Flash Infos:

Cap-Vert / CEA-2021 : Les panélistes appellent le secteur public à jouer le rôle de catalyseur


820 Vues

A la Conférence économique africaine, édition 2021, Nicolas Kazadi, ministre des Finances de la République démocratique du Congo a exhorté les gouvernements africains à élargir leur assiette fiscale en s’attaquant aux flux financiers illicites et en réduisant la dette croissante, afin de gagner un espace budgétaire pour surmonter les défis de la pandémie. Pendant ce temps, l’économiste en chef par intérim et vice-président de la Banque africaine de développement, Kevin Urama exhorte sur les défis à relever en matière de financement du développement de l’Afrique.

Agathe Aline

«Nous définissons de nouveaux mécanismes financiers. Nous devons utiliser des modèles non conventionnels et sortir des sentiers battus, voire sans les sentiers battus », a déclaré Nicolas Kazadi, ministre des Finances de la République démocratique du Congo.

Nicolas Kazadi, a appelé à investir davantage dans le capital humain pour créer de la richesse durable. Il a déclaré que l’Afrique doit utiliser l’expérience de la crise de Covid-19 pour relancer la croissance économique, en travaillant avec le secteur privé et les partenaires au développement. «Nous devons permettre au secteur privé d’agir et de réduire la pauvreté. Le secteur public devrait jouer le rôle de catalyseur.

Ph/DR: Kevin Urama l’économiste en chef par intérim et vice-président de la Banque africaine de développement.

Pour sa part, l’économiste en chef par intérim et vice-président de la Banque africaine de développement, Kevin Urama, a déclaré qu’en 2020, le Groupe de la Banque africaine de développement avait déboursé 7,3 milliards de dollars US, soit une augmentation de 40 % par rapport aux 5,2 milliards de dollars US déboursés en 2019. Les volumes ont été stimulés par une augmentation rapide des décaissements. du Centre d’intervention Covid-19.

Lire aussi  CEA-2021 : La fintech est la clé du financement de la transformation numérique de l'Afrique (Recommandation)

La nouvelle de la vague pandémique devrait exercer une pression supplémentaire sur la situation de la dette de nombreux pays. Cela a accru le besoin de réformes nationales transformatrices. «Les défis du financement du développement de l’Afrique doivent être relevés collectivement », a déclaré Urama.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page