Flash Infos:

La Banque mondiale approuve 460 millions de dollars pour l’harmonisation régionale et l’amélioration des statistiques en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale


893 Vues

Ph/DR: La Banque mondiale a approuvé aujourd’hui 460 millions de dollars de crédits et de dons de l’Association internationale de développement (IDA

La Banque mondiale a approuvé aujourd’hui 460 millions de dollars de crédits et de dons de l’Association internationale de développement (IDA)* pour améliorer et harmoniser les systèmes de données dans huit pays d’Afrique de l’Ouest et trois organisations régionales.Le projet Harmonisation et amélioration des statistiques en Afrique de l’Ouest et du Centre (PHASAOC), phase 1, vise à renforcer les capacités statistiques afin d’améliorer la qualité de la production de données, l’harmonisation régionale, l’accès aux données et leur  utilisation, ainsi que la modernisation des systèmes statistiques au Bénin, en Guinée, en Guinée-Bissau, au Mali, en Mauritanie, au Niger, au Sénégal et en Gambie. Il soutiendra également les divisions statistiques de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), de l’Union Économique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) et de l’Union Africaine (UA) afin de mieux coordonner et d’améliorer l’harmonisation des statistiques dans l’ensemble de la région.

Ce nouveau projet permettra d’améliorer la prise de décision fondée sur des données probantes, l’allocation des ressources, la responsabilité et la transparence dans une région qui compte plus de 120 millions de personnes vivant dans l’extrême pauvreté.« Des données et des statistiques précises, opportunes et fiables sont essentielles pour concevoir, mettre en œuvre et suivre des politiques et des programmes de développement efficaces afin d’accélérer la réduction de la pauvreté, de promouvoir une croissance équitable et de lutter contre  le changement climatique », a déclaré Boutheina Guermazi, directrice de l’intégration régionale de la Banque mondiale pour l’Afrique et le Moyen-Orient. « Des données de qualité, comparables d’un pays à l’autre, sont également essentielles pour favoriser l’intégration économique régionale et accélérer la croissance ».

Bien que des efforts considérables aient été déployés pour améliorer les capacités statistiques en Afrique subsaharienne, les progrès ont été lents et inégaux d’un pays à l’autre. La plupart des pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale se classent actuellement parmi les 40 % les moins performants au niveau mondial selon les nouveaux indicateurs de performance statistique (IPS) de la Banque mondiale, qui évaluent la capacité du système statistique d’un pays à répondre aux besoins des utilisateurs et à contribuer à l’amélioration de la prise de décision.

La disponibilité de statistiques de haute qualité est essentielle pour la mise en œuvre réussie des stratégies de réduction de la pauvreté, le progrès économique et les résultats du développement.

« Des systèmes statistiques modernes et performants produisant des données de haute qualité sont essentiels pour améliorer les conditions de vie et les moyens de subsistance. Ce ambitieux et innovant projet régional va changer la donne en transformant le paysage des données dans les économies d’Afrique de l’Ouest et pour leurs populations », a déclaré Johan A. Mistiaen, directeur des pratiques de la Banque mondiale pour la croissance équitable, la finance et les institutions pour l’Afrique de l’Ouest.

Le management de la Banque mondiale a tenu a remercier l’équipe élargie et pluridisciplinaire de statisticiens, d’économistes et d’autres spécialistes qui a élaboré et conduit à l’approbation du Conseil d’ Administration ce projet en un temps record au cours des derniers mois, pour les efforts inlassables déployés.

Une deuxième phase du PHASAOC actuellement en préparation, couvrira le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad, le Gabon et la République du Congo.

l’ IDA en question…

Lire aussi  Benin : la Banque mondiale soutient le déploiement de la vaccination contre la COVID-19

L’Association internationale de développement (IDA) est le fonds de la Banque mondiale destiné aux plus pauvres. Créée en 1960, elle accorde des subventions et des prêts à taux d’intérêt faible ou nul pour des projets et des programmes qui stimulent la croissance économique, réduisent la pauvreté et améliorent les conditions de vie des pauvres. L’IDA est l’une des principales sources d’aide aux 76 pays les plus pauvres du monde, dont 39 se trouvent en Afrique. Les ressources de l’IDA permettent d’apporter des changements positifs dans la vie des 1,6 milliard de personnes vivant dans les pays éligibles à son aide. Depuis sa création, l’IDA a soutenu le développement de 113 pays. Les engagements annuels sont en constante augmentation et se sont élevés en moyenne à 21 milliards de dollars au cours des trois dernières années, dont environ 61 % pour l’Afrique.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page