Flash Infos:

Forum RDC-Afrique Business – 2021 : «Développer une chaîne de valeur régionale autour de l’industrie des batteries électriques et un marché des véhicules électriques et des énergies propres ».


203 Vues

Ph/DR: Une initiative pour sortir l’Afrique de l’obscurité

Kinshassa, la capitale de la République Démocratique du Congo, abrite les travaux du Forum RDC-Afrique Business-2021 (en anglais, DRC-Africa Business Forum) dans le somptueux Palais des peuples.  Placé sous le haut patronage du président de la République, Président en exercice de l’Union africaine, SEM. Félix Antoine Tshisékédi, Tshilombo, l’objectif de ce forum est de «Développer une chaîne de valeur régionale autour de l’industrie des batteries électriques et un marché des véhicules électriques et des énergies propres ». C’est le thème principal de cette première édition qui, durant deux jours, (les 24 et 25 novembre) d’intenses réflexions, débats  et  échanges vont déboucher sur des engagements concrets afin de permettre à l’Afrique de passer d’une croissance brune à une croissance verte.

Aline ASSANKPON

PH/DR: Une photo de famille de quelques personnalités présentes au Forum RDC-Afrique Business

Avant l’ouverture officielle des travaux du Forum RDC-Afrique Business, les participants ont eu droit à une présentation introductive du ministre de l’Industrie de la RDC, Julien Paluki Kogongya, sur le développement des chaînes de valeur régionale ; l’exploitation des ressources minérales dont regorgent la RDC et l’Afrique. «La RDC se positionne de plus en plus comme pays solution dans la transition écologique et énergétique et se donne l’ambition aujourd’hui d’être le leader mondial dans la production des précurseurs des batteries électriques et, partant des voitures électriques ». «Outre le cobalt dont la RDC est le 1er producteur au Monde, le continent africain est doté d’importantes réserves de manganèse, de graphite, de cuivre et d’autres minéraux qui entrent dans la composition des batteries lithium-ion. Il est donc urgent que l’Afrique dével­oppe une solide chaîne de valeur régionale pour les batteries, les voitures électriques et les énergies renouvelables » a ajouté M. Paluku.

Ensuite, c’est le tour du Dr Kwasi Ampofo, Directeur des Mines et Métaux, Bloomberg NEF de la RDC, le cabinet qui a réalisé l’étude comparative sur la fabrication des éléments précurseurs qui entrent dans la fabrication des batteries utilisées dans les véhicules électriques et dans les chaînes de productions des énergies renouvelables. «La présentation de l’analyse de marché sur la compétitivité de la RDC et de l’Afrique dans la chaîne de valeur et le marché des batterie, des véhicules électriques et des énergies renouvelables. Cette étude confirme aujourd’hui que la RDC peut être compétitive sur le marché mondial des véhicules électriques grâce à une industrialisation et une transformation structurelle de ses ressources naturelles. Ce qui pourrait permettre de résoudre l’épineuse question de la pauvreté en RDC et en Afrique.

Lire aussi  DRC-Africa Business Forum : Vera Songwe appelle les dirigeants africains à une solide chaîne de valeur régionale pour les batteries, les voitures électriques et les énergies renouvelables.

Outre, ces deux présentations, une dizaine d’allocutions ont ponctué la cérémonie d’ouverture : Des Représentant de sa majesté du Royaume du Maroc et du président Gabonais, Ali Bongo aux présidents de la Zambie, Hakaindé Hichelema et de la RDCongo, Félix Antoine Tshisékédi Tshilombo, en passant par le président de la Fédération du président des Entreprises du Congo, Albert Yuma ; le ministre congolais des Finances, Kazadi Kadima Nicolas, la ministre des Mines, Mme Antoinesse Nsamba et le Représentant de la Sous-Secrétaire des Nations Unies, Secrétaire exécutive de la CEA, Mme Vera Songwe.

En effet, le présent forum, DRC-Africa Business Forum, constitue une véritable opportunité pour les leaders des secteurs publics et privés pour accorder leurs points de vue sur les enjeux du développement de l’Afrique et plus particulièrement sur le processus de la transformation structurelle voulue par tous. Un cadre adéquat pour passer à la transition des économies africaines d’une croissance brune à une croissance verte en cette difficile de la pandémie de Covid-19. Cette transformation structurelle appelle donc à une croissance verte, plus résiliente et diversifiée, respectueuse de l’écosystème environnemental et du capital naturel.

