Flash Infos:

COP27 / ZLECAf : La plateforme ATEX, un coup de pouce pour le commerce intra-africain


312 Vues

Ph/DR: La plateforme ATEX, un coup de pouce pour le commerce intra-africain et la mise en œuvre de la ZLECAf

Les pays africains devraient utiliser la plateforme innovante Africa Exchange Trade (ATEX) et stimuler le commerce numérique des produits de base essentiels dans le cadre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf). C’est l’une des recommandations de la CEA, lors de la présentation de l’Africa Exchange Trade Platform (ATEX) en marge de la COP27 à Sharm el-Sheikh, en Égypte.

ATEX est une plateforme de commerce électronique interentreprises (B2B) et intergouvernementale (B2G) développée par la CEA et la Banque africaine d’import-export (Afreximbank), en collaboration avec la Commission de l’Union africaine et le Secrétariat de la ZLECAf.

«L’ATEX offrira certainement un accès aux produits essentiels à des prix abordables aux pays africains qui semblent être les plus durement touchés par la crise mondiale des prix alimentaires avec de graves implications sur la stabilité économique et politique », a déclaré Mme Hanan Morsy, Secrétaire exécutive adjointe et Économiste en chef de la Commission économique pour l’Afrique (CEA) lors de la présentation de l’Africa Exchange Trade Platform (ATEX) en marge de la COP27 à Charm el-Cheikh, en Égypte.

Ouvrant la session de discussion sur « Financement pour un commerce résilient au changement climatique et l’Africa Trade Exchange ATEX : Les voies vers une Afrique plus verte », la Secrétaire exécutive adjointe Hanan Morsy a souligné que la plateforme ATEX est une opportunité pour les pays africains de collaborer pour stimuler le commerce des matières premières en réponse aux multiples défis du climat, des engrais et de la crise alimentaire. «L’Afrique doit tirer parti de la ZLECAf et des financements climatiques disponibles pour renforcer la résilience du système alimentaire africain et atténuer la vulnérabilité aux perturbations de l’approvisionnement alimentaire mondial », a déclaré Mme Morsy.

La crise climatique mondiale a affecté la sécurité alimentaire, impératif pour les pays africains d’améliorer la production alimentaire grâce à la fourniture d’intrants essentiels tels que les engrais. Les risques liés au changement climatique en Afrique comprennent les inondations, la sécheresse et les vagues de chaleur qui ont réduit la production alimentaire et la productivité agricole.

« Le changement climatique a accru et amplifié les risques pour la sécurité alimentaire des pays les plus vulnérables. Quatre des huit principaux risques induits par le changement climatique entraînent des conséquences directes sur la sécurité alimentaire » a noté Morsy.

Lire aussi  Ratification de l’accord de la ZLECAf par le Bénin :  « …Des examens approfondis doivent être encore menés… » déclare Aurélien Agbénonci

 

En outre, l’inflation dans la plupart des pays africains continue d’augmenter, nombre d’entre eux étant confrontés à des taux d’inflation à deux chiffres, dépassant largement les 20 %. Cela s’explique par les prix élevés et durables des denrées alimentaires et du carburant, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et la crise actuelle en Ukraine.

«L’une des principales implications est que les prix mondiaux des engrais ont considérablement augmenté au cours de l’année dernière en raison de la flambée des coûts des intrants, des perturbations de l’approvisionnement et des restrictions à l’exportation » , a déclaré Mme Morsy, avertissant que la flambée des prix des engrais et la pénurie affecteraient la saison de plantation en 2023 à moins que des mesures urgentes ne soient prises pour acheminer les engrais là où ils sont le plus utiles en Afrique et à un prix abordable.

«L’Afrique devrait activer son plan Marshall, la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) », a déclaré Morsy aux participants, expliquant que la mise en œuvre complète de celle-ci stimulera le commerce intra-africain d’environ 40 % en 2045 avec le secteur agroalimentaire, à savoir les céréales et les cultures, le lait et les produits laitiers, le sucre et les aliments transformés connaissant les gains les plus importants.

«Notre présence ici est un témoignage de notre soutien à l’ATEX et plus particulièrement à sa phase d’intervention d’urgence en tant que réponse africaine à la crise alimentaire mondiale », a-t-elle déclaré.

Elle a par ailleurs, souligné que l’ATEX peut renforcer la résilience économique de l’Afrique, car la demande groupée garantira la capacité de l’Afrique à négocier des prix compétitifs et à atténuer les effets de la perturbation de la chaîne d’approvisionnement alimentaire. «Il y a un besoin urgent de réduire le coût des intrants agricoles, en particulier des engrais. Elle indique que l’ATEX offre un énorme potentiel pour améliorer le commerce intra-africain des engrais. La valeur des exportations totales d’engrais de l’Afrique a dépassé les importations de 2,6 fois en 2021. En outre, quatre pays d’Afrique du Nord figuraient parmi les cinq premiers producteurs d’engrais du continent.

