Flash Infos:

Le Togolais Edouard Kodjovi Kodjo alias Edem Kodjo a tiré sa révérence  


443 Vues

Va le panafricain, bon teint, bon genre : Edem Kodjo, Salut le Combattant !

Ancien Secrétaire général de l’Organiasation de l’Unité Africaine (OUA) de 1978 à 1983, Edouard Kodjovi Kodjo communément appelé Edem Kodjo, est une personnalité politique hors pairs de la République du Togo. Malade depuis quelques mois, l’illustre homme politique a tiré sa révérence ce samedi 11 avril 2020 à Neuilly-sur-Seine en France où il suivait des soins à l’âge de 82 ans.  

Haut cadre de l’intelligentsia togolais et africain, l’homme fut Premier ministre de la République à deux reprises :  du 23 avril 1994 au 20 août 1996 sous le feu président Gnassingbé Eyadéma et du 9 juin 2005 au 20 septembre 2006 sous la direction du Fils, successeur de son père, actuel président de la République du Togo, Faure Gnassingbé ; en son temps, certains journaux ont publié : « qu’il a servi le père et le fils… ».

Edem Kodjo a été Gouverneur du FMI de 1967 à 1973. Membre influent du Rassemblement du peuple togolais (RPT) le Grand parti politique unique de l’ancien dirigeant, Edem Kodjo s’est vu confié plusieurs portefeuilles ministériels ; outre le chef du gouvernement, il été ministre de l’Economie et des Finances et ministre des Affaires étrangères dans les années 1970.

Son opposition à l’autoritarisme du parti-Etat vers la fin des années des années 1980, lui a valu un exil en France. Cependant, il reviendra sur la scène politique au lendemain de l’ère démocratique qui a soufflé sur le pays en 1990 où il créa le Parti Union togolaise pour la démocratie (UTD). Désigné candidat unique de l’opposition à l’élection présidentielle de 1993, il va subir les méandres du  calcul politique de ses amis qui l’empêchèrent d’aller jusqu’au bout de ses ambitions.

En 2009, Edem Kodjo a fini par faire  publiquement ses adieux à la politique du haut de ses 71 ans. Depuis, il était resté conseiller du Chef de l’Etat togolais jusqu’à la crise sociopolitique du 19 août 2017. Il va créer par la suite, la Fondation Pax Africana qui regroupe plusieurs anciens chefs d’Etat et de gouvernements africains pour réfléchir aux questions de paix sur le continent.

Très écouté et consulté, Edem Kodjo était l’ancien facilitateur du dialogue inter-congolais. En effet, nommé le 16 janvier 2016 par l’Union africaine (UA), pour jouer le rôle de facilitateur du dialogue inter-congolais, il a été confronté à de nombreux obstacles. Selon la presse congolaise, dès le lendemain sa désignation, la plupart des partis de l’opposition politique congolaise (l’Union pour la démocratie et le progrès social – UDPS) et les coalitions de la Dynamique de l’opposition et du G7, ont fait savoir qu’ils s’y opposent et jugeant la médiation de l’UA trop favorable à l’ancien président Kabila.

Néanmoins il a essayé de jouer durant le premier semestre de son mandat à concilier les deux mouvances opposées. La  tâche n’a pas été du tout facile et sans repos pour le médiateur. Des obstacles, des difficultés, il en a rencontré dans les médiations, les négociations et les conciliabules, mais il finira par trouver le bout du tunnel qui a amené les partis dissidents à aller aux élections présidentielles. Il avait pris part à la cérémonie prestation de serment de Félix Tshisekedi en janvier 2019.

Enfin, traînant une santé fragile, il a été admis – en évacuation sanitaire – à l’hôpital de Neuilly-sur-Seine à Paris (France) pour être pris en charge. La vilaine maladie a fini par avoir raison de lui. L’annonce de son décès relayée sur les réseaux sociaux a surpris plus d’un. Cette figure emblématique de la politique togolaise s’est éteinte à l’âge de 82 ans, laissant derrière lui, sa famille, ses parents et le peuple togolais pantois.

Aline ASSANKPON


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page