de la République du Niger

Niamey, la capitale du Niger a abrité du 28 février au 02 mars 2023, les travaux de la 9ème Session du Forum Régional Africain pour le Développement  Durable (FRADD). Le Président Nigérien, Mohamed Bazoum, assisté du Président de l’Assemblée nationale du Niger, Seyni Oumarou, du Premier ministre, Chef du Gouvernement Ouhoumoudou Mahamadou et plusieurs responsables d’institutions internationales dont le Secrétaire exécutif par intérim de la CEA, Antonio Pédro et la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies, Amina Mohamed sont intervenus pour l’ouverture officielle des travaux.

 La 9ème Session du Forum Régional Africain pour le Développement  Durable (FRADD) intervient dans un contexte de la relance d’une Afrique confrontée à plusieurs défis. « Accélérer la reprise inclusive et verte après de multiples crises et la mise en œuvre intégrée et intégrale de l’agenda 2030 pour le développement durable de l’Agenda 2063 », c’est le thème de cette édition 2023.

«Etant donné les changements climatiques au Sahel, le gouvernement travaille dans le cadre de la mise en œuvre des engagements pris pour travailler en faveur de la Coopération régionale et internationale » a rappelé le Gouverneur de la région, Oudou Ambouka, dans son mot de Bienvenue pour planter le décor. Le président de la République du Niger va insister sur les voies et moyens à suivre pour l’atteinte des agendas 2030 et 2063 selon la publication du confrère Ibrahim Moussa de la Roue de l’histoire.com du Niger.

« Nous devons tous nous convaincre d’une évidence : la réalisation de réels progrès dans la mise en œuvre e l’Agenda 2030 des Nations Unies et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine qui passe nécessairement par ces efforts qui mettront l’accent sur la promotion d’un monde juste fondé sur des droits équitables et inclusifs de nature à promouvoir une croissance économique inclusive, la protection de l’environnement et la prise en charge des intérêts des générations futures » a déclaré le Président  Mohamed Bazoum.

Lire aussi  CEA : Une nouvelle étude de la CEA montre qu’il se peut que l’Afrique n’atteigne pas les objectifs de l’ODD7  

Mohamed Bazoum a manifesté son inquiétude au rythme actuel des choses, sur l’atteinte des objectifs de l’agenda 2030 pour les pays africains ; d’où la nécessité d’accélérer les progrès, surtout au regard de certaines contraintes telles que l’insécurité et les impacts des changements climatiques susceptibles de remettre en cause les acquis jusqu’ici obtenus. Cependant, dans ses analyses, il n’a pas occulté la question de l’eau, dont la gestion saine et durable est essentielle pour l’atteinte de la cible 6 des ODD.

Rappelons que cette 9ème Session du FRADD fait suite à la 8ème tenue en 2022 à Kigali (Rwanda). Celle-ci a offert l’occasion à la présidente sortante du Bureau, Secrétaire d’Etat du Cap-Vert, Mme Adagiza  Barboza, de qualifier le FRADD comme une occasion unique de transformer l’Afrique en un lieu d’échanges sur le devenir du continent avant de faire le bilan de son exercice.  Selon Mme Adagiza  Barboza , le Bureau a mené plusieurs actions dont la sensibilisation au forum politique de haut niveau sur le développement rural lors des réunions des comités intergouvernementaux des Hauts fonctionnaires et Experts de la CEA. A ce propos, elle exhorta les pays à intensifier les efforts sur quatre axes principaux à savoir : le développement et le renforcement des mécanismes innovants ; la mise en place de la Grande muraille bleue sur les mers et océans ; l’accélération de la mise en œuvre des ODD et l’Agenda 2063 et enfin le renforcement de la capacité des jeunes et des femmes à tirer profit de la numérisation, la science et la technologie

Ph: DR; M. Antonio PEDRO, Secrétaire exécutif par intérim de la CEA

Pour sa part, le Secrétaire exécutif par intérim de la CEA, M. Antonio Pedro s’est réjoui de la Coordination du Forum par le ministre nigérienne de l’environnement, tout en appréciant la capacité du Niger d’héberger les hôtes pour échanger sur les sujets d’une haute importance. «Ce neuvième forum va échanger sur le développement durable et l’atteinte des ODD  2030 et l’agenda 2063 de l’Union africaine » a souligné M. Pedro.

