Flash Infos:

Protection des enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos : Terre des Hommes lance le projet CORAL

Le projet de protection des enfants migrants le long du Corridor Abidjan-Lagos (CORAL) entre bientôt dans sa phase active. Le lancement des activités dudit projet est intervenu le 1er Avril 2017 à l’hôtel Sun Beach de Fidjrossè en présence des principaux partenaires qui ont signé la convention technique de mise en œuvre.

Ph/DR-: CORAL, un projet qui garantit une meilleure protection aux enfants migrants le long du corridor.

Ph/DR-: CORAL, un projet qui garantit une meilleure protection aux enfants migrants le long du corridor.

Les nombreuses migrations observées dans le monde sont la résultante des inégalités ostentatoires qui obligent des milliers  d’individus à bouger hors de leurs territoires d’origines à la quête d’une vie meilleure. La représentante du Mouvement Africain des Enfants et Jeunes Travailleurs (MAEJT) a réaffirmé devant les acteurs participants que la mobilité des enfants  est une réalité africaine fondée sur les projets de découverte, de formation, de préparation pour l’avenir et de soutien aux familles.

Engagé depuis 22 ans à travailler en synergie pour une protection des enfants migrants, le mouvement est représenté dans 27 pays dont ceux du projet actuel.  Mademoiselle Cindy Aka sait que la cible est souvent victime d’abus, de violence, d’accès limités aux services sociaux. C’est pour cela qu’elle s’engage au nom  de ses pairs à jouer un rôle capital dans la mise en œuvre du projet CORAL.

Si partir est une solution pour l’enfant migrant, il revient aux acteurs de soutenir les initiatives qui vont dans le sens de son épanouissement sans toutefois contrer ses aspirations légitimes. C’est pour cette raison que Aimé Bada, coordonnateur régional de ENDA Jeunesse-Action estime que CORAL répond parfaitement au type de partenariat souhaité par les organisations de la protection de l’enfance. Il s’engage pour une meilleure compréhension des mouvements d’enfants mineurs et pour le renforcement du cadre institutionnel.

Les routes migratoires présentent un caractère transfrontalier. Mieux, l’intégration des enfants migrants dans les communautés de destinations est difficile, parfois irréalisable entraînant l’échec de leurs projets de vie. Sans toutefois banaliser les risques auxquels les enfants migrants s’exposent sur le trajet, madame Patricia Elisabeth  Pierre, Cheffe de délégation de Terre des Hommes (TDH) du Golfe de Guinée basée à Cotonou, a  martelé que si rien n’est fait pour les accompagner dans l’accomplissement de leur rêve, ils alimenteront les instabilités, les criminalités urbaines, ils seront les indicateurs de mal-être dans nos sociétés. Elle a salué l’engagement et l’implication personnelle de la ministre en charge des affaires sociales à induire une dynamique nationale pour une bonne coordination des acteurs et pour un engagement de l’Etat à jouer son rôle régalien.

Mme Pierre a ensuite réitéré sa motivation et l’engagement de l’équipe qu’elle dirige à continuer les actions de TDH au Bénin afin qu’une réponse évolutive et adaptée soit apportée aux situations difficiles que vivent de nombreux enfants.

L’amélioration de la protection de l’enfant préoccupe l’Union européenne – partenaire financier du projet – qui a inscrit les problématiques relatives à la migration et la protection de l’enfance dans son plan d’action 2016-2020.

Yves Gillet, chef coopération de la délégation de l’Union européenne au Bénin, a estimé que les migrations mal gérées impactent négativement sur les pays de départ. Face à un phénomène complexe et global, les partenaires de Tdh ont proposé une démarche originale et une méthodologie qui garantit l’efficacité sur la durée du projet, a-t-il mentionné.

Tout en reconnaissant les efforts soutenus de l’Union européenne et l’engagement de Tdh, M. Bruno Gbêhinto, Directeur de la Famille, de l’Enfance et de l’Adolescence, représentant la ministre en charge des affaires sociale, a rappelé que  les peuples concernés par le projet sont liés par la culture, l’histoire et la tradition dont celle relative aux migrations. Il a souligné quelques progrès accomplis par l’Etat dans le sens d’une meilleure protection des enfants. Il s’agit notamment de la promulgation du code de l’enfant, la mise en place de la politique nationale de protection des enfants, la relance de l’accord bilatéral Bénin-Nigéria et la mise en place d’un système d’information relatif à la protection de l’enfance.

Lui, non plus n’encourage pas la migration  des mineurs. Toutefois, l’intérêt  supérieur de ces derniers et leur rêve doivent être préservés pour leur garantir un avenir radieux a-t-il poursuivi avant de laisser entendre que son département ministériel a identifié des mesures prioritaires qui devront permettre d’inverser la tendance observée dans le domaine de la protection de l’enfance au Bénin.

La présentation du projet CORAL par M. Alfred Santos qui en est le coordonnateur, la signature de la convention technique entre ENDA, MAEJT et TDH et la projection du film Happy in CORAL ont mis un terme à la cérémonie.

Le projet CORAL implique la Côte-d’Ivoire, le Ghana, le Togo, le Bénin et le Nigeria pour une période de trois ans allant du 1er Avril 2017 au 31 mars 2020. Une enveloppe financière d’un milliard quatre cent cinquante millions six cent trente mille (1.450.630.000) francs CFA mise en place par l’Union européenne permettra aux différents partenaires dont Terre des Hommes Lausanne, le Mouvement des Enfants et Jeunes Travailleurs et l’ONG ENDA Jeunesse-Action de mettre en œuvre des activités visant à garantir une meilleure protection aux enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos afin de réduire leur vulnérabilité et d’améliorer leur accès à des opportunités de développement.

Le projet CORAL vient consolider les acquis du précédent projet régional Mobilité de Tdh (2013-2016), financé par l’Union européenne et mis en œuvre au Bénin, Burkina Faso, Guinée-Conakry, Mali et Togo. Les enfants migrants constituent une source d’espoir contrairement aux perceptions répandues il y a quelques années. (Par Charles Dossou Ligan Journaliste, spécialiste des questions de l’EnfanceLigchar@yahoo.fr)

— Toutestgrace

A propos de Toutestgrace

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>