Flash Infos:

Forum national sur les Investissements au profit de la Femme et du Genre : « Investir dans les femmes en allant encore plus vite est devenu un impératif… »


1 315 Vues

Ph:DR: Me Huguette Bokpè Gnacadja, Présidente de l’Institut National de la Femme (INF)

En prélude à la 49ème édition de la Célébration de la journée internationale de la femme (JIF) au Bénin, il est organisé un Forum national sur les Investissements au profit de la Femme et du Genre, les 7 et 8 mars 2024 à la salle bleue du Palais des Congrès de Cotonou. Conjointement organisé par l’Institut National de la Femme (INF) et le Ministère des Affaires sociales et de la Microfinance (MASM), ce forum vise à réfléchir sur la question des investissements à l’endroit des femmes et regroupe la participation de cinq (5) ministres du Gouvernement.

Aline ASSANKPON

Inspiré du thème des Nations Unies pour la JIF 2024, « Investir en faveur des femmes : accélérer le rythme » le premier forum sur les Investissements au profit de la femme et du Genre s’est articulé sur le thème : « Investir dans les femmes en allant encore plus vite est devenu un impératif, et cet investissement doit toucher plusieurs domaines simultanément »

A l’ouverture des travaux, Hervé Anani, président du Comit d’organisation de la JIF, a dans son mot de bienvenue, souligné « qu’il n’est guère superflu de préciser que l’action gouvernementale est à tous les égards favorable au leadership et à l’épanouissement des femmes.

Salvator Niyonzima, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies au Bénin, a rappelé pour sa part, que le Gouvernement a posé des actions concrètes en faveur des femmes et des filles. Se référant à la thématique du forum : « Je trouve que c’est une excellente idéée de s’arrêter un moment et de faire le point sur les investissements réels destinés à asseoir et accélérer les droits des filles et femmes que ce soir à travers des lois, des institutions ou d’autres mesures » et en livrant le message du Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres.

Une vue partielle des femmes participantes au forum

Accélérer le rythme des investissements

A la cérémonie d’ouverture officielle du Forum, Me Huguette Bokpè Gnacadja, président de l’INF a remercié le ministre des Affaires sociales, pour son esprit  collaboratif. Ses remerciements sont allés à l’endroit des différents partenaires techniques financiers ainsi qu’à toutes les personnes et Ongs qui seont engagées dans la promotion des droits de la femme.

« Le besoin d’accélérer le rythme provient du fait que le monde est en état d’urgence : Conflits géopolitiques, crises humanitaires, fortes recrudescences de la pauvreté marquée par des inégalités socio-économiques  croissantes et les impacts persistantes de la pandémie Covid-19, l’aggravation des effets du changement climatique, les menaces terroristes avec leurs migrations forcées, etc. Ces situations affectent gravement les femmes et les filles en exacerbant la violence domestique, en accroissant la vulnérabilité aux violences sexuelles et à toute sorte d’abus, en provoquant la rééducation ou la perte de moyens de subsistance » a énuméré la présidente de l’INF.

Ph:DR: Une vue partielle des participants

«Seul on a plus vite, mais ensemble, on va plus loin »

Le Gouvernement entreprend de gros efforts sur le plan législatif, institutionnel, d’allocation de ressources, de participation des femmes à la gouvernance. « Mais la réalité nous appelle à redoubler d’effort » confie la présidente de l’INF, qui ajoute : « Investir dans les femmes en allant encore plus vite, est devenu un impératif. Et ces investissements doivent toucher plusieurs domaines ».

« A l’Institut National de la Femme (INF), nous recevons quotidiennement des femmes abîmées par des violence domestiques conjugales, en milieu de travail. Celles qui sont économiquement vulnérables ont d’abord besoin d’une autonomisation émotionnelle, psycohologique pour sortir de l’emprise de l’ignorance qui leur faire croire qu’elles n’ont pas le choix de refuser de subir la violence » a déclaré Me Huguette BOKPE GNACADJA.

Pour elle, l’intensification des investissements doit gagner les domaines comme l’éducation, la santé et l’employabilité des femmes. « Seul on va plus vite, mais ensemble, on va plus loin », c’est sur cet appel à l’unité que Me Huguette Bokpè Gnacadja a lancé offciellement le Forum national sur les investissements au profit de la femme et du genre.

