Flash Infos:

CEDEAO : Atelier sur l’internet des objets (IdO)/technologies disruptives émergentes   


1 323 Vues

Ph:DR: Système Internet des Objets (IDO) industriels de prochaines générations avec capteurs en fibre optique

Les 29 et 30 mars 2023, les perspectives régionales et les implications de l’utilisation de l’Internet des Objets (IdO) et des technologies disruptives émergentes en termes de gouvernance, de réglementation, de confidentialité et de sécurité ont été explorés lors d’un atelier virtuel organisé par la Commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Cet atelier avait pour objectif de guider de façon harmonieuse leur adoption dans la région de sorte à saisir les opportunités de ces technologies, tout en minimisant les risques associés. 

 Avec la quatrième révolution industrielle (4IR) qui repose sur l’intégration des technologies numériques, nous assistons progressivement à la fusion de notre identité physique et numérique et peut-être même bientôt celle biologique, induisant ainsi de façon disruptive des changements profonds dans plusieurs secteurs dont l’Agriculture, la santé, l’éducation, le gouvernement, le commerce, les services financiers, et l’environnement.

Lors de la cérémonie d’ouverture de l’atelier, Monsieur Kouamé Raphaël KOFFI, Directeur de l’Economie Numérique et de la Poste, intervenant au nom du Commissaire en charge des Infrastructures, de l’Energie et de la Digitalisation, M. Sédiko DOUKA, a relevé le potentiel considérable de l’IdO et des technologies disruptives émergentes pour accroître l’efficacité et la productivité, et leur apport potentiel pour aider à se libérer graduellement du modèle de développement traditionnel, et accélérer ainsi la croissance économique de nos Etats.

Selon Monsieur KOFFI, Il est aujourd’hui plus que nécessaire de réfléchir à la résilience durable des secteurs où la pertinence de l’utilisation des technologies émergentes disruptives devient de plus en plus évidente et n’est plus à démontrer, afin d’en faire des catalyseurs de la transformation des activités de ces secteurs, à travers une appropriation adaptée au contexte régionale.

A cet effet a-t-il dit, il faut mettre en place un environnement propice à leur adoption, ce qui passera inéluctablement par la disponibilité d’infrastructures de pointes, la réinvention de l’éducation, le renforcement des capacités, et enfin l’adaptation du cadre réglementaire normatif, juridique et opérationnel à l’ère de la 4IR.

Monsieur Vahan Hovsepyan du groupe d’intérêt spécial sur l’Internet des Objets de l’Internet Society (ISOC), qui vise à créer un monde plus intelligent grâce à la technologie IdO, a fait une présentation exhaustive aux Etats Membres pour apporter une meilleure compréhension de l’IdO, ses opportunités et les défis associés.

Dr Agu Collins AGU, Directeur de la recherche et du développement, de l’Agence nationale de développement des technologies de l’information (NITDA), entité chargée de coordonner le développement des technologies de l’information au Nigéria, a illustré comment l’IdO et les technologies émergentes peuvent soutenir le développement durable dans l’espace CEDEAO à travers des cas concrets de projets pilotes tels que l’énergie intelligente, la santé mobile, la gestion intelligente de l’eau, la surveillance intelligente à distance. Il a également présenté le programme dénommé Unity Board for Emerging Skills (UB4ES) qui est une initiative visant à doter la région CEDEAO des compétences et des connaissances nécessaires pour prospérer à l’ère de la 4IR.

Les participants à l’atelier ont fait des présentations relatives à l’introduction des technologies disruptives émergentes dans leur pays respectifs avant de s’accorder avec la Commission de la CEDEAO sur les principes fondamentaux devant guider l’action de la région, notamment le cadre institutionnel, la réglementation, la coopération requise avec les différentes parties prenantes, et les instruments régionaux, pour encourager l’adoption de l’IdO et des technologies disruptives émergentes et soutenir ainsi le développement socio-économique.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page