Flash Infos:

6ème Forum africain sur la Science, la Technologie et l’Innovation à Addis-Abeba : L’Afrique devrait investir dans ces secteurs pour construire un avenir prospère, juste et durable


524 Vues

Ph:DR: 6ème Forum sur la Science, la Technologie et l’Innovation

Ce dimanche 21 avril s’est ouvert le 6-le Forum africain sur la Science, la Technologie et l’Innovation (STI) à UNECA à Addis-Abeba en Ethiopie. En prélude au Forum régional africain sur le Développement durable, le Forum STI est un pré-événement organisé par la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) en collaboration avec la Commission de l’Union africaine et d’autres partenaires sous le thème « Mise en œuvre efficace de projets innovants : des solutions scientifiques et technologiques pour renforcer l’Agenda 2030 pour le développement durable et l’Agenda 2063 pour éradiquer la pauvreté en Afrique.

Aline ASSANKPON

«L’Afrique peut construire un avenir plus prospère, plus juste et plus durable si les Etats investissent dans la science, la technologie et l’innovation ». C’est le leitmotiv qui sera repris par les dirigeants, représentants et experts africains lors de l’ouverture des deux conférences prévues pour cette semaine ; notamment le Sixième Forum africain sur la Science, la Technologie et l’Innovation les 21 et 22 avril et le Forum régional africain sur le Développement durable du 23 au 25 avril 2024 à Addis-Abeba en Éthiopie.

La science, la technologie et l’innovation sont essentielles à la transformation du continent en matière d’agriculture, d’industrie et d’éradication de la pauvreté a déclaré Belete Molla, Ministre éthiopien de la Technologie et de l’Innovation à l’ouverture de ce forum : «Favoriser l’innovation dans des secteurs clés tels que l’agriculture, les énergies propres et les soins de santé peut créer des emplois, améliorer les moyens de subsistance et sortir des millions de personnes de la pauvreté en Afrique ». Pour lui, l’engagement de l’Éthiopie à améliorer son secteur agricole et à garantir la sécurité alimentaire est un bon exemple à suivre par d’autres pays d’Afrique.

Lire aussi  Addis-Abeba / 6ème Forum africain sur la Science, la Technologie et l’Innovation : La ZLECAf comme tremplin pour le développement de la STI en Afrique

«L’Éthiopie a élaboré une feuille de route pour la transformation du système alimentaire et lancé plusieurs initiatives visant à stimuler la productivité agricole, à atteindre l’autosuffisance et à lutter contre le changement climatique. Ces initiatives incluent l’amélioration de l’accès aux engrais, aux semences et aux technologies pour les agriculteurs » poursuit le ministre éthiopien.

En outre, M. Molla a déclaré que l’Éthiopie a non seulement créé une feuille de route pour la transformation du système alimentaire, mais qu’elle a également mis en œuvre activement de nombreuses initiatives. Ces initiatives donnent la priorité au renforcement de la résilience agricole, à la réalisation de l’autosuffisance alimentaire et à la lutte contre le changement climatique. Le pays a récemment modifié sa politique scientifique et technologique, en mettant fortement l’accent sur la promotion de l’innovation et l’exploitation du potentiel des technologies émergentes. Le pays a également adopté une stratégie nationale de transformation numérique intitulée « Digital Ethiopia 2025 ».

Des exemples, des réalisations et des expériences mises en œuvre que les Etats africains qui aspirent au développement de la digitalisation doivent aussi les expérimenter : « L’Afrique doit investir dans le développement du capital humain, la recherche et le développement (R&D) et apprendre à produire, vendre et utiliser les technologies émergentes telles que l’intelligence artificielle et la génomique qui transforment tous les aspects de la vie » a déclaré pour sa part, Antonio Pedro, Secrétaire exécutif adjoint chargé de l’appui aux programmes à la CEA

«La technologie devrait améliorer le bien-être des millions de ménages, d’agriculteurs, de pêcheurs et bien d’autres qui utilisent encore des outils de base pour se sortir de l’extrême pauvreté », a ajouté M. Pedro en poursuivant : «La science et la technologie peuvent jouer un rôle important en augmentant l’efficacité de la prestation de services aux pauvres, en surveillant les conditions de vie, en prédisant les crises imminentes dans les zones surpeuplées ou isolées et en éclairant la prise de décision en cas de crise ».

La 6ème édition du Forum STI est spécifiquement organisée pour favoriser la collaboration, la diffusion de la technologie et de l’innovation, ainsi que l’intensification des efforts politiques et opérationnels pour accélérer la contribution de la science, de la technologie et de l’innovation à la mise en œuvre de l’Agenda 2030.

Lire aussi  6ème Forum africain sur la Science, la Technologie et l’Innovation : La recherche et le développement dans la mise en œuvre de la ZLECAF

Selon le Secrétaire exécutif adjoint de la CEA, le forum STI s’est développé au fil des années pour devenir une plate-forme de premier plan pour aborder les opportunités et les défis qu’offrent la science, la technologie et l’innovation afin de favoriser les partenariats stratégiques et la mise en œuvre de solutions évolutives et innovantes.

« En 2022, le Forum a lancé l’Alliance des universités entrepreneuriales en Afrique. L’Alliance a depuis incité les universités et leurs 19 millions d’étudiants en Afrique à soutenir des start-ups visant à créer 100 millions d’emplois et à générer 200 milliards de dollars de revenus en dix ans (c’est-à-dire d’ici 2033) » a rappelé M. Pedro.

De même, en 2023, la plateforme continentale de résolution de problèmes et d’innovation appelée Origin a été lancée à Niamey, au Niger ; en tant que premier Centre de recherches et d’innovations Origin pour l’Afrique de l’Est à l’Université de technologie Dedan Kimathi (DeKUT) au Kenya. Il a enregistré des centaines de solutions aux problèmes, dispose de son propre espace physique, de son personnel et de ses partenaires des secteurs privé et public.

« Les camps de codage de l’ECA pour les filles et les femmes sont un exemple de la manière dont nous pouvons donner aux jeunes femmes les moyens de devenir les prochaines entrepreneures et innovatrices technologiques. Nous avons jusqu’à présent formé deux mille jeunes filles et femmes. Cependant, pour déclencher un changement transformationnel, nous devons reproduire ces exemples encore et encore à travers le continent », a souligné M. Pedro.

La Sous-Directrice générale pour les sciences naturelles de l’UNESCO Mme Lidia Arthur Brito, indique que la collaboration internationale dans le domaine scientifique est un moyen idéal pour favoriser la paix et le développement durable. « En investissant dans la science et en promouvant l’innovation, les sociétés africaines peuvent donner aux jeunes les moyens de devenir non seulement les moteurs de l’économie ».

Au deuxième jour des travaux du 6ème Forum sur la Science, la Technologie et l’Innovation, il est prévu en plénière le Dialogue sur l’utilisation de la Zone de libre-échange continental africaine (ZLECAf) comme tremplin pour le développement de la Science, la Technologie et l’Innovation et un Débat général sur le thème : «Tirer parti de la Décennie internationale des sciences au service du développement durable pour promouvoir la science, la technologie et l’innovation en Afrique ».


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page