Flash Infos:

8 Mars 2024 : Journée internationale des droits de la femme


408 Vues

Ph.DR: Célébration du 8 mars 2024 à la Chaire Unesco de l’Université d’Abomey-Calavi sous le Leadership féminin

« Investir en faveur des femmes et accélérer le rythme » : C’est le thème retenu pour l’édition 2024. Un thème qui évoque l’importance de l’égalité du genre, de l’autonomisation des femmes, des filles et de leurs droits. Pour célébrer cette journée, l’Ambassadrice du Canada au Bénin a choisi la Chaire Unesco de l’Université d’Abomey-Calavi. Au détour d’un panel de discussion sur le thème, « Regards croisés sur le leadership féminin » ; trois communications ont meublé la rencontre : « L’éducation dans le renforcement du capital féminin ; Le leadership féminin dans l’entreprenariat et L’engagement féminin dans l’espace communautaire ».

Aline ASSANKPON

Après les mots de bienvenue du Recteur de l’Université d’Ab-Calavi, de Mme l’Ambassadrice du Canada au Bénin, les participants ont eu droit à un discours inaugural de la présidente du Sénat au Canada (présente actuellement au Bénin accompagnée de quelques sénatrices canadiennes).

En effet, l’objectif visé par cette activité est de susciter le débat sur la place qu’occupe la femme dans la sphère politique au Bénin, en Afrique et dans le monde. Le milieu estudiantin est choisi à dessein pour mener la discussion sur le leadership féminin afin de toucher la jeunesse qui constitue la relève de demain.

Des diverses allocutions et interventions, l’on retient que la journée internationale de la femme, articulée ici « Journée internationale des droits de la femme », plus qu’une simple célébration, offre une occasion de réflexion sur la condition féminine.

Une certitude désormais qui rappelle la place importante qu’occupent l’éducation et la formation dans l’affirmation du leadership féminin. Le capital féminin est renforcé par l’éducation de la fille et de la femme à divers niveaux. La connaissance de la femme se ressent lorsqu’elle est appelée à diriger une entreprise, à gouverner en politique ou lorsqu’elle doit s’investir dans les actions sociales. L’éducation des femmes et des filles passe par l’investissement dans le capital humain. Les femmes instruites ont davantage tendance à travailler dans le secteur formel, retarder l’âge de leur mariage mais aussi à avoir moins d’enfants et à s’en occuper mieux.

Lire aussi  L’Afrique ouvre la voie en matière d’inclusivité et de commerce : Accueillir le Protocole de la ZLECAf sur les femmes et les jeunes dans le commerce

L’Université étant le centre par excellence du lieu du savoir et de recherche et de formation de leaders. Ramener donc le débat sur le leadership féminin à l’Université permet de susciter des vocations dans le rang des jeunes femmes ; c’est leur montrer l’expérience des femmes engagées dans la politique, la vie associative et dans l’entrepreneuriat féminin. Au regard de l’importance du rôle des organisations féminines et féministes dans la promotion de l’égalité du genre, la jeunesse est appelée à s’impliquer dans ces organisations, lieux par excellence de formation et d’éducation sur le leadership féminin.

Rappelons que le panel de discussion est animé par plusieurs personnalités, entre autres : l’Ambassadrice de Canada, la Vice-Recteur de l’Université d’Abomey-Calavi ; des Femmes leaders entrepreneurs, Femmes leader d’OSC, Femme sénateur, Ministre de l’Enseignement et de l’Education, etc. «L’éducation dans le renforcement du capital féminin ; Le leadership féminin dans l’entreprenariat et l’engagement féminin dans l’espace communautaire », le temps imparti était insuffisant pour débattre à fonds ces trois sous-thèmes.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page