Flash Infos:

Claver Gatete de la CEA exhorte les jeunes à élever leur voix pour façonner le développement de l’Afrique


506 Vues

Ph:DR: Le Secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique, Claver Gatete, a mis la jeunesse africaine au défi d’élever sa voix pour façonner le développement futur du continent

Le Secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique, Claver Gatete, a mis la jeunesse africaine au défi d’élever sa voix pour façonner le développement futur du continent à l’approche du Sommet du futur.

 En ouvrant le Forum consultatif de la jeunesse africaine sur le Sommet des Nations Unies pour l’avenir tenu à Addis-Abeba, M. Gatete a souligné l’importance d’investir dans la « jeunesse divisée » et a mis les jeunes au défi d’amplifier leur voix et de participer aux affaires mondiales pour façonner l’avenir de la jeunesse africaine. Afrique.

« Les jeunes doivent participer aux questions qui comptent pour l’Agenda commun des Nations Unies qui comporte 12 engagements, d’où sont tirées les questions du Sommet du futur de septembre 2024 ainsi que du Sommet social de 2025, où la jeunesse doit être impliqué », a déclaré M. Gatete.

Gatete a noté que 70 pour cent de la population africaine sont des jeunes et que d’ici 2030, 42 pour cent de la jeunesse mondiale sera originaire d’Afrique. Cette dynamique reflète la manière dont les jeunes doivent être traités.

« On ne peut pas avoir d’avenir sans développer la jeunesse d’aujourd’hui et la jeunesse de demain. Les jeunes doivent participer à toutes les sphères de la mise en œuvre des ODD d’ici 2030 et à tout ce qui est impliqué dans la réalisation des objectifs », a-t-il déclaré, appelant à un rôle plus fort de la jeunesse dans l’Agenda 2063. »

Lire aussi  La CEA soutient le Prix de l’innovation afin d’inspirer la jeunesse africaine à s’intéresser à l’entrepreneuriat

L’Agenda commun des Nations Unies est la vision du Secrétaire général de l’ONU pour l’avenir de la coopération mondiale, appelant à un multilatéralisme inclusif, en réseau et efficace pour mieux répondre et répondre aux besoins des populations et de la planète.

Gatete a évoqué la multiplicité des défis auxquels sont confrontés les pays africains, notamment l’impact en cascade de la COVID-19, le fardeau du service de la dette et le manque d’accès à un financement abordable, ainsi que les efforts continus en faveur de la réforme de l’architecture financière mondiale pour répondre aux besoins. besoins des pays africains.

« Il est donc essentiel que les jeunes aient leur mot à dire dans ces discussions afin que leurs idées soient prises en compte lors du Sommet du Futur en septembre 2024 », a-t-il déclaré, ajoutant : « Nous avons besoin de votre voix et de votre contribution ; c’est le moment d’apporter votre contribution. Sur les 12 engagements de notre programme commun, le 11ème concerne l’écoute et le travail avec les jeunes », a déclaré M. Gatete.

« Vous ne pouvez pas organiser un sommet du futur sans les peuples du futur », a déclaré Said Adejumobi, directeur de la Division de la planification stratégique, de la supervision et des résultats (SPORD) de la CEA. « L’avenir ne peut être défini que dans le contexte du présent, vous n’êtes pas seulement les dirigeants de demain mais les dirigeants d’aujourd’hui. »

Pour sa part, Mutetsi Oliver, vice-présidente de l’Union panafricaine de la jeunesse pour l’Afrique de l’Est, a déclaré que les jeunes étaient désireux de participer à façonner l’avenir de l’Afrique, mais qu’ils devraient être soutenus pour prospérer sur le continent. Elle a souligné que l’insécurité constituait un défi majeur sur le continent, tout comme la hausse du chômage et le manque d’accès des jeunes à l’éducation, à la santé et aux services sociaux.

Lire aussi  CEA : La jeunesse africaine est invitée à plaider en faveur du multilatéralisme pour garantir un avenir meilleur  

« Nous employons des jeunes pour demander à leur gouvernement de leur fournir un capital de démarrage, tout comme d’autres le font avec des investisseurs, ainsi qu’un accès à la terre et aux prêts », a déclaré Mme Oliver, appelant à donner la priorité et à fournir des services sexuels, reproductifs et sexuels.

 

Services de santé mentale aux jeunes.

 

Matthias Naab, directeur du Programme des Nations Unies pour le développement, RSCA, représentant Mme Ahunna Eziakonwa, sous-secrétaire générale et directrice du bureau Afrique du PNUD, a déclaré que le Forum de la jeunesse africaine était un moment charnière pour les jeunes alors que l’Afrique réitérait son engagement à le multilatéralisme pour ouvrir la voie à un avenir prometteur pour la jeunesse.

 

Naab a déclaré que le monde est loin d’avoir atteint les ODD et que, alors que l’Afrique s’efforce d’atteindre l’Agenda 2030 et les ODD, le Sommet du futur était une lueur d’espoir tandis que le Forum de la jeunesse offrait l’occasion d’articuler les positions, les pensées et les priorités. , et les urgences des jeunes Africains vers le Sommet du futur.

 

« L’autonomisation des jeunes est à la fois un objectif et une mission et les jeunes représentent de grands esprits dotés du potentiel de transformer l’Afrique », a déclaré le N. Naab.

 

Daniel Adugna, de la Commission de l’Union africaine, CUA, a déclaré que l’Afrique est déjà le continent le plus jeune et qu’elle doit investir dans le développement de sa jeunesse. Il a déclaré que l’intégration de l’Afrique était au premier plan de l’Agenda 2063 et qu’elle ouvrirait des opportunités économiques pour le continent.

Lire aussi  CEA : La jeunesse africaine est invitée à plaider en faveur du multilatéralisme pour garantir un avenir meilleur  

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page