Flash Infos:

CoM2023 : L’Afrique doit endiguer la pauvreté et les inégalités sociales pour atteindre ses objectifs de développement


795 Vues

Ph: DR: Adam Elhiraika- Directeur de la Division de la politique macroéconomique à la CEA

À la suite des chocs violents et synergiques, de nombreux pays africains qui connaissent une croissance économique plus lente et une inflation élevée, peinent à renforcer le développement du continent. M. Adam Elhiraika, Directeur de la Division de la politique macroéconomique à la CEA, explique que la pandémie de COVID-19, la guerre en Ukraine et les obstacles alimentaires et énergétiques qui en ont résulté, la hausse de l’inflation, le resserrement de la dette et les catastrophes naturelles ont entraîné de graves problèmes de développement sur le continent, tels que la pauvreté et les taux d’inégalité et le manque d’emplois décents.

Elhiraika présentait un aperçu des récentes conditions économiques et sociales en Afrique lors de la 41èmeréunion en cours du Comité d’experts à Addis-Abeba, en marge de la Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique de 2023.

« En Afrique, la croissance est passée de 4,6 % en 2021 à 3,6 % en 2022 », déclare-t-il.

Selon le rapport, en 2022, 18 millions de nouveaux pauvres supplémentaires sont apparus en Afrique et le continent comptait déjà plus de la moitié de la proportion de pauvres, soit 54,8 %, la plus élevée au monde. « C’est alarmant car 546 millions de personnes vivaient dans la pauvreté en 2022, soit plus de la moitié de la population du continent », déclare Elhiraika.

Les femmes et les filles restent particulièrement vulnérables et le continent est confronté à un renversement potentiel des gains durement acquis en matière d’équité entre les sexes.

Lire aussi  CoM2023 : La hausse de la pauvreté et des inégalités menace les Objectifs de développement durable

L’autre défi souligné au cours de la réunion concerne l’inégalité qui reste omniprésente dans toutes les sous-régions africaines mais est particulièrement élevée en Afrique australe.

Parmi les dix premiers pays où les inégalités de richesse sont les plus élevées, 7 d’entre eux (l’Afrique du Sud, le Mozambique, la Namibie, la Zambie, le Botswana, l’Angola, le Malawi) se trouvent en Afrique australe, tandis que 2 se trouvent en Afrique de l’Ouest (Guinée-Bissau, São Tomé-et-Principe).

La CEA estime que bien que les perspectives économiques restent sombres, l’Afrique devrait connaître une croissance de 4,1 % en 2023. Cependant, la Commission met en garde que cette croissance pourrait être confrontée à des vents contraires, en particulier compte tenu d’un environnement extérieur défavorable résultant de la récession aux États-Unis et de la Zone euro et qui devraient peser sur les prix des matières premières.

« Favoriser la reprise et la transformation en Afrique pour réduire les inégalités et les vulnérabilités » est le thème de la réunion en cours à Addis-Abeba où les pays sont exhortés à poursuivre des politiques macroéconomiques favorables aux pauvres et inclusives et à garantir l’accès au financement pour une reprise inclusive. (CEA)


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page