Flash Infos:

CEA-2021 : La fintech est la clé du financement de la transformation numérique de l’Afrique (Recommandation)


770 Vues

Ph/DR: La fintech peut être la solution…

« Les pays africains devraient exploiter la création, l’adoption et l’utilisation responsables des technologies de la 4e révolution industrielle pour la transformation économique à une époque de diminution du financement du développement ». C’est le point de vue des experts en technologie réunis lors d’une session plénière sur la transformation numérique pour un système efficace de financement du développement en Afrique sur l’Ile de Sal au Cap-Vert du 02 au 04 décembre 2021.

Les experts en technologie digitalisée ont convenu que cela nécessitera de bonnes politiques pour garantir que les innovations créées dans leurs pays soient durables, efficaces et axées sur le marché.

Philip Thigo, conseiller en partenariats numériques et responsable, Africa Leading the 4th Industrial Revolution au PNUD, a déclaré que le développement de l’Afrique dans l’espace numérique dépend de la croissance de l’entrepreneuriat qui tire parti des technologies numériques pour le marché grâce à l’innovation. Il appelle donc à une une augmentation de la croissance économique inclusive, une meilleure réglementations du marché, une élaboration de politiques efficaces avec des institutions publiques fortes qui réduisent l’instabilité politique au sein des gouvernements, conduisant à des démocraties plus fortes.

« La technologie permet la transformation rapide de la société, simplifiant la fracture numérique déjà existante, mais elle crée des menaces pour le tissu même de la démocratie et du développement durable », a déclaré Thigo.

Les solutions mobiles stimulent l’inclusion financière en Afrique, faisant passer le taux de pénétration bancaire sur le continent de moins de 20 % en 2015 à plus de 40 % aujourd’hui.

Lire aussi  CEA-2021 : « l'Afrique doit mieux gérer les ressources, renforcer le capital humain pour se reconstruire après le Covid-19 » (recommandations)

Les experts affirment que le segment le plus dynamique du boom des start-up en Afrique a vu les entreprises de technologie financière lever 836 millions de dollars de capital en 2019, contre 379 millions de dollars en 2018. Elles accélèrent l’inclusion financière sur un continent où il n’y a que cinq succursales bancaires pour 100 000 habitants, contre 13 dans d’autres parties du monde. Cependant, comme le montre l’explosion des plateformes de prêt en ligne au Kenya, cette croissance comporte un certain nombre de risques.

Kathryn Nwajiaku-Dahou, directrice des programmes à l’Overseas Development Institute, a déclaré qu’il est important de considérer la transformation numérique dans le contexte des inégalités et de la pénétration numérique inégale. Bien que le financement soit essentiel, ce n’est pas le seul défi. Les problèmes écosystémiques doivent également être traités.

« Les jeunes ont de plus en plus accès au financement et à l’innovation. Nous devons relever les défis qui empêchent les jeunes de saisir les opportunités offertes par la numérisation », a déclaré Nwajiaku-Dahou, ajoutant que le plus grand défi au développement dépasse le cadre technique, mais le type d’État que nous créons.

Omar Cissé, fondateur et PDG d’InTouch au Sénégal, a déclaré pour sa part que les entreprises technologiques en Afrique ont besoin d’argent pour numériser leurs systèmes. Et les organisations internationales devraient arrêter de donner de l’argent aux États pour numériser, mais plutôt le donner aux Fintech.

«En 2010 nous avons créé le CTIC Dakar, un incubateur d’entreprises de premier plan au Sénégal pour les entrepreneurs des services informatiques et mobiles. Nous avons développé une solution qui permet le paiement sous n’importe quelle forme et les transferts d’argent ». « En 2013, le CTIC a accompagné des centaines d’entrepreneurs et est aujourd’hui une référence pour l’accompagnement des entreprises en Afrique. Avec des partenaires qui ont contribué à sa construction, l’expérience du CTIC est actuellement dupliquée dans plusieurs pays africains »a déclaré Cissé.

Lire aussi  Cap-Vert / CEA-2021 : Les panélistes appellent le secteur public à jouer le rôle de catalyseur

Stefan Nalletamby, directeur du Département du développement du secteur financier à la Banque africaine de développement (BAD), a déclaré que les infrastructures technologiques devraient être bien réparties dans les zones rurales et urbaines pour résoudre le problème de la fracture. « Ce que nous faisons à la BAD, c’est nous assurer que les gouvernements voient l’importance de la numérisation et que les populations des zones rurales ont accès à l’économie numérique et à l’apprentissage ». Il a noté qu’il est important que les gouvernements et le secteur privé soient impliqués dans la transformation numérique par le dialogue.

La fintech peut être la solution…

Les panélistes ont tous convenu que la crise de Covid-19 a accéléré le rythme de la numérisation sur le continent. La fintech peut être la solution qui aide à transformer les systèmes financiers du continent en adaptant des outils de financement qui reflètent la réalité des économies africaines dominées par le secteur informel.

La Conférence économique africaine de 2021 a débuté le jeudi 2 décembre sur le thème : « Financer le développement post COVID-19 de l’Afrique » et a pris fin ce samedi 4 décembre.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page