Flash Infos:

Forum National sur la réglementation des produits alimentaires malsains, des boissons et du tabac : Le Gouvernement mobilise les parties prenantes


6 217 Vues

Ph:DR: Pour assurer la disponibilité et l’accessibilité aux produits de santé de qualité, sûrs et efficaces

Le Ministère de la Santé se fait le porte-voix d’un plaidoyer au service de la prévention des maladies non transmissibles au Bénin. Il a convié autour de la même table pendant trois jours à compter du mardi 10 octobre 2023, les acteurs impliqués dans le contrôle des produits de grande consommation au Bénin. C’est à la faveur d’un Forum national sur la réglementation des produits alimentaires malsains, des boissons et du tabac au Bénin initié par le Programme national de lutte contre les maladies non transmissibles.

« Un adulte béninois sur quatre est hypertendu et un sur huit a une glycémie anormale. De plus, deux tiers des hypertendus et 97% des diabétiques s’ignorent et ne le découvrent qu’à l’occasion d’une complication grave, souvent irréversible ». Ce tableau peint par le Secrétaire général du Ministère de la santé, Dr Ali IMOROU BAH CHABI, interpelle.

Les acteurs de la santé, derniers recours souvent lorsque le mal est fait, pensent qu’il est temps de sauver les meubles en alertant sur la qualité des produits destinés à la consommation. Pour affiner le plaidoyer et susciter des actions concrètes, ils ont convié à ce forum, toutes les parties prenantes afin de décider ensemble des mécanismes pour épargner les assiettes du drame qui se joue.

Des différentes allocutions prononcées à la cérémonie d’ouverture, il ressort que l’unanimité est faite sur le lien étroit entre l’usage abusif de certains produits malsains et les maladies non transmissibles. Pour le représentant résident de l’Organisation mondiale de la Santé au Bénin Dr Jean Kouamé KONAN, le profil épidémiologique du Bénin est fortement influencé par les maladies non transmissibles. « Alors que les effets néfastes de l’alcool, du tabac, des aliments trop gras, trop salés ou sucrés sur la santé ne sont plus à démontrer, la promotion de la consommation de ces facteurs de risque, notamment auprès des plus jeunes ne faiblit pas malgré les recommandations de l’OMS sur la publicité les ciblant », a-t-il déclaré.

Face à cet enjeu sanitaire préoccupant, cette rencontre aux dires du Secrétaire général du Ministère de la santé est d’un intérêt particulier, ce qui explique son appel pressant aux participants. « Nous attendons de vous des réflexions pragmatiques qui tiennent aussi compte du secteur informel, et des groupes « difficiles » tels que les brasseurs d’alcool locaux, les micro-industries de manufacture, les vendeurs de nourriture dans la rue et les annonceurs en ligne de produits malsains. Ce n’est qu’en ne laissant personne en rade, que nous pouvons caresser le rêve d’un environnement alimentaire propice à la prévention des maladies non transmissibles », a-t-il souligné.

«Quand le malade vient dans les structures de santé, c’est que le mal est fait », a alerté le Coordonnateur du PNLMNT, Dr Salmane Ariyoh AMIDOU, qui a, dans son propos liminaire, reprécisé l’intérêt de la problématique. Le forum est animé en 7 sessions présidées par les Secrétaires généraux des ministères de la santé, des affaires sociales, de l’agriculture, de l’intérieur, des sports, des finances, du commerce et du plan. Les chercheurs, les acteurs de la société civile, les partenaires techniques et financiers ainsi que les associations de malades prennent aussi une part active aux travaux de ce forum sur l’alimentation.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page