Flash Infos:

Académie politique de la Konrad Adenauer Stiftung-édition 2022: Des jeunes à l’école de la Citoyenneté, de l’Etat de droit et de la démocratie 


346 Vues

Ph/DR: Ouverture officielle de l’académie politique- édition 2022- (de gauche à droite) M. Sylvain Zinsou juriste politologue et Dr Stéfanie BRINKEL, représentante de la KAS à Abidjan

Du 24 au 26 mars 2022, la Konrad Adenauer Stiftung (KAS) organise à Golden Tulip Hôtel de Cotonou, une académie politique à l’intention de la jeunesse béninoise. «Démocratie et Etat de droit », c’est le thème de l’édition 2022 de cet atelier de renforcement de capacité. L’objectif à terme, étant d’outiller la jeunesse en politique afin qu’elle soit mieux outillée pour aller aux affaires avec responsabilité. Ainsi, 25 jeunes sont à l’école de la Citoyenneté, de l’Etat de droit et de la démocratie : Ils viennent des formations politiques du pays (d’obédiences différentes), de la société civile  et sont aussi des Boursiers de la KAS.

Aline ASSANKPON

«Démocratie et Etat de droit », c’est le thème de l’académie politique de l’édition 2022 organisée par la Konrad Adenauer Stiftung (KAS), qui se déroule dans un contexte de déficit d’Etat de droit observable dans la région ouest-africaine.

En effet, la question de la démocratie et de l’Etat de droit se pose de plus en plus avec acuité en Afrique en général et en Afrique de l’Ouest en particulier avec à la clé, des situations de crises politiques et sécuritaires qui découlent sur des conséquences dramatiques.

Ph/DR: Photo de famille des participants et organisateurs de l’académie politique

De l’avis de la Représentante de la KAS, Dr Stefanie Brinkel, en 1990, l’ère de la transition démocratique a abouti à l’adoption de nouvelles constitutions dans presque tous les Etats Ouest-africains consacrant la démocratie et le pluralisme politiques et la proclamation de l’Etat de droit.

«Des progrès significatifs ont certes été réalisés, cependant, des obstacles subsistent. Ce qui donne de constater que les élections débouchent de plus en plus sur des violences et qu’il y a malheureusement des coups d’Etat militaire » note-t-elle malheureusement en ajoutant que « le Bénin qui jadis, était cité comme le modèle de réussite démocratique n’a pas malheureusement pas échappé à cette spirale de crise politique ».

«Quand on parle des coups d’Etat, ce n’est pas seulement des coups d’Etat militaires, mais il y a aussi les coups d’Etat institutionnels et constitutionnels et cela n’est pas fait du tout pour faire avancer la démocratie, l’Etat de droit, la bonne gouvernance et le développement de notre région » indique Théodore Golli, chargé de Programmes à la KAS.

Lire aussi  5ème édition du Colloque sur le Dialogue interreligieux: La Konrad Adenauer promeut la paix en Afrique de l’Ouest

Face à l’instabilité politique qui gagne de plus en plus du terrain dans la région ouest-africaine, la Fondation Konrad Adenauer a jugé nécessaire de réunir les jeunes acteurs des organisations de la société civile, des partis politiques de diverses obédiences, et les boursiers de la KAS pour qu’ils puissent revisiter les enjeux de la démocratie et de l’Etat de droit.

L’objectif de cet atelier de renforcement de capacités consiste donc à  outiller la jeunesse en politique afin qu’ils soient des relais auprès de leurs paires et de leurs différentes organisations.

Quelques participants se prononcent…

Mme ATTOLOU Gloria du Parti politique, Bloc Républicain (BR) : «Je pense que c’est une bonne initiative ; il faut vraiment saluer la Konrad Adenauer. Cette thématique sur l’Etat, la citoyenneté et la démocratie est d’actualité et permet non seulement au leader simple et au leader politique d’avoir de la substance nécessaire pour descendre à la base et expliquer ce qu’est réellement la politique. Cette académie vient à point nommé puisqu’elle sera d’une très grande utilité à chacun de nous en tant que citoyen. En Afrique, nous disons que l’Etat a des droits vis-à-vis des citoyens mais nous oublions aussi que le citoyen que nous sommes, nous avons aussi des devoirs vis-à-vis de l’Etat. Cette académie nous permet d’approfondir cette sorte de corrélation qui devrait exister entre nous. Aux termes de cette académie, je prends déjà l’engagement d’aller vers la jeunesse pour faire la restitution à travers des séances de restitutions, de sensibilisation et d’explication avec la collaboration d’autres aînés un peu plus éclairés et ça sera plus salutaire ».

