Flash Infos:

CEA / Atelier régional sur la Budgétisation Sensible au Dividende Démographique : Tirer profit du Dividende démographique en Afrique de l’Ouest et l’exploiter à bon escient


951 Vues

Ph:DR: Presidium de l’atelier a l’ouverture des travaux

La Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) en collaboration avec le Consortium régional pour la Recherche Economique Générationnelle (CREG) organise du 22 au 26 mai 2023 à Azalaï Hôtel de Cotonou, un atelier régional sur la Budgétisation Sensible au Dividende Démographique (BSDD). L’objectif principal de cet atelier consiste à réaliser la rétropolation du DDMI (Demographic Dividend Monitoring Index) sur les 15 dernières années et le raccordement pour calibrer l’indice pour les années sans enquête dans les pays ciblés. Vingt-cinq (25) Experts venant du Bénin, du Burkina Faso, du Niger, du Sénégal et du Togo, renforcent leur capacité sur ces mécanismes de budgétisation sensible sous l’encadrement technique de dix (10) Experts du GREC et sous l’appui technique des experts de la CEA.

Aline ASSANKPON

« Tirer profit du Dividende Démographique en investissant massivement dans la jeunesse », c’était le thème du Sommet des Chefs d’État et de Gouvernements de l’Union Africaine (UA) tenu en janvier 2016. Sommet à l’issus duquel la conférence a appelé les pays à investir massivement et de manière accélérée dans les quatre piliers suivants, afin d’exploiter le dividende démographique en Afrique : Emploi et entrepreneuriat ; Éducation et développement des compétences ; Santé et bien-être ; et Gouvernance et autonomisation des jeunes. La conférence a également appelé la CEA et les Partenaires au développement à intensifier leur soutien aux Etats membres dans la mise en œuvre de cette feuille de route de l’Union africaine pour la capture du dividende démographique.

En réponse à cet appel le Bureau Sous-Régional de la CEA pour l’Afrique de l’Ouest, le Centre Régional d’Excellence pour la Recherche en Economie Générationnelle (CREG) a mis en place deux indicateurs de suivi du dividende démographique : la rétropolation et le raccordement du DDMI, les deux réunit dans le Programme régional sur la Budgétisation Sensible au Dividende Démographique (BSDD).

En effet, la BSDD est un outil qui permet de renforcer le lien entre les politiques sectorielles et les plans de développement et le budget national. « Cet outil vise à fournir des données complètes sur les dépenses publiques liées aux dimensions du dividende démographique pour que les ressources puissent être orientées de manière plus efficace pour accélérer le dividende démographique » a déclaré Dr Ngoné Diop, Directrice du Bureau Sous-Régional de la CEA en Afrique de l’Ouest.

Ph: DR:Dr Ngoné Diop, Directrice du Bureau Sous-Régional de la CEA en Afrique de l’Ouest.

Pour la Directrice, il y a des raisons évidentes de mettre en œuvre ce programme : « Les quinze pays membres de la Cedeao compte à eux seuls une population estimée à environ 410 millions d’habitants en 2021 avec un taux d’accroissement annuel moyen de 2,4. Le poids démographique de l’Afrique qui constitue 30 % de la population africaine et représente environ 5% de la population mondiale. A l’horizon 2050, la population de l’Afrique de l’Ouest pourrait atteindre 8% de la populations mondiale et 32% de la population africaine » observe-t-elle.

« Par ailleurs, à l’instar des autres régions africaines, la population de l’Afrique de l’Ouest est majoritairement jeune, avec plus de 60 % des jeunes ayant moins de 25 ans. Une autre caractéristique saillante de la dynamique démographique de l’Afrique de l’Ouest est le fort taux de fertilité allant d’environ 2 naissances pour le Cap-Vert), 6,82 naissances pour le Niger, avec une moyenne régionale de 4,5 naissances » ajoute-t-elle.

« Ce profil démographique a des conséquences sur la création de richesse et de développement inclusif et durable des pays de la sous-région. Et cela pour plusieurs raisons, notamment le taux de dépendance élevé, c’est-à-dire la proportion de la population sur les finances publiques, la capacité de nos pays à répondre adéquatement aux besoins de ces populations, surtout des besoins jeunes en éducation, en santé et en emplois. Renverser cette tendance, plus qu’une priorité, est un impératif, voire une urgence » alerte Dr Ngoné Diop.

Le Consortium régional pour la Recherche Economique Générationnelle (CREG) appelé à la rescousse au chevet des Etats ciblés traduit donc l’engagement commun des institutions et des changements importants sur le plan socioéconomique des pays concernés, dans le but de hisser la région, voire le continent sur le chemin du développement durable. « Ce présent atelier en est une parfaite illustration et constitue un cas pertinent pour informer tous les décideurs et la Société civile. Dans ce cas, la Budgétisation sensible de la Démographie dividende constitue le parachèvement de la programmation de développement dans un environnement de contraintes importantes, de raréfaction des ressources » souligne le Professeur Latif Dramani, Coordonnateur du GREC.

