Flash Infos:

JIF 2023 : Un Panel de Haut Niveau des Etats membres de la CEDEAO sur l’autonomisation des femmes/filles du secteur géo extractif en Afrique de l’Ouest, en marge de la CSW67.


268 Vues

PH.DR: Un panel de Haut niveau à l’intention des femmes et des filles

Organisé conjointement en marge de la 67ème Commission des Nations Unies pour la Condition de la Femme (CSW67) par le Département du Développement Humain et des Affaires Sociales de la CEDEAO, les ONG internationales OXFAM et WILDAF, le Panel de Haut Niveau des Etats membres de la CEDEAO a eu lieu le vendredi 10 Mars 2023 à la Mission Permanente de l’Union Africaine auprès des Nations Unies à New York aux Etats Unis. Ce Panel entre dans le cadre d’une campagne régionale dénommée « 30 % des fonds de développement du secteur extractif pour renforcer l’autonomisation économique des femmes et l’éducation des filles ». 

«Répondre aux enjeux et défis du financement des programmes de développement socioéconomiques dédiés aux femmes et aux jeunes filles à travers le secteur géo extractif en Afrique de l’Ouest, comme levier de la relance économique de la région », c’est le thème autour duquel les Ministres et Experts en charge de la Femme et ceux du Pétrole et  des Mines des Etats membres de la CEDEAO sont conviés dans le cadre de ce Panel de Haut Niveau.

L’objectif de ce Panel est de saisir le cadre de plaidoyer qu’offre l’évènement de la CSW67 pour vulgariser les priorités de la campagne des 30% auprès des hautes Autorités de l’Afrique de l’Ouest et inciter des engagements formels au sein de la Commission des Nations Unies pour le statut de la femme.

Les participants attendus à cette réunion sont les Ministres en charge des questions des femmes et ceux des Mines des Etats membres de la CEDEAO, les responsables de l’administration territoriale et autorités locales, les représentants des missions diplomatiques à New York, les membres de la société civile et les femmes impactées par les mines. Ce Panel de Haut Niveau de la CEDEAO s’est déroulé en format hybride sous la présidence des Ministres des Mines et ceux chargés du genre de certains pays ciblés notamment le Burkina Faso, la Guinée Bissau, le Ghana, le Liberia, le Sénégal et le Niger.

Il importe de rappeler que l’Afrique de l’Ouest dispose d’un important potentiel de ressources naturelles dans son sous-sol. La plupart des pays de la Région déclarent dans leur constitution que « les richesses et les ressources naturelles appartiennent au peuple. Elles sont utilisées pour l’amélioration de ses conditions de vie ».  Les mêmes législations proscrivent toute discrimination fondée sur le sexe mais demeurent muettes en ce qui concerne la prise en compte des questions spécifiques.

Malheureusement dans le secteur minier, on note très peu de dispositions juridiques en faveur de l’égalité homme femme. Les textes d’application portant sur les Fonds de développement local issus du secteur extractif n’ont pas, eux non plus, prévu de dispositions particulières en matière de prise en compte du Genre.

C’est pour cette raison que la CEDEAO et ses partenaires ont initié cette campagne aux fins d’utiliser toutes les stratégies y compris le plaidoyer au niveau des Etats membres, institutions régionale et internationales et décideurs pour assurer une bonne prise en compte du genre dans les investissements au profit des populations. La campagne vise à renforcer la compréhension des mécanismes de répartition des fonds issues du secteur extractif, amener les Etats à appliquer une politique de budgétisation sensible au genre et investir 30% des fonds de développement issus du secteur extractif dans le développement économique des femmes et dans l’éducation des filles.  (Source : APO Group)


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page