Ph/DR: SEM, le président de la République Démocratique du Congo, président en exercice de l’Union africaine, Félix Antoine Tshisékédi Tshilombo à l’ouverture officielle de Forum

«C’est l’unique chance que nous avons car cette transformation structurelle stimule la demande de certains métaux, la spécialisation de ceux qui entrent dans la fabrication des batteries pour le stockage de l’énergie intermittente et la motorisation électrique » a déclaré le président congolais, Félix Antoine Tshisékédi Tshilombo pour qui la transition mondiale vers l’économie verte appelle à la décarbonisation des économies.

Lire aussi  Forum RDC-Afrique Business-2021 : La belle aventure de Kinshassa est désormais  le point de départ de la renaissance africaine.

En effet, la RDC, pays exportateur de matières premières est toujours bloqué au bas de l’échelle, (exploitation minière et traitement des minerais) et ne capte que 3 % de la valeur mondiale totale qui devrait atteindre 8.8 milles milliards de dollars d’ici 2025. La RDC représente ainsi 70% de la production mondiale de cobalt avec une production annuelle estimée à environ 100 milles tonnes. Le pays dispose de plus de 25 millions de tonnes de réserves de Cobalts identifiées dans son sous-sol, soit les 2/3 des réserves mondiales. L’étude Blooberg confirme également qu’à côté de Cobalt déjà existante, il y a le cuivre, le lihium-ion, l’étain, du nickel, du manganèse et de l’aluminium. Un scandale géologique, des métaux dont la RDC détient des réserves considérables.

«Notre sous-sol est doté d’importantes ressources minérales pouvant contribuer au développement des énergies propres ; ce qui place le pays dans une position stratégique pour jouer un rôle de premier plan dans cette perspective et permette éventuellement la concrétisation de la célèbre phrase de Frantz Fanon : «L’Afrique a la forme d’un révolver dont la gâchette se trouve en RDC» précise le président Tshisékédi.

 La RDC est désormais au cœur de la transformation structurelle de l’Afrique qui sans doute, est le continent le mieux doté en termes de richesses naturelles. Une occasion toute offerte à l’Afrique qui peut capitaliser ces opportunités sur le développement des chaînes de valeur régionale, en construisant l’industrie des batteries dans un contexte d’intégration régionale de transition énergétique.

 A cet effet, un plan directeur d’industrialisation a été élaboré pour réaliser le nouveau paradigme d’industrialisation et qui met en exergue de manière claire, l’approche des chaines de valeur dans une conjugaison systémique de la production diversifiée, équilibrée, durable et résiliente. Il en ressort que la RDC sera plus compétitif aux pays du monde en termes de production des batteries électriques. Le développement des minerais va renforcer la position du pays comme meilleure destination d’investissement en Afrique.

Lire aussi  Forum RDC-Afrique Business – 2021: La RDC veut promouvoir une industrialisation axée sur les ressources naturelles

Le président congolais, Félix Tshisékédi invite donc ses homologues africains à saisir cette occasion pour construire ensemble l’industrie des batteries électriques. Selon l’étude Bloomberg, le marché des véhicules représente 8,8 milliards de dollars américains d’ici 2025 et 46 mille milliards de dollars en 2050. «Cette occasion est à saisir pour chasser de l’obscurité en Afrique avec les batteries du futur qui permettront de fournir jusqu’à 500 mégawatts en améliorant le taux de desserte en électricité nécessaire à l’industrialisation et au confort domestique » a-t-il ajouté.

Améliorer l’intégration du secteur extractif par rapport aux autres secteurs de l’économie en vue de créer une véritable chaîne de valeur et promouvoir son industrialisation, est la meilleure intégration des producteurs africains de minéraux qui sont utilisés dans la fabrication des batteries qui entrent dans les chaînes de valeurs mondiales. Si véritablement, l’Afrique se donne la main, cette industrialisation contribuera à l’augmentation des richesses, à la création d’emplois et de nouvelles compétentes pour sa jeunesse.

Déjà, différents partenaires techniques et financiers, se disposent à s’impliquer dans la mise en œuvre de ce majestueux projet de production de batteries électriques. En mode hybride, (virtuel et présentiel), le forum DRC-Afrique Business, n’attend que le soutien des partenaires pour que la RDC et l’Afrique puissent être insérées en tant que leader dans le vaste marché de véhicules électriques et des énergies propres.

 

 

 

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page