Flash Infos:

Electrique « Dorsale Nord » entre le Benin/Togo, le Burkina Faso, le Niger et le Nigeria : La Cedeao lance enfin les travaux


1 262 Vues

Ph:DR: Cette interconnexion Dorsale Nord permettra à terme, d’échanger de l’énergie électrique entre le Nigéria, le Niger, le Bénin, le Togo et le Burkina Faso (Les participants)

Le Président de la République du Niger SE Mohamed Bazoum, donnera ce mardi 22 février 2022 au poste de transformation de Gorou Banda, à Niamey, au Niger, le coup d’envoi des travaux de l’interconnexion électrique dénommée « Dorsale Nord », pilotée par la Commission de la CEDEAO, à travers le  Système d’Echanges d’Energie Electrique Ouest Africain (EEEOA). Ce sera en présence du chef d’Etat du Ghana, Nana Akufo-Addo, Président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat de la CEDEAO et et des chefs d’Etat ou du Gouvernement des pays concernés (Bénin, Togo, Niger et Nigeria).

 Le Projet Régional d’interconnexion électrique 330kV Dorsale Nord, d’un coût total de 568,2 millions de dollars US, mis en œuvre par l’EEEOA et qui concerne le Benin, le Burkina Faso, le Niger, le Nigeria, est l’un des projets prioritaires du plan directeur de la CEDEAO pour le développement des moyens régionaux de production et de transport d’énergie électrique 2019-2033. Ce plan directeur avait été adopté par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), lors de leur 54ème sommet tenu à Abuja le 22 décembre 2018.

Entamé depuis 2019, le projet Dorsale Nord, qui participe à la réalisation du programme énergétique régional de la Commission de la CEDEAO, entrera bientôt dans sa phase opérationnelle à travers la cérémonie officielle de lancement des travaux ce mardi 22 février à Niamey. Cette cérémonie est organisée par le Secrétariat Général de l’EEEOA et placée sous le haut patronage conjoint des Chefs d’Etat et de Gouvernement de quatre (4) pays concernés, tous membres de la CEDEAO.

En marge de la cérémonie de lancement des travaux, le Secrétariat Général de l’EEEOA a organisé, ce lundi 21 février au Centre de Conférences Mahatma Gandhi de Niamey, la deuxième réunion du Comité Ministériel Conjoint de Pilotage (CMCP) à laquelle ont participé les ministres en charge de l’Energie ainsi que les ministres de la Défense et de la Sécurité des pays concernés par le Projet Dorsale Nord au vu du contexte sécuritaire difficile des zones concernées par le tracé de la ligne. Le ministre Mahamadou Sani ISSOUFOU, Ministre du Pétrole, de l’Energie et des Energies renouvelables du Niger qui a ouvert les travaux de cette rencontre de haut niveau, a salué l’engagement des Etats membres participants au projet ainsi que celui la CEDEAO, qui a permis la concrétisation de ce grand projet régional.

« Ce projet est l’un des programmes phares et intégrateur de la CEDEAO car (i) il facilitera le commerce de l’électricité dans la sous-région et renforcera le volume régional des échanges électriques qui est actuellement faible (9%) malgré l’interconnexion actuelle de 09 pays sur 14 ; (ii) Il contribuera à résorber le déficit des moyens de transport d’énergie et à réduire le tarif d’électricité dans la zone ; et  (iii) Il augmentera le taux d’accès à l’électricité particulièrement en zone rurale par l’électrification de près de 600 localités (432 au Niger et 179 au Burkina Faso) situées le long des lignes à construire. C’est un élément catalyseur qui contribuera à relever le taux d’accès régional qui est actuellement de 50%. D’où la nécessité d’accorder une réelle importance à la construction de la ligne 330KV et ses ouvrages connexes et de réfléchir sur les voies et moyens permettant de faciliter et de sécuriser tous les travaux prévus » a dit le Commissaire Sédiko DOUKA, chargé des Mines et de l’Energie de la Commission de la CEDEAO à l’ouverture de cette réunion.

Pour M. SIENGUI A. KI, le Secrétaire Exécutif de l’EEEOA, qui s’exprimait auparavant, le projet Dorsale Nord marque ainsi une étape supplémentaire des activités de l’EEEOA dans l’intégration des réseaux électriques nationaux, matérialisant une « parfaite collaboration des gouvernements du Benin, du Burkina Faso, du Niger, du Nigéria et des partenaires techniques et financiers que sont l’Agence française de développement (AFD), la Banque africaine de développement (BAD), l’Union européenne (UE), la Banque mondiale (BM), le Gouvernement Fédéral du Nigéria et le NEPAD-IPPF ».

 

Précisons que l’interconnexion Dorsale Nord permettra à terme, d’échanger de l’énergie électrique entre le Nigéria, le Niger, le Bénin, le Togo et le Burkina Faso et contribuera à la satisfaction des besoins en électricité des populations et des économies nationales conformément aux stratégies nationales de développement des pays concernés et de la région Ouest africaine.  Ces dernières ont pour objectif de favoriser un accès universel à une électricité fiable à l’horizon 2030 en vue d’une transformation socioéconomique durable, ainsi que le renforcement de l’intégration économique régionale, à travers l’instauration d’un marché de l’électricité.

Il faut noter la participation à la réunion ministérielle de Niamey,  de Mme Liliane ALAPINI, la Représentante Résidente de la CEDEAO au Niger, de M. Bayaornibè Dabire, de M. Arkadius KOUMOIN et de M. Abdelkader Mahamidou, respectivement Directeur de l’Energie et des Mines, Chargé de programme Energie – Pétrole & Gaz, et Assistant Exécutif au Département Mines et Energie de la Commission de la CEDEAO.

Aline ASSANKPON

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page