Lire aussi  Dialogue multi acteurs sur Tradition et Dispositions juridiques des droits fonciers des femmes : Plaidoyer de la KAS en faveur des femmes rurales du Zou.

M. Euthyme HESSOU du Parti politique, Les Démocrates : « Mes attentes sont nombreuses : D’abord, je veux que cette académie ait des impacts positifs sur la vie politique au Bénin. Déjà à l’ouverture des travaux, la Représentante de la KAS a fait cas de ce que le Bénin était une référence (…), mais aujourd’hui, ce n’est plus le cas ; c’est une évidence. Ensuite, mon souhait est que le vivre ensemble soit une réalité au Bénin, bien qu’on soit de différents partis politiques, afin que nous puissions animer convenablement la vie politique pour des élections sans exclusion et qu’on ne devient pas des « Terroristes » au lendemain des élections. Au sein de nos partis politiques, nous pouvons travailler pour amener nos décideurs et leaders à entretenir une bonne ambiance de vivre ensemble. Il nous revient donc de sensibiliser nos partisans à poser des actes de solidarité, de tolérance et de paix car nous n’avons pas la force de la violence même si l’autorité en dispose en douceur ; nous ne demandons qu’à être acceptés pour qu’ensemble nous construisions notre nation commune ». (Propos recueillis : A.A.)

Revisiter les fondements de la démocratie et de l’Etat de droit

Selon un recensement de la région cité par Théodore Golli, la jeunesse constitue plus de 70% de la population. « Et cette jeunesse est appelée aux affaires, à diriger nos Etats et c’est elle qui décide. Lorsqu’il y a des manifestations, on se rend compte que c’est cette jeunesse qui est dans la rue, objet de manipulation, c’est pourquoi, il faut renforcer les capacités de cette jeunesse ; l’amener à être conscient de son rôle, de son poids dans la politique et des institutions de l’Etat. Cette jeunesse doit se rappeler des principes et fondements de l’Etat de droit et de la démocratie ».

L’édition 2022 de cette académie se veut un cadre pour rappeler aux acteurs politiques, surtout la jeunesse politique, les fondements de la république et de la démocratie. «Tout le monde sait déjà ce que c’est la démocratie mais lorsqu’on se retrouve en face de ces situations, on a tendance à oublier que ce sont des acquis qui ont été obtenus de longues luttes. La démocratie, c’est une quête quotidienne, un concept qui doit être revisité et mise en pratique pour le bien-être de nos populations et de l’Etat » ajoute M. Golli.

Lire aussi  Problématique de l'accès des femmes au foncier dans le Zou: La Fondation Konrad Adenauer plaide pour la cible

Neuf (09) communications sont au menu des trois jours de formation axées sur des thèmes aussi riches et variés. Dans une approche participative, ces thèmes sont animés par d’éminents experts dont Mme Blanche Sonon, juriste, présidente du Social Watch Bénin ; Dr  Gilles Badet, Secrétaire général de la Cour Constitutionnelle ; Prof Igor Guèdègbé, Titulaire de la Chaire Unesco et M. Sylvain Zinsou du Cabinet Managere Lucidum.

Au terme de l’académie politique qui prendra fin ce samedi 26 mars, les participants seront plus outillés pour prendre des initiatives responsables en matière politique afin de garantir à toute la jeunesse l’exercice pleine et entière de leur citoyenneté, notamment sur les questions des droits civiques et politiques, sur le respect des principes et valeurs qui sous-tendent la démocratie et l’Etat de droit en vue de promouvoir le développement durable des nos pays.

La Konrad Adenauer Stiftung (KAS) en question…

La KAS est une fondation politique allemande proche de l’Union chrétienne démocratique (CDU) dont elle défend les valeurs et l’idéologie. La KAS travaille pour le renforcement de la démocratie et l’Etat de droit à travers le Programme régional de Dialogue politique en Afrique de l’Ouest (PDWA).


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page