Flash Infos:

08 Mars : Journée internationale de la femme : « L’égalité pour les femmes, c’est le progrès pour toutes et tous »


1 387 Vues

Célébrée chaque année le 8 Mars, le thème de la Journée internationale de la femme retenu pour cette année 2014 par les Nations Unies est : « L’égalité pour les femmes, c’est le progrès pour toutes et tous ». Cette journée sera célébrée au Siège des Nations Unies à New York le 7 Mars, à la veille de la 58ème Session de la Commission de la Condition de la femme, qui commence le 10 Mars. L’événement devrait être assisté par le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon et la Directrice exécutive d’ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, entre autres dignitaires. En marge de cette célébration newyorkaise, tous les pays du monde, dont le Bénin, célébreront cette 19ème journée internationale; les uns pour dresser un bilan des progrès réalisés par les femmes jusque-là et d’appeler à des changements ; les autres juste pour des réjouissances festives.

 

 

Ph: DR - Les femmes invitées à de plus en plus d’actes de courage et de détermination

Ph: DR – Les femmes invitées à de plus en plus d’actes de courage et de détermination

Le 08 mars 2014, nous allons fêter avec les peuples du monde entier les progrès accomplis en faveur des droits des femmes, de l’autonomisation des femmes et de l’égalité des sexes.  Parlant de progrès, la Secrétaire générale adjointe de l’ONU, Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka constate que les progrès accomplis se sont avérés lents et inégaux et que dans certains cas, les femmes et les filles sont confrontées à de nouveaux défis d’une complexité accrue.

 

Elle estime à cet effet, la Journée internationale de la femme devrait être une journée idéale pour renouveler notre engagement à consentir d’importants efforts afin de promouvoir l’égalité des sexes, tous ensembles, les femmes, les hommes, les jeunes, ainsi que les chefs d’État, religieux et communautaires ou les dirigeants du monde des affaires.

 

Ph: DR - Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d'ONU Femmes

Ph: DR – Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes

«Si nous faisons preuve de détermination, sachant que l’autonomisation des femmes et des filles et l’encouragement de leur pleine participation peuvent aider à relever les plus grands défis du XXIe siècle, nous trouverons des solutions durables à nombre de problèmes auxquels notre monde est confronté. Nous nous emploierons sérieusement à relever de grands défis tels que la pauvreté, l’inégalité, la violence envers les femmes et les filles, et l’insécurité » a-t-elle déclaré dans son  message.

 

 

C’est à juste titre qu’une journée soit réservée pour les femmes afin qu’elles soient honorées pour toutes les sacrifices consenties et à tous les niveaux. La femme est mère de l’humanité, l’éducatrice, la conseillère, la maîtresse du foyer, la gardienne du temple, etc. Ce sont celles-là qui dépensent la majeure partie de leurs revenus pour assurer le bien-être de leurs enfants et de leur famille. Surtout au niveau des familles monoparentales où la plupart du temps, la femme devient brusquement le chef de famille pour cause de séparation, de divorce et ou de décès de l’époux.

 

« Cette année, nous célébrons la Journée internationale de la femme en rappelant à quel point il importe d’établir l’égalité des sexes, non seulement pour des raisons d’équité et de respect des droits de l’homme, mais aussi parce que c’est une condition préalable à la réalisation de bien d’autres objectifs » a dit Ban Ki Moon.

« Les pays dans lesquels les femmes sont traitées sur un pied d’égalité avec les hommes jouissent d’une meilleure croissance économique. Les entreprises qui comptent des femmes parmi leurs dirigeants affichent de meilleurs résultats. Les accords de paix qui font intervenir des femmes s’avèrent viables à plus long terme. Les parlements où siègent des femmes adoptent davantage de lois portant sur des questions sociales fondamentales comme la santé, l’éducation, la non-discrimination et les allocations familiales » a-t-il fait remarquer.

 

Le renforcement de leur participation à la population active contribue à la croissance économique. « En mettant fin à la pauvreté des femmes, nous réduirons durablement et fortement l’extrême pauvreté à travers le monde » renchérit la Secrétaire générale adjointe.

 

Il ne fait donc pas l’ombre d’un doute que l’égalité entre les femmes et les hommes est un avantage pour tous. Cette réalité doit être au cœur des efforts qui se déploient pour accélérer la réalisation des objectifs du Millénaire du développement d’ici à l’échéance de 2015.

Si les progrès accomplis en ce qui concerne l’accès des filles à l’enseignement primaire et la proportion de femmes dans les instances politiques sont considérables, ils restent néanmoins trop lents et trop inégaux.

PH/ DR - Ban Ki Moon, Secrétaire général des Nations Unies

PH/ DR – Ban Ki Moon, Secrétaire général des Nations Unies

 « D’où qu’elles viennent, les petites filles nées aujourd’hui devront encore faire face à l’inégalité des chances et à la discrimination. Tous, nous devons cependant veiller à ce qu’elles se voient épargner la violence qui touche une femme sur trois dans le monde, puissent un jour recevoir un salaire égal pour un travail égal sans être empêchées de jouer un rôle dans l’économie, soient en mesure de participer dans des conditions d’égalité aux décisions qui les concernent, et aient toute latitude pour décider si elles souhaitent avoir des enfants et, le cas échéant, à quel moment et combien elles en auront » a opiné Ban Ki Moon.

Près de 20 ans après la Conférence de Beijing sur les femmes, et 15 ans après le Sommet du Millénaire, nous pouvons être fiers de nos réalisations. Davantage de femmes travaillent. Davantage de filles sont scolarisées. Un moins grand nombre de femmes meurt au cours de la grossesse ou de l’accouchement. Et enfin, davantage de femmes occupent des postes de direction.

 

« Mais l’égalité entre les femmes et les hommes n’est une réalité dans nul pays au monde, et les violations des droits des femmes et des filles sont intolérables. Rappelons-nous donc les enseignements tirés. Puisque l’égalité des sexes entraîne des progrès pour toutes et tous, poursuivons sur notre lancée et montrons-nous plus audacieux encore alors que nous nous employons à atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement et à élaborer le nouveau programme de développement pour l’après-2015 » indique Mme Mlambo-Ngcuka.

 

 

Encadré :

 

L’historique de la Journée internationale de la Femme

 

Les Nations Unies ont pris l’initiative de commémorer la Journée internationale de la Femme tous les 08 mars, à la célébration de cette fête en 1975. Deux ans plus tard, en décembre 1977, l’Assemblée générale adoptait une résolution proclamant qu’une Journée des Nations Unies pour les droits de la femme et la paix internationale devait être célébrée par les États membres un jour quelconque de l’année, selon leurs traditions historiques et nationales.

 

Journée internationale de la Femme

La Journée internationale de la femme trouve son origine dans les mouvements ouvriers du tournant du XXème siècle en Amérique du Nord et dans toute l’Europe. Depuis lors, cette Journée a pris une nouvelle dimension mondiale pour les femmes des pays développés comme pour celles des pays en développement. Le mouvement international croissant en faveur des femmes, qui a été renforcé par les quatre conférences mondiales des Nations Unies sur les femmes, a contribué à faire de cette commémoration un point de ralliement pour mobiliser le soutien en faveur des droits des femmes et de la participation de ces dernières à la vie politique et économique.

 

La Journée internationale de la femme fournit de plus en plus l’occasion de dresser un bilan des progrès réalisés, d’appeler à des changements et de célébrer les actes de courage et de détermination accomplis par les femmes ordinaires qui ont joué un rôle extraordinaire dans l’histoire de leurs pays et de leurs communautés.

 

Aline ASSANKPON


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page