Flash Infos:

Nairobi / Greenpeace Africa / Sommet africain sur le Climat : L’Afrique peut franchir un cap vers un avenir énergétique propre et durable


783 Vues

Ph:DR: Greenpeace Afrique appelle les dirigeants africains à éviter le piège des combustibles fossiles et à orienter le continent vers un avenir énergétique propre, renouvelable, abordable et durable.

L’Afrique peut prendre le lead dans une transition juste vers une énergie 100 % renouvelable, sûre et abordable, qui autonomise les communautés et les travailleurs

À l’approche du Sommet africain sur le climat, Greenpeace Afrique appelle les gouvernements africains à agir dès maintenant pour minimiser les impacts dévastateurs de la crise climatique sur les moyens de subsistance des Africains. Dans une lettre (https://apo-opa.info/45NUBBt) envoyée au secrétariat du sommet, l’organisation met en garde contre la transformation de l’Afrique en terrain de jeu d’une nouvelle ruée vers le pétrole, le gaz et le charbon, orchestrée par d’anciennes puissances coloniales.

Pendant que l’Afrique de l’Est est aux prises avec la pire sécheresse de son histoire, une chaleur extrême et des incendies de forêt ravagent l’Afrique du Nord, et des inondations soudaines touchent d’autres pays à travers le continent. La science est claire sur ce qui cause la crise climatique : des changements à long terme dans les températures et les schémas météorologiques causés par les émissions de gaz à effet de serre qui couvrent la Terre et emprisonnent la chaleur du soleil. Cette crise ne se produirait pas sans les activités humaines telles que l’extraction et la carbonisation  de combustibles fossiles notamment le charbon, le pétrole et le gaz.

« Alors que des entreprises cupides continuent de se ruer sur le charbon, le pétrole et le gaz de l’Afrique, des inondations et des sécheresses de plus en plus graves et fréquentes dévastent des communautés à travers le continent. Cette crise climatique d’origine humaine ne fera qu’empirer si nous n’agissons pas collectivement », a déclaré Dr. Oulie Keita, Directrice Exécutive de Greenpeace Afrique.​​

Lire aussi  Nairobi / 11ème Conférence sur le Changement climatique et le développement en Afrique (CCDA-XI 2023 )

Les événements météorologiques extrêmes – sécheresse, inondations et glissements de terrain – ont  de graves conséquences  sur l’agriculture et les récoltes, comme en témoigne la pire sécheresse jamais enregistrée jusqu’à lors  au Kenya. Cela a des conséquences désastreuses sur la sécurité alimentaire et provoque une hausse des prix des denrées alimentaires, que les populations d’Afrique ne peuvent guère se permettre.

« La dépendance de l’Afrique vis-à- vis des  énergies alimentées par des combustibles fossiles nous vole notre avenir et nous mène vers un désastre climatique qui ne cesse de s’accentuer. Si nous agissons ensemble dès maintenant, l’Afrique a le potentiel de se bâtir de manière plus écologique que ne l’ont fait les générations précédentes. Nous avons une responsabilité collective et le pouvoir de minimiser les dommages de la crise climatique », a ajouté le Dr. Keita.

« Nos gouvernements et dirigeants doivent avoir le courage de réfléchir à un avenir alternatif et tracer une nouvelle voie de développement loin des modèles destructeurs de l’Occident ; une voie qui privilégie les individus et la planète plutôt que le profit. Ce sommet est une opportunité de dialogue authentique, où nos dirigeants, les organisations de la société civile, les scientifiques, les jeunes activistes et autres parties prenantes peuvent faire valoir nos perspectives, besoins, et  solutions », a ajouté le Dr. Keita.

Selon la Banque mondiale, environ 600 millions de personnes en Afrique subsaharienne ont un accès limité voire inexistant à l’électricité, et pourtant le potentiel en énergie renouvelable peut largement couvrir ce besoin. Au lieu de pousser pour l’extraction continue de combustibles fossiles sans avenir, l’Afrique peut prendre le lead dans une transition juste vers une énergie 100 % renouvelable, sûre et abordable, qui autonomise les communautés et les travailleurs. La technologie des énergies renouvelables a connu une croissance fulgurante ces dernières années, devenant la forme d’énergie la moins chère, et favorisant un essor de l’emploi.

Lire aussi  COP26 / Les dirigeants institutionnels expriment ce que l'Afrique attend de la COP26 : « La COP26 L'Afrique a des besoins… » clament Akinwumi A. ADESINA, Ngozi OKONJO-IWEALA, Vera SONGWE, Ibrahim ASSANE MAYAKI

« Greenpeace Afrique appelle les dirigeants africains à éviter le piège des combustibles fossiles et à orienter le continent vers un avenir énergétique propre, renouvelable, abordable et durable. L’Afrique a besoin de politiques qui encouragent les investissements dans le potentiel exceptionnellement élevé du continent en matière d’énergie renouvelable décentralisée », a conclu le Dr. Keita. (Source : Greenpeace Africa)


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page