Flash Infos:

La BCEAO envisage injecter 80 milliards de Fcfa dans l’économie béninoise et les titres publics concernés sont de maturité comprise entre 3 mois et 3 ans.


983 Vues

Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest

Dans le cadre de son vaste programme de rachat de titres de dette publique, qui est à sa deuxième phase, la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) envisage d’injecter 993 milliards FCFA dans l’économie de la zone UEMOA entre les 25 et 26 septembre. La première s’étant tenue en juin 2023 dernier.  Le Togo, membre de l’union, verra ainsi 100 milliards FCFA de ses titres rachetés lors de cette opération. Le Bénin verra combien de milliards de FCFA de ces titres rachetés? Cette opération de la Banque centrale ne profite qu’en réalité les États dans le rachat des dettes publiques. Que gagne en réalité, le peuple car rien ne change dans le vécu quotidien ? A ces diverses préoccupations, Monsieur Didier NOUKPO du Directeur du Service des Etudes et de la Statistiques de la Banque centrale au Bénin, apporte quelques éclaircissements.

De l’avis du Directeur du Service des Etudes et de la Statistiques de la Banque centrale au Bénin  cette opération est effective. Elle a été lancée le 25 septembre 2023. Les soumissions ont été recueillies jusqu’au 26 septembre et la date de valeur est le 29 septembre.

Dans le cadre de l’opération, le montant pour le Bénin est de 80 milliards de FCFA et les titres publics concernés sont de maturité comprise entre 3 mois et 3 ans.

En termes d’avantages, il faut noter que l’un des objectifs de l’opération est d’améliorer la liquidité des banques et leur permettre en retour de disposer de plus de volant pour financer l’économie, aussi bien les Etats (en priorité) que le secteur privé. En rendant le système bancaire un peu plus liquide par ce canal, sans procéder à une nouvelle émission monétaire, la Banque Centrale vise aussi à faire baisser les taux d’intérêt de sortie des émissions de titres publics pour les Etats et également amortir en partie le resserrement des conditions de financement du secteur privé.

Lire aussi  Sénégal / Changements climatiques : Une conférence de la BCEAO sur le rôle des banques centrales

Plus précisément, les avantages pour la population découlent de la consolidation de la trésorerie des Etats, qui favorisera : la continuité de paiement des salaires ; le règlement des fournisseurs et prestataires (factures courantes et arriérés le cas échéant) qui à leur tour verseront des rémunérations à leurs employés. « Ces derniers et les fonctionnaires achèteront également des biens auprès d’autres entreprises et ménages » ; de nouvelles commandes publiques adressées aux grandes, moyennes et petites entreprises, qui feront appel à de la main d’œuvre additionnelle ; le règlement des dépenses sociales (éducation, santé, subvention aux prix des biens de première nécessité etc …).

Enfin, une part importante de ces ressources mobilisées par les Trésors Publics et versées aux ménages et entreprises à titre de rémunération renforcera les dépôts bancaires et permettra aux banques de disposer de liquidités supplémentaires pour financer l’économie via les entreprises et ménages.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page