Flash Infos:

Détournements de vivres des cantines scolaires: Sévir avec la dernière rigueur

Ph: DR-: Certains enseignants font obstruction aux efforts d’éradication de la faim et de  la malnutrition en milieu rural à travers les cantines scolaires.

Ph: DR-: Certains enseignants font obstruction aux efforts d’éradication de la faim et de la malnutrition en milieu rural à travers les cantines scolaires.

« Chasser le naturel, il revient au galop », détourner les vivres des cantines scolaires devient une habitude chez certains indélicats qui s’adonnent allègrement à cette pratique malsaine qui annihile les efforts consentis par le Gouvernement et les Partenaires techniques et financiers (PTF) afin de maintenir les élèves les plus démunis à l’école. Suite au dernier cas de détournement révélé, le dernier Conseil des ministres  a pris des mesures conservatoires pour punir sévèrement les mis en cause.

 Agathe HOUNGBEDJI

Suite au compte rendu des diligences effectuées sur les détournements de vivres destinées aux cantines scolaires gouvernementales (phase 2), le Conseil des ministres du 6 décembre dernier a instruit les ministres concernés aux fins de poursuivre les diligences.

L’histoire se répète et l’on assiste à de nouveaux cas de mauvaises gestions et de détournements des vivres destinés à offrir un repas journalier et à maintenir à l’école les enfants les plus démunis qui résident très loin de leur établissement.

Une école, une cantine pour une éducation durable, inclusive et de qualité

En effet, l’avènement des cantines scolaires initiées par le Gouvernement béninois et soutenues par les PTF  répond au besoin plus pressant de la situation de précarité de certains enfants des zones déshérités du pays. L’objectif de ce programme de cantine scolaire – qui fait désormais école dans la sous-région est, une école, une cantine pour une éducation durable, inclusive et de qualité pour tous à l’horizon 2025 conformément à la cible 2 de l’éducation des OMD prise en compte par les ODD.

L’alimentation scolaire est perçue désormais comme une priorité définie dans une Politique nationale de l’alimentation scolaire (PNAS) pour l’atteinte de cette cible qui consiste à « Assurer la scolarisation primaire universelle ». Ce qui sous-entend que le Gouvernement doit œuvrer par tous les moyens pour que tous les enfants aillent à l’école  mais surtout mettre en œuvre des stratégies pour leur maintien à l’école d’où l’intérêt de la rétention des écoliers à travers l’alimentation.

La rétention des enfants à travers les repas journaliers a permis aux enfants d’acquérir des connaissances et compétences. Les résultats sur le terrain sont très révélateurs car le taux de fréquentation jadis très faible a connu une augmentation en particulier celui des filles. Les écoles qui bénéficient des cantines scolaires sont le plus souvent  situées dans une zone déshéritée où les terres cultivables sont peu fertiles ou zone lacustre ou frontalière où le taux de déperdition ou d’abandon est assez élevé ou encore une zone où les habitations sont éloignées obligeants l’enfant à parcourir de longues distances.

Face à cette situation où l’Etat se bat pour changer la donne, l’on se demander comment des personnes chargées de préparer ces repas en complicité avec des enseignants et pas des moindres, des directeurs d’écoles – dont la mission est de former des hommes de demain – peuvent encore persister dans ces cas de malversations ? Malgré les sanctions infligées à la première vague de directeurs d’écoles mis en cause à la suite du contrôle d’Octobre 2017, d’autres indélicats tombent encore dans ce piège.

 

Le vers se trouve encore dans le fruit.

La dernière enquête sur le terrain note également le comportement de 31 responsables d’écoles ayant refusé de répondre aux questions de la Commission de Suivi-évaluation empêchant celle-ci de situer les responsabilités. Ce qui veut dire que le vers se trouve encore dans le fruit. Leur silence est coupable et illustre une preuve d’irresponsabilité face à la mission qui est la leur.

A ce titre, la promptitude du Ministre des Enseignements maternel et primaires pour la prise des mesures conservatoires à l’encontre des mis en cause est très saluée. Puisque le mal a la peau dure et persiste encore dans cette corporation, malgré la lutte implacable menée par le Gouvernement de la rupture contre la prévarication et l’impunité sous toutes ses formes ; ces enseignants indélicats doivent subir la rigueur de la loi dès lors que leur culpabilité sera établie.

Photo : Cantine scolaire

Légende : Certains enseignants font obstruction aux efforts d’éradication de la faim et de  la malnutrition en milieu rural à travers les cantines scolaires.

 

— Toutestgrace

A propos de Toutestgrace

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>