Flash Infos:

Présidentielles 2024 au Sénégal / Investiture du président élu, célébration de la Fête de l’Indépendance et Formation du Gouvernement de la Rupture : Une nouvelle page s’ouvre pour la jeunesse sénégalaise.


4 951 Vues

Ph:DR: Son Excellence, le Président de la République du Sénégal, Bassirou Diomaye Faye

Les élections présidentielles du dimanche 24 mars 2024, ont sorti le vainqueur des urnes, Bassirou Diomaye Faye du Pastel au grand dam des dinosaures de la politique sénégalaise. La jeunesse a dicté sa loi à travers les urnes. Le Candidat du Pastef qui a remplacé l’homme politique, Ousmane Sonko surplante tous les autres candidats qu’ils soient de la mouvance du régime sortant ou de l’Opposition.

Aline ASSANKPON

Le verdict est tombé : une victoire écrasante du Pastef (Les Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité) sans protestation. Bassirou Diomaye Faye est le cinquième Président de la République du Sénégal après Léopold Sédar Senghor, Abdou Diouf, Abdoulaye Wade, Macky Sall. Sur la liste, le deuxième plus jeune (à 45 ans) que Abdou Diouf. Son Mentor, Ousmane SONKO prendra les rênes du Chef du Gouvernement (Premier ministre).

A son investiture, le nouveau président de la Cinquième République, a eu l’honneur d’exprimer ces ambitions au peuple sénégalais. « La tenue de l’élection présidentielle que nous venons de vivre, consacre avant tout la victoire du peuple sénégalais dans le combat engagé pour la défense de sa souverainté et des valeurs démocratiques ». (…) «Pour donner corps à l’immense espoir suscité par notre projet de société et donner corps à ses aspirations. Je m’engage à gouverner avec humilité dans la transparente et à combattre la corruption à toutes les échelles »(…) « Je m’engage à me consacrer pleinement dans la refondation de nos institutions et le renforcement des fondements de notre ensemble » (…) «Je garderai à l’esprit que notre ressources la plus précieuse demeure la stabilité de notre pays. Je mobiliserai les Sénégalais d’ici et de la diaspora autour d’un projet national fédérateur et orienté vers un futur serein » (…) «Je voudrais reconnaitre et saler l’attachement de notre peuple à la démocratie, à la justice et à la l’égalité » (…).

 Au lendemain de son investiture, il a encore eu l’opportunité de s’adresser une seconde fois à travers le discours du chef de l’Etat à la nation, à la veille de la célébration de la fête de l’indépendance du Sénégal.

Ph:DR: L’Homme politique, Ousmane SONKO, Premier ministre du Gouvernement de la rupture

Un Gouvernement de la rupture : Place au travail….

Nommé Premier ministre du Gouvernement de la Rupture, l’homme politique, Ousmane SONKO a présenté le vendredi 5 Avril, un gouvernement qui fait la part belle au cadre du Pastel (son parti politique), près de la moitié. Ce gouvernement compte 25 ministres et cinq Secrétaires d’Etat.

La principale surprise vient de la nomination de deux militaires à des postes régaliens : Le Général Birame Diop, ancien chef d’Etat-major tient désormais les rênes des Forces armées et le Général Jean-Baptiste Tine, ancien Haut Commandant de la gendarmerie nationale, veillera sur la sécurité nationale en tant que ministre de l’Intérieur.

De ce fait, l’on peut, sans risque de se tromper dire que ces nominations traduisent la volonté du nouveau pouvoir de confier des ministères clés à des personnalités compétentes qui incarnent une forme de neutralité politique et qui connaissent bien leur secteur.

Cette nouvelle équipe gouvernementale resserrée, incarne le projet d’une transformation systémique plébiscitée par le peuple sénégalais le 24 mars 2024 à travers 54,28 % des suffrages exprimés.

L’on ne saurait parler d’un partage du Gâteau, même si une place importante est donnée aux cadres du Pastef, parti politique créé en 2014 qui commence par faire l’expérience de pouvoir.

Au total 13 membres du parti au pouvoir désormais composent le gouvernement.

Certainement, des gens de confiance et fidèles dont plusieurs poids lourds de l’avis de certains observateurs. Parmi eux, on peut citer Birame Souleye Diop qui présient depuis septembre 2022, le Groupe parlementaire de la principale coalition de l’opposition, Yewwi Askan Wi, se voit confier le portefeuille de l’Energie, du pétrole et des mines. Un poste stratégique alors que le Sénégal s’apprête à devenir en 2024, un pays producteur d’hydrocarbures. La confiance de la jeunesse placée au Pastef, ne sera pas émoussée…

Yacine Fall, Vice-présidente du Pastel chargée des relations internationales  qui a travaillé aux Nations Unies, hérite, elle, du ministère de l’intégration africaine et des affaires étrangères. C’est l’une des quatre femmes de cet exécutifi très masculin. Elles étaitent entre Sept et huit dans les précédents gouvernements. Espérons qu’avec le temps, le Premier ministre Sonko aura le temps de mettre plus de femme dans son gouvernement.

Ils sont nombreux, les militants du Pastef, ceux qui ont cru à cette formation politique, beaucoup d’acteurs historiques, des alliés, ils sont légions et ils comprennent qu’on ne peut satisfaire tout le monde à la fois.

Cependant, on note quelques rescapés de la précédente mandature qui ont trouvé une place au sein du nouveau gouvernement, certainement pour leur compétence et leur sens de probité.

Il s’agit de Serigne Guèye Diop, ministre de l’Industrie et du Commerce (un proche de Macky Sall dit-on) ; et Mary Teuw Niane, ancien ministre de l’Enseignement passé dans l’opposition depuis 2019, devient Directeur de cabinet du Président Bassirou Diomaye Faye.

Un hic, le Secretaire général de la présidence sous la précédante mandature, Oumar Samba Ba a été reconduit dans ses fonctions ; « Nous avons fait ce choix pour assurer la continuité de l’Etat. Depuis le premeir président Léopold Sédar Senghor, les hauts fonctionnaires, non encartés, on toujours eu cette mission qui a permis d’assurer la stabilité de notre pays. Il se placent au-dessus des  intérêts partisans » justifie un conseiller de Bassirou Diomaye Faye.

La question qui taraude tous les esprits est celle-ci : Comment le président élu et son mentor – désormais Premier ministre- vont se partager le pouvoir ? Le tendem est inédit : le principal leader de l’opposition mais exlu de la présidentielle, Ousmane Sonko a désigné Bassirou Diomaye comme candidat de subtitution.

Ph:DR: Comment le président élu et son mentor – désormais Premier ministre- vont se partager le pouvoir ?

Cet ascendant va-t-il se réfléter dans le fonctionnement à venir de l’exécutif ? « Le post de Premier ministre est un poste conflictogène et éjectable » publie le journal le Monde, de l’avis (une mise en garde du Prof Ogo Seck, en sciences politiques à l’Université Gaston Verger de Saint-Louis, qui souligne « qu’il ne peut pas y voir deux coqs dans le même poulailler ».

Espérons toujours que le consensus, l’entente, la confiance et la sincérité qui ont caractérisé chaque action menée durant les moments difficiles du Pastef, prendront le dessus sur toute sortes d’esprits maléfiques de division afin de permettre à ces deux coqs de diriger le même poulailler au nom de la jeunesse sénégalaise que tout le monde observe avec admiration désormais à travers eux.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page