Flash Infos:

Nouveau projet à l’appui de la Zone de libre-échange continentale africaine: Plus de 30 activités seront mises en oeuvre dans les stratégies de la ZLECA


376 Vues

Ph/DR: Vera Songwe, sous-secrétaire générale des Nations unies et secrétaire exécutive de la CEA

Le Cadre intégré renforcé (CIR), la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) et la Société internationale islamique de financement du commerce (SIFC) s’associent dans un nouveau projet visant à aider huit pays africains à rendre opérationnelle la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA).

Le projet a été lancé lors d’un événement virtuel le 10 mars dernier, qui a rassemblé les ministres du commerce du Sénégal, du Niger et du Togo, ainsi que des représentants des gouvernements de Guinée, du Burkina Faso et de Mauritanie. Le projet soutiendra la mise en œuvre de plus de 30 activités dans les stratégies de la ZLECA du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, de la Mauritanie, du Niger, du Sénégal, du Togo et de la Tunisie.

En aidant à la mise en œuvre des actions prioritaires formulées par la CEA, le projet contribuera à créer un environnement où le commerce peut être plus efficace et inclusif dans les huit pays bénéficiaires. À la fin du projet, leur capacité aura été renforcée en vue de résultats tangibles, tels que des emplois et d’autres opportunités économiques.

« Ce projet témoigne de l’importance pour le CIR de continuer à encourager la programmation régionale et d’approfondir les relations avec les partenaires pour leur relance économique », a déclaré Mikael Anzén, représentant permanent de la Suède auprès de l’OMC et président du comité directeur du CIR. « Il tire parti de la grande expertise et de l’expérience de la CEA sur le continent, en s’appuyant sur les stratégies individuelles des pays et sur les précieuses compétences commerciales de la SIFC. »

« La CEA apprécie le travail de fond et la collaboration productive entrepris depuis août 2021 avec l’SIFC et le CIR pour soutenir l’opérationnalisation de la ZLECA », a déclaré Vera Songwe, sous-secrétaire générale des Nations unies et secrétaire exécutive de la CEA. « Ce projet conjoint peut potentiellement faire passer les niveaux de commerce régional de 18% à 25% en une décennie. Avec une mise en œuvre appropriée, cela pourrait également conduire à une diminution de 10 milliards de dollars US des importations en provenance de l’extérieur du continent, tout en stimulant les exportations agricoles et industrielles jusqu’à 45 milliards de dollars US (7 %) et 21 milliards de dollars US (5 %) par an. »

« Nous sommes conscients de l’importance de faciliter le commerce par des interventions de financement et de développement du commerce », a déclaré Eng Hani Salem Sonbol, directeur général de la SIFC. « Depuis 2008, la SIFC a fourni environ 61 milliards de dollars US, dont 30 milliards de dollars US à l’Afrique. En outre, nous soutenons la mise en œuvre des stratégies nationales de la ZLECA dans nos pays membres en harmonisant les codes douaniers avec les nouvelles dispositions tarifaires, en appliquant les règles d’origine et en formant les parties prenantes nationales de la ZLECA. Enfin, nous devons également être rapides ; avec nos partenaires, nous visons à encourager la participation de l’Afrique aux chaînes de valeur régionales par le biais de programmes tels que le programme Arab Africa Trade Bridges (AATB) ».

La ZLECA vise à mettre en place un cadre commun et un ensemble de normes à travers le continent africain afin d’assurer la coopération, l’harmonisation et l’efficacité du commerce. Il est entré en vigueur le 30 mai 2019 pour les 24 pays qui ont déposé leurs instruments de ratification à cette date. La phase opérationnelle a été lancée le 7 juillet 2019.

Lire aussi  IATF 2021 : l’Afrique se bouscule aux portes de Durban pour des accords de 40 milliards USD

La ZLECA devrait stimuler le commerce intra-africain et avoir des effets d’entraînement positifs sur le commerce entre les pays africains les moins avancés. On s’attend également à ce que la ZLECA ouvre la voie à une augmentation du commerce interafricain grâce à un meilleur accès au marché intercontinental.

À propos du CIR :

Le Cadre intégré renforcé (CIR) est le seul partenariat multilatéral qui se consacre exclusivement à aider les pays les moins avancés (PMA) à utiliser le commerce comme un moteur de croissance, de développement durable et de réduction de la pauvreté. Le CIR, qui regroupe 51 pays, 24 donateurs et 8 agences partenaires, travaille en étroite collaboration avec les gouvernements, les organisations de développement, la société civile et le monde universitaire.

À propos de la CEA: 

Créée par le Conseil économique et social (ECOSOC) de l’Organisation des Nations Unies (ONU) en 1958 comme l’une des cinq commissions régionales de l’ONU, la Commission économique pour l’Afrique (CEA) des Nations Unies a pour mandat de promouvoir le développement économique et social de ses États membres, de favoriser l’intégration intrarégionale et de promouvoir la coopération internationale pour le développement de l’Afrique. La CEA est composée de 54 États membres et joue un double rôle : celui d’un bras régional de l’ONU et celui d’un élément clé du paysage institutionnel africain.

À propos de la SIFC

La Société islamique internationale de financement du commerce est une entité autonome au sein du Groupe de la Banque islamique de développement, créée dans le but de promouvoir le commerce pour améliorer la situation économique et les moyens de subsistance des populations du monde islamique.

Lire aussi  ECA : Commodity markets to remain volatile

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page