Le Maroc et l’Égypte ont exporté cumulativement 6,23 milliards de dollars américains d’engrais en 2021, soit 70 % du total de l’Afrique. Les pays africains sont donc exhortés à renforcer le partage d’informations sur la demande et l’offre de produits essentiels, à faciliter la participation des fournisseurs (secteur privé) de produits essentiels et à s’enregistrer et à commencer à négocier via la plateforme ATEX. « Cela va sans dire que la réorientation des engrais en Afrique est essentielle pour combler le vide laissé par la crise ukrainienne, en particulier pour les engrais à base d’azote et de phosphate », a déclaré Mme Morsy, notant que l’approvisionnement en engrais et en produits alimentaires en Afrique aiderait à atténuer les effets débilitants des chocs récurrents sur le continent.

Lire aussi  IATF 2021 : l’Afrique se bouscule aux portes de Durban pour des accords de 40 milliards USD

 

Actuellement, 134 fournisseurs ont été intégrés à l’ATEX (dont 104 entreprises africaines) et 249 acheteurs africains. Les produits disponibles sur ATEX sont les Engrais (NPK, Urée, Phosphates, Composés d’engrais, produits chimiques agricoles), produits agricoles (cajou, café, graines oléagineuses, blé, maïs, riz et orge), produits alimentaires transformés (produits du blé, produits en vrac et produits alimentaires) et autres produits industriels (matériaux de construction, produits chimiques et produits pétroliers.

La Société mondiale d’engrais, OCP fera don et vendra 550 000 tonnes d’engrais aux pays africains dans le cadre du programme Africa Relief. Dans la deuxième phase du programme, OCP a engagé 4,3 millions de tonnes disponibles pour le continent afin de presque doubler la capacité de production et espère que l’ATEX pourra aider à relever les défis logistiques et financiers, afin que nous ne manquions pas la prochaine saison.

La CEA et Afreximbank travailleront avec des acteurs internationaux clés pour s’assurer que les engrais sont acheminés là où ils sont le plus nécessaires en Afrique via ATEX.

Yusuf Daya, Directeur des relations et de la politique commerciale sur la ZLECAf à l’UA, a expliqué que la ZLECAf offre à l’Afrique une opportunité de produire et de consommer des biens sur le continent, réduisant ainsi son empreinte carbone. La mise en œuvre de la ZLECAf devrait donc être une priorité pour toutes les économies africaines. Il a dit qu’en agrégeant la demande à travers le continent et avec le soutien financier d’Afreximbank, l’ATEX peut contribuer à la sécurité alimentaire et atténuer les effets des perturbations actuelles de l’approvisionnement mondial.

Daya a déclaré que la plateforme ATEX a aidé l’Afrique à répondre à la crise ukrainienne en permettant le commerce d’intrants essentiels, notamment de la nourriture, du carburant et des engrais. Il a déclaré qu’à long terme, il est prévu que la plateforme permette aux entreprises d’accéder à de nouveaux marchés sur le continent africain et d’accroître le commerce intra-africain conformément à l’Agenda 2063 et aux Objectifs de développement durable.

Lire aussi  Nouveau projet à l'appui de la Zone de libre-échange continentale africaine: Plus de 30 activités seront mises en oeuvre dans les stratégies de la ZLECA

Maximo Torero, de la FAO, a déclaré que l’Afrique était déjà confrontée à la faim et à la malnutrition chronique en raison des crises du climat, de l’eau et de l’énergie et que la perturbation de la chaîne d’approvisionnement a aggravé les problèmes de sécurité alimentaire. La plateforme ATEX stimulera l’approvisionnement en intrants et en produits essentiels en Afrique, réduira les coûts de transaction et accélérera la mobilité des cultures afin de minimiser les pertes alimentaires.

Torero, a en outre expliqué que l’Afrique a d’énormes opportunités et plusieurs défis ; expliquant que l’ATEX peut aider à résoudre certains défis, mais il devrait y avoir des données précises sur la demande et l’offre sur le continent. La FAO est ouverte au partage de données pour affiner la plateforme afin de gérer la demande et l’offre en veillant à ce que les produits et engrais essentiels soient livrés là où ils en ont le plus besoin.

Frick, du PAM a indiqué que l’organisation soutenait les chaînes de valeur alimentaires et le commerce intra-régional en Afrique par le biais de plusieurs initiatives, notamment l’approvisionnement local et régional, les programmes d’alimentation scolaire, l’accès des petits exploitants agricoles aux marchés, ainsi que des initiatives telles que « Save Crops Operation » et FARM lancées en 2022. Il a informé que la collaboration du PAM avec les gouvernements, les institutions financières internationales, les agences des Nations Unies et le secteur privé contribue aux objectifs de l’ATEX, visant à atteindre les communautés les plus vulnérables dans le contexte de la crise alimentaire mondiale.

Il a expliqué que le nombre de personnes souffrant de faim aiguë a augmenté régulièrement entre 2019 et 2022, principalement en raison des conflits, du changement climatique et de la pandémie de Covid-19 ; soulignant qu’il est nécessaire de renforcer les marchés et les producteurs locaux pour éliminer les pertes alimentaires pendant la production et la transmission et réduire l’insécurité alimentaire. Cela peut nécessiter un accès rapide au marché qui peut être rendu possible par l’ATEX. « Il faut savoir profiter d’une crise. Cette initiative le fait en tirant parti de la crise à laquelle nous sommes confrontés et de la manière dont nous pouvons trouver des solutions qui mèneront à une vie meilleure pour les Africains », a déclaré Mme Morsy.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page