Flash Infos:

DRC-Africa Business Forum : Vera Songwe appelle les dirigeants africains à une solide chaîne de valeur régionale pour les batteries, les voitures électriques et les énergies renouvelables.


261 Vues

Ph/DR: La Sous Secrétaire des Nations Unies, Secrétaire exécutive de la CEA, Mme Vera Songwe au dialogue politique présidentiel du Forum RDC-Afrqiue Business

Au Forum RDC-Afrique Business, la Secrétaire adjointe des Nations Unies, Secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), Vera Songwe appelle à une mobilisation d’acteurs économiques comme les compagnies minières, les investisseurs, les propriétaires des connaissances et des technologies et les acheteurs en vue d’accroître la part africaine du marché de batteries électriques, de véhicules électriques et d’énergies renouvelables dans le marché mondial.

Aline ASSANKPON

«Développer une chaîne de valeur régionale autour de l’industrie des batteries électriques et un marché des véhicules électriques et des énergies propres » C’est le thème retenu pour ce forum de deux jours (24 et 25 novembre 2021 qui se déroule à Kinshassa en RDCongo.

A la cérémonie d’ouverture du forum, Mme Vera Songwe analyse le contexte de la dynamique de transition mondiale vers un monde qui vise la neutralité en carbone et les énergies renouvelables. Ce contexte nécessite donc des changements transformationnels dans divers aspects liés à la gestion durable des ressources naturelles.

«Ce basculement a stimulé la demande de voitures électriques, remplaçant les moteurs à combustibles fossiles, et les investissements dans les système de stockage alimentés par des batteries » a déclaré Vera Songwe.

« Les batteries aux lithium-ions sont indispensable pour la transition énergétiques et sont considérés comme la technologie la plus pertinente pour alimenter le secteur des transports et de l’énergie afin d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris et les ODD » a-t-elle ajouté.

Lire aussi  Forum RDC-Afrique Business – 2021: La RDC veut promouvoir une industrialisation axée sur les ressources naturelles

Selon Vera Songwe, à l’instar de la RDC qui représente près de 70 % de la production mondiale de cobalt,  l’Afrique dispose d’importantes réserves d’autres minerais stratégiques tels que le lithium, le manganèse, le graphite, le nickel, le cuivre, le phosphore, l’aluminium, le fer, etc. Ces ressources minérales créent ainsi la possibilité d’une solide chaîne de valeur régionale pour les batteries, les voitures électriques et les énergies renouvelables.

«La demande totale de métaux pour les batteries lithium-ion atteindra 13,5 millions de tonnes d’ici 2030. Elle offre à l’Afrique la possibilité d’exploiter efficacement ces minerais stratégiques et de briser le cercle vicieux découlant d’une indépendance excessive à l’égard de l’exportation de ressources naturelles, en créant davantage de valeur sur le continent, en renforçant les capacités de production et en développant les exportations et le commerce intra-africain grâce à la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf)».

En attirant l’attention des pays exportateurs de matières premières  qui se contentent seulement de l’exploitation minière et du traitement des minerais. « Ils demeurent confinés au bas de la chaîne de valeur mondiale et ne capte que 3% d’une valeur mondiale totale qui devrait atteindre 8800 milliards de dollars d’ici 2025 et 46.000 milliards de dollars d’ici 2050 » a déclaré Vera Songwe.

Le Forum RDC-Afrique Business présente donc une opportunité pour l’ascension de l’Afrique dans cette chaîne de valeur. « C’est donc une opportunité pour la RDC de diversifier son économie pour ajouter de la valeur sur les minerais bruts et fabriquer des précurseurs de batteries sur place. C’est également une opportunité pour créer des emplois tout au long de la chaîne de valeur afin de parvenir à transformer structurellement l’économie » souligne la Secrétaire exécutive de la CEA.

Aujourd’hui en RDC, le secteur minier contribue à 98% des exportations, 18% du PIB et 11% des emplois. La valeur du marché des exportations des minerais pour les batteries est de 11 milliards de dollars et elle grimpe à 271 milliards de dollars lorsqu’il s’agit de la production des précurseurs ; pendant que le PIB de la RDC est environ 50 milliards de dollars analyse Vera Songwe. « Si la RDC capture 20% de la part du marché de production de batteries, cela ajouterait environ 54 milliards de dollars US au revenu de la RDC et le PIB atteindra les milles milliards (trillion) de dollars».

Lire aussi  Forum RDC-Afrique Business – 2021 : «Développer une chaîne de valeur régionale autour de l’industrie des batteries électriques et un marché des véhicules électriques et des énergies propres ».

Au regard des avantages que la transformation des ressources naturelles sur place entraînerait au pays, la mobilisation d’acteurs économiques comme les compagnies minières, les investisseurs, les propriétaires des connaissances et des technologies et les acheteurs s’avère donc très importante. «Nous avions réussi à mobiliser tous ces acteurs clés afin de faire de la RDC une destination phare pour la production de précurseurs de batteries dans un avenir proche, sous réserve de la réalisation d’études de faisabilité et de plans de développement pertinents » conclut-elle.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page