Appréciant l’appui technique de la CEA, le Coordonnateur du Système des Nations Unies au Bénin, M. Salvator Niyonzima ajoute : « Nous sommes venus à cet atelier qui se propose d’outiller ces cinq pays de l’Afrique de l’Ouest. Je sais que la CEA a appuyé un séminaire sur la Zone de libre échange continental en Afrique (ZLECAf) et elle est là encore pour appuyer l’intégration des dynamiques démographique dans les politiques sectorielles, les plans de développement pour la capture des dividendes ».

Et pour boucler la boucle de la cérémonie d’ouverture, le Directeur adjoint du Cabinet du Ministre d’Etat chargé du Développement et de la Coordination de l’action gouvernementale, M. Yacoubou Amadou, exprime sa satisfaction sur l’organisation du présent atelier. « La thématique de cet atelier revêt une importante spéciale pour nos sociétés. Le dividende démographique, concept qui met en évidence le potentiel économique et social offert par une population bien formée, est une opportunité que nous retrouvons. Et pour tirer profit de ce dividende, il est nécessaire d’adopter une approche de Budgétisation sensible au dividende démographique. Cette approche consiste donc à allouer des ressources de manière stratégique afin de maximiser les bénéfices ».

L’objectif principal de cet atelier consiste à réaliser la rétropolation du DDMI sur les 15 dernières années et le raccordement pour calibrer l’indice pour les années sans enquête dans les pays ciblés. Plus spécifiquement, il s’agit pour chaque pays de : Initier les experts à la méthode de rétropolation de DDMI ; Collecter des données relatives à tous les indicateurs élémentaires de DDMI sur les quinze dernières années ; Calculer tous les indicateurs synthétiques sous-dimensionnels et dimensionnels sur les quinze dernières années ; Calibrer le DDMI des pays sur les quinze dernières années ; et enfin Appliquer les techniques d’étalonnage et de raccordement pour calibrer l’indice DDMI pour les années où des données d’enquêtes ne sont disponibles.

En effet, le présent atelier fait suite à celui organisé en février 2022 à Grand Bassam en Côte-d’Ivoire, qui a permis aux cinq pays de formuler leurs feuilles de route du processus de la BSDD en quatre étapes : Elaboration du profit pays et calibrage de l’indicateur de suivi du dividende démographique ; la transformation Budgétaire ; la Rétropolation et le raccordement ainsi que l’arrimage et l’analyse des résultats. L’atelier du Grand Bassam avait permis de réaliser les deux premières étapes du processus de la BSDD. L’étape de Cotonou consiste donc à finaliser à travers les étapes de technique du processus de la BSDD.

Plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest particulièrement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Niger, le Sénégal et le Togo, à travers le projet « Autonomisation des Femmes et Dividende Démographique au Sahel (SWEDD) » et/ou avec le concours technique et financier du CREG et de UNFPA, ont mis en place l’Observatoire National du Dividende Démographique (ONDD).

Cet atelier qui se déroule sur un sujet de grand intérêt pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique toute entière, en l’occurrence la question de la dynamique de la population, de la croissance économique et de la création de l’emploi. Après une participation active à plusieurs sessions de renforcement des capacités et de plaidoyer, les acteurs nationaux impliqués dans les mécanismes de planification stratégique, de budgétisation et de mise en cohérence des politiques publiques, envisagent, à travers les Directions Générales en charge du budget et de la Planification et autres Directions impliquées, de se faire former sur la budgétisation sensible au DD.

PH:DR: Photo de famille des participants

Avec l’appui technique et financier du Bureau sous régional pour l’Afrique de l’Ouest de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) et du Consortium régional pour la Recherche en Economie Générationnelle (CREG), la formation de Cotonou est subdivisée en plusieurs étapes clés : Transformation du budget classique en budget fonctionnel ; Rétropolage du DDMI sur les 10 dernières années ; Arrimage du DDMI au budget fonctionnel et Analyse des élasticités budgétaires et production du rapport.

Répartis en groupe de travail par pays, la méthodologie adoptée pour cette formation est à la fois théorique et pratique. La phase théorique consiste principalement à des présentations sur la méthodologie de la rétropoloation et les techniques de raccordement, suivies des échanges avec les participants. La phase pratique s’appuie sur les connaissances et compréhensions acquises lors de la phase théorique et les applique aux données nationales des différents pays.

Les participants sont 25 experts venant des cinq pays ; soit 5 participants par pays composé d’un (1) de l’Institut National de la Statistique, un (1) de la Direction Générale du Plan, un (1) de la Direction Générale du Budget et deux (2) de l’Observatoire National du Dividende Démographique. Dix (10) experts du CREG sont déployés pour l’encadrement technique à raison de deux (2) encadreurs par pays. Des experts de la CEA sont également présents pour apporter un appui technique aux équipes-pays.

 

Lire aussi  9ème Session du FRADD à Niamey : Le président Mohamed Bazoum appelle à l’accélération de la mise en œuvre des agendas 2030 et 2063

En perspective, un troisième atelier est également prévu au début du mois de Juillet 2023 à Niamey au Niger.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page