Lire aussi  9ème Session de FRADD : Mobiliser des financements pour une transition juste et une reprise inclusive grâce à des partenariats innovants

Pour assurer le développement durable de l’Afrique, il faut mettre en avant la transformation structurelle du continent à travers le développement du digital ainsi que la relance des chaînes de valeur durable. De même que l’intégration verticale et horizontale, ainsi que l’harmonisation du travail des Nations Unies pour l’atteinte des objectifs de l’agenda 2030 et 2063 en promouvant basée sur les résultats et les actions en faveur climat. « Notre rencontre soit aujourd’hui la première pour la mise en œuvre et sur la projection de l’Afrique que nous voulons ».

Par ailleurs, la question de la réduction de la pauvreté en Afrique doit être une priorité pour l’atteinte des deux agendas a mentionné pour sa part, la présidente du Conseil économique et social des Nations Unies. Quant à la représentante du Président de la Commission de l’Union africaine (CUA), Dr Monique Nsanzabgwa : L’année passée l’Union africaine a organisé un sommet sur l’industrialisation. On doit investir dans la chaine des valeurs durables et on doit travailler sur les initiatives telles que la Grande muraille bleue pour les mers et les océans. Aussi, il urge d’orienter les deux agendas vers les jeunes gens pour leurs atteintes compte tenu de la crise actuelle qui a montré les limites des pays africains.

Ph;DR: Mlle Anita Hamidou et Jafar Moustapha, âgés respectivement de 12 et 11 ans, ont plaidé pour une synergie africaine face au développement durable au nom de la jeunesse africaine

Selon le président de la CUA, si rien n’est fait dans l’immédiat, leur avenir risque d’être compromis, les jeunes par la voix de Mlle Anita Hamidou et Jafar Moustapha, âgés respectivement de 12 et 11 ans, ont plaidé pour une synergie africaine face au développement durable. Ils ont exigé d’être désormais associés dans des initiatives qui les concernent. «Jeunes volontaires pour l’environnement, nous devons préserver notre planète en plantant et entretenir des arbres dans nos écoles. Les générations passées et présentes ont satisfait leurs besoins, laissons-nous un héritage d’une planète saines », ont-ils plaidés devant le président de la République du Niger, Mohamed Bazoum et la Secrétaire générale adjointe des Nations Unis, Amina Mohamed qui a mesuré toute l’ampleur de la situation que vit la planète actuellement : « Nous vivons des crises qui freinent le développement  des générations futures.

Lire aussi  CEA : Gérer le fardeau de la dette de l’Afrique pour stimuler le développement

Au Sahel, il y a l’urgence climatique, nous nous dirigeons vers 2,5 degrés de réchauffement, ce qui veut dire qu’on a atteint 50 % des changements climatiques. Ce n’est pas le moment de désespérer, l’Afrique tend vers le progrès, le 21ème siècle doit être celui de développement de l’Afrique ».

Ph:DR: La responsable onusienne très optimiste quant au développement durable du continent

La responsable onusienne reste optimiste quant au développement durable du continent. Selon elle, on peut changer les cours des choses pour atteindre les objectifs des ODD en extirpant les 63 millions de personnes qui vivent dans la pauvreté sur le continent africain. Elle mise donc sur les économies vertes et le digital qui doivent faire sortir  les populations de la pauvreté. A titre illustratif, elle a évoqué le bassin du Congo, qui constitue une plateforme pour le marché de carbone.

« On doit travailler sur les progrès tangibles et la résilience climatique doit être accrue. Nous avons besoin des réformes pour l’architecture globale. Travailler non pas pour les intérêts des riches mais de continuer à développer des réformes pour montrer que les pays africains peuvent mieux faire en allant vers des structures de la société civile, afin d’accélérer l’atteinte des agendas 2030 et 2063 » a déclaré Mme Amina Mohamed.

Le Forum régional africain pour le Développement durable (FRADD) constitue une plateforme pour le partage d’expériences, de bonnes pratiques et de leçons apprises dans les efforts de mise en œuvre des deux agendas.

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page