Flash Infos:

Promotion du Tourisme béninois : Le Gouvernement entend faire du tourisme, un véritable levier de développement

Ph: DR-: Table ronde et participants pour une destination de référence au Bénin

Ph: DR-: Table ronde et participants pour une destination de référence au Bénin

 « Promotion touristique au Bénin et implications sur l’Economie et l’Emploi », c’est le thème de la conférence trimestrielle organisée ce Mardi 24 Juillet 2018 par la Direction générale des Affaires économiques (DGAE).  Perçu comme deuxième secteur porteur en économie en Afrique, le tourisme apparait pour le Programme d’action du Gouvernement, comme un levier de développement qui appelle une intensification de réformes et d’investissement. Un secteur à forte croissance inexploitée, créateur d’emploi ; ce qui justifie la présence massive des Etudiants en Hôtellerie et Tourisme qui est un signe d’espoir placé en la jeunesse et  aux Acteurs associatifs et corporatistes du secteur. 

(Aline ASSANKPON)

Devenue une tradition, la conférence périodique de la DGAE, un cadre de réflexion, la 21ème du genre est axée sur une question de haute portée et stratégique : celle de la promotion touristique perçue sous le prisme de ses implications sur l’économie et l’emploi.

Au cœur de la stratégie de diversification économique du Programme d’Action du Gouvernement (PAG), le tourisme est indéniablement un vecteur du développement économique qui doit être porté et consommé par tous les Béninois où qu’ils se trouvent. Car en toute logique, le tourisme génère des effets sur l’économie nationale qui passent par deux canaux directs et indirects selon Directeur général des Affaires économiques (DGAE), Aristide Médénon.

« Par le canal direct le tourisme affecte l’économie par son industrie composée de l’hébergement des visiteurs (Hôtellerie), de la restauration, des agences de voyage, du transport des passagers, des activités culturelles et du commerce de détail. Les canaux indirects concernent les dépenses de consommation effectuées par les employés du secteur touristique ainsi que les biens du service acheté par les entreprises touristiques auprès de leur fournisseur » justifie-t-il.

Selon le rapport 2017 du World Havel and Tourism Council, la contribution totale du tourisme au PIB mondial est de  9,8% ; un taux qui dépasse largement la contribution de l’industrie automobile et de loin celle de l’industrie pétrolière. Pendant ce temps, l’Institut national de la Statiques et de l’Analyse économique (INSAE) estime les dépenses tourismes à 83 milliards Fcfa, soit 1,7% du PIB. Un faible niveau de contribution qui n’est pas cohérent avec le scandale touristique que représente le Bénin. Selon les estimations internationales, la mise en œuvre du PAG permettra de créer à l’horizon 2025 plus de 600.000 emplois directs et plus de 400.000 emplois indirects.

M. Servais Adjovi DC/MEF rappela pour sa part, le thème retenu par la communauté internationale en 2015 lors de l’assemblée générale de l’organisation mondiale du Tourisme : « Le tourisme au service d’un développement inclusif et de la transformation sociale ». Selon lui, la communauté internationale mettait ainsi l’accent sur les liens étanches entre la promotion touristique et le développement socio-économique de nos pays. « La vision du gouvernement du Bénin est en nette adéquation avec ce thème puisqu’il entend faire du tourisme un véritable levier de développement ».

En effet, deux communications sont présentées sur les ambitions du Gouvernement de faire du Bénin, une destination de référence en matière touristique. La première, présentée par Bertrand Adjovi du Développement du tourisme a fait « l’Etat des lieux du secteur touristique au Bénin ». Ses forces et faiblesses, les menaces et opportunités à saisir pour que le Bénin puisse justifier de sérieuses références afin de prétendre à une destination touristique qui existe déjà et n’appelle que des réformes d’assainissement, de réhabilitation et de lourds investissements. La seconde communication sera axée les sept (07) projets phares, plus un projet prioritaire de l’Agence nationale de promotion du Tourisme (ANPT). Selon Mme Isabelle Kuassi, ces différents projets – d’un montant global de 650 milliards de Fcfa – seront réalisés à Allada, Porto-Novo, Ouidah, Djègbadji et au Nord avec le Parc Pendjari.

Des projets qui illustrent bien la vision du Gouvernement qui consiste à promouvoir le tourisme béninois dans tous ses aspects afin de faire du Bénin, un haut lieu du tourisme, de découverte, des affaires, une destination de référence, une mosaïque de cultures, d’histoires et de la tenture pour enfin atteindre une croissance à deux chiffres. «Le tourisme, grâce à l’exploitation de ses atouts, constitue une marque et une source importante d’entrée de devises »

Entre autres atouts du Bénin, on peut citer le Parc W de Pendjari désormais inscrit à l’UNESCO ( l’une des réserves naturelles les plus riches d’Afrique de l’Ouest avec ses big four (Lion, Eléphant, Buffle, Hippopotame), le village lacustre de Ganvié (la Venise d’Afrique, une expérience unique et atypique, les Tata Somba du Nord Bénin, la civilisation Vaudou, les danses et costumes traditionnels, les cordons littoraux, les patrimoines urbains, les cascades et sites montagneux, une liste qui n’est pas exhaustive.

Une table ronde animée par des panélistes de référence (Richard Lohento, Bouraïma Dine –PDG du Bénin Royal Hôtel, Bertrand Adjovi et Isabelle Kuassi de l’ANPT) et ponctuée de questions-réponses a mis fin à ce rendez-vous d’échanges sur le tourisme, ses atouts et le potentiel inestimable dont regorge le Bénin.

— Toutestgrace

A propos de Toutestgrace

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>