Un panel de discussion sur le thème : « L’accélération de l’investissement sur les femmes en politiques » : Docteur Léontine Idohou, présidente du RIFONGA, modératrice de ce panel revient ici sur les temps forts des échanges : «Il y a eu quatre panélistes, des personnalités influentes du terrain. Elles ont beaucoup insisté sur la formation des jeunes dans les partis politiques pour devenir des jeunes leaders, cela passe par le renforcement de capacités. Il y a eu également le problème de lutte contre l’analphabétisme des femmes, un domaine très important en matière de leadership féminin et enfin sur la masculinité positive parce qu’en tant que femme, seule, on ne pourrait trouver des solutions, il faut la complémentarité : c’est le genre. Et elles ont insisté sur la lutte contre le pouvoir de l’argent, parce qu’en général, les femmes n’ont pas beaucoup de moyens pour militer en politique ».

Ph/DR: Le panel des ministres du Gouvernement

Panel des membres du Gouvernement

Conjointement organisé par la Présidente de l’Institut National de la Femme (INF), Me Huguette Bokpè Gnacadja et le Ministre des Affaires sociales et de la Microfinance (MASM), Mme Véronique Tognifodé, ce forum a connu la participation de quatre autres membres du Gouvernement qui ont animé un panel de discussion sur les progrès réalisés dans les différents départements ministériels en matière de promotion de la femme et des questions relatives au genre.

Il s’agit de la ministre des Affaires sociales et de la Microfinance, Mme Véronique Tognifodé ; du Commerce et de l’Industrie, Mme Assouman……. ; de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mme Eléonore Ladékan ; de l’Enseignement secondaire, M. Kouaro Yves Chabi et du ministre de la Santé, M. Benjamin Hounkpatin.

Une tribune de partage et de progrès dans la lutte sur les inégalités liées au genre. « En 2016, pour toutes les maternités du Bénin, nous avons une couverture d’à peine de 20 %, aujourd’hui il y a quasiment une sage-femme sur toutes les maternités du Bénin. C’est essentiel » a déclaré Benjamin Hounkpatin.

 

Et lorsqu’on évoque la gratuité des filles dans le secteur de l’éducation (écoles, lycées techniques), l’on retient que le Gouvernement s’assure que toutes les filles vont gratuitement à l’école en y apportant des subventions.  « Au premier cycle de l’Enseignement secondaire général, les filles ne payent pas de contribution. Nous avons également étendu ces mesures pour le second cycle et déjà vingt (20) communes sur toute l’étendue du territoire » a déclaré Kouaro Yves Chabi. Et le seul problème qui demeure est celui des filles qui sortent tardivement des cours au niveau du secondaire.

 

Le Gouvernement actuel s’investi fortement dans la promotion de la femme avec des réformes dans chaque secteur. Des avancées sont perceptibles : « Il y a tout le potentiel des femmes et des filles, toute la puissance de la femme et il suffit que nous laissions les talents s’exprimer en complémentarité aux côtés des hommes. (…) Et je pense que si nous nous mettons tous ensemble dans la lutte et nous pouvons avancer encore un peu plus » a souligné Mme Véronique Tognifodé.

Deux jours de travaux sont consacrés à ce forum pour accélérer le rythme de ce qui se fait dans le cadre de la promotion de la femme et des filles. Même si des avancées notables sont notées par les participants et PTF présents à ce forum, il est toutefois, à noter  qu’il faut encore des actions pour plus d’impacts. « Nous devons innover, c’est pourqoui nous apprécions nos PTF (…) Les efforts du Gouvernement a fait progresser les questions sociales et l’agenda fémininiste pour les droits des femmes au Bénin. Des actions concrètes au niveau sectoriel, surtout les femmes, la société civile et des individus s’investissent dans ces actions pour faire avancer la lutte. Il faut encourager ici au Bénin tout ce qui se fait dans ce sens » a déclaré Richmond Tiémoko, Représentant résident de l’UNFPA au Bénin qui intervient au nom des PTF.

« Je m’adresse à vous les braves femmes d’ici et d’ailleurs, en dehors de la célébration, j’ai une pensée à l’endroit de vos organisations individuelles et collectives pour écrire ensemble les belles pages de notre histoire et de notre détermination. Au nom du Chef du Gouvernement, de toute l’équipe gouvernementale qui l’accompagne et en mon nom propre, je vous souhaite la pleine réalisation de l’égalité et du genre et de l’autonomisation effective de toutes les femmes pour un développement harmonieux et inclusif ».

Pour ce premier forum sur les invesstissements au profit de la Femme et du Genre, le bilan a été fait, des engagements sont pris à divers niveaux pour accélérer le rythme des actions et le renforcement des acquis pour aller plus loin.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page