Flash Infos:

Carnet noir : Le Doyen, Jérôme CARLOS, Grand journaliste, Chroniqueur, Ecrivain a tiré sa révérence


4 703 Vues

Ph:DR: Va, Guerrier de la plume, Doyen CARLOS et demeure en paix!

Comme une traînée de poudre, la nouvelle est tombée cet après-midi du 15 janvier 2023 comme un couperet. Quelques coups de fil ont confirmé la mauvaise ou funeste nouvelle : Le Doyen Jérôme Carlos, vient de casser sa plume. Ce lundi 15 janvier 2024, alors qu’aucun signe annonciateur, aucune information sur une quelconque dégradation de sa santé ne nous soit parvenue. Sur la pointe des pieds, le Doyen s’en est allé à l’orée de ses 80 ans provoquant une vive émotion dans la presse béninoise.

Aline ASSANKPON

Dans quelles circonstances j’ai connu le Doyen CARLOS ?

D’abord, en stage au journal du Service public « La Nation » de 1996 à 1998, j’entendais parler de l’éminent journaliste, de l’ancien Directeur général de l’Office National de Presse et d’Imprimerie (jadis ONEPI) et Directeur du Quotidien national « Daho Express ». A chaque fois, que je visite les archives du journal, ses éditoriaux, chroniques, ses signatures me renseignaient sur sa plume et sa personnalité. Un sentiment de respect inédit est ainsi né pour l’homme sans l’avoir encore connu. Mais cela, ne saurait tarder, car entre-temps, j’ai eu l’occasion de serrer pour la première fois, sa main dans les couloirs du journal «la Nation », lorsque, (l’autre Doyen qui s’en est allé tôt), Alfred AHOUNOU, Paix à son âme, me présenta l’ancien directeur de la maison : Jérôme CARLOS.

Collaboratrice et Correspondante du Magazine « Femme d’Afrique » édité par le Groupe Fraternité Matin d’Abidjan ; en 2000, j’ai été invitée par le Directeur de Rédaction du magazine, M. Hégaud OUATTARA dans les locaux de Fraternité Matin. Et lorsque M. Ouattara me présenta au Directeur des Rédactions du Groupe de presse, M. Alfred DAN MOUSSA, la première personne qu’il demanda au Bénin, c’était, Jérôme CARLOS.

Qui est Jérôme Carlos ?

Né le 30 septembre 1944 à Porto-Novo (Capitale de la République du Bénin) ; Jérôme CARLOS est le directeur de la Radio (privée) CAPP FM, depuis 1998 à Cotonou. Comme nous l’appelons affectueusement, le Doyen Carlos, est un éminent journaliste béninois et international. Membre de la Commission nationale du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs(MAEP) depuis 2008 ; il est également Professeur en journalisme à Pigier (Cotonou en 2001 et Professeur en communication au Centre National des Arts et Métiers (CNAM) de Cotonou de 1998 à 2005). L’homme au parcours inspirant, avait été Professeur d’histoire au lycée Béhanzin de Porto-Novo de 1971 à 12973 et Professeur d’histoire au Lycée Charles De Gaulle de Saint-Louis (Sénégal) de 1969 à 1971. Il a obtenu son diplôme de journalisme dans le Centre de Formation et de Perfectionnement en Journalisme (CFPJ) de Paris en 1980, sa maîtrise et sa licence en histoire à l’Université de Dakar (1968). A cela s’ajoute le Diplôme d’Etudes Approfondie (DEA) à Paris 1 en Sorbonne en France. Sous la révolution (1972-1990) il a été Directeur des Musées, Archives et Bibliothèques ; Directeur général de l’Office National de Presse et d’Imprimerie et Directeur du Quotidien national « Daho Express ». En 1966, il a été co-fondateur du Centre africain de la Pensée positive (CAPP) basé à Cotonou et en 1998, co-fondateur de la Radio CAPP Fm. Aujourd’hui, il va pouvoir contempler la face de son ami (co-fondateur du CAPP et de la Radio), Feu Thomas BOYA qui l’a précédé il y a quelques années. Dans l’exercice de son métier du journalisme, les archives renseignent qu’il avait occupé plusieurs postes de responsabilité au niveau international ; Entre autres : Rédacteur en chef du premier quotidien africain sur la place de Paris en 1982 « Le Contient » ; Directeur de la rédaction de « La lettre de l’Afrique de l’Ouest » ; De 1994 -1997 (Abidjan en Côte-d’Ivoire), Rédacteur en chef de « La presse » un hebdomadaire ivoirien ; De 1990 -1993 Rédacteur en chef de «Ivoire Dimanche » de 1982 à 1990 du Groupe Fraternité-Matin, journal du Service public.

Plusieurs distinctions à l’actif de l’Erudit

En plus d’être Champion du Bénin de saut en hauteur, record non battu pendant plus de quarante ans, Jérôme CARLOS a, à son actif une trentaine de trophées à divers titres (culture, presse, éduction) et de distinctions nationales et internationales. Consultant auprès de l’Unesco, de la Banque africaine de Développement et de l’Unicef, il est récemment, Commandeur dans l’Ordre de la Pléiade 2023 ; Grand Prix de littérature I.D de Côte-d’Ivoire en 1989 ; Officier dans l’Ordre du mérite culturel de Côte-d’Ivoire 1991 ; Prix du Journaliste de l’année 2001 et Chevalier de l’Ordre national du Bénin par décret présidentiel en 2005. Auteur de plusieurs publications et livre dont « Le Miroir », roman Edilis, Abidjan 1996 ; « Cri de liberté » (Poèmes) les Edition ABM Cotonou 1973 ; « Les enfant de Mandela (Nouvelle) CEDA, Abidjan 1988 ; Fleur du désert (Roman) CEDA Abidjan 1990 » ; « Je veux le changement (Vol 1 ) éditions Tundé, Cotonou 2007 » ; « Je réussie à tous mes examens, éditions BOYA, Cotonou 1993 » ; « J’opère mon changement (Vol 2) éditions Tundé, sous presse) ; « Je pense positif, ma vie change (Vol 3), éditions Tundé, à paraître » ; « Du salaire à la liberté financière, 2014 » ; « La richesse c’est moi, c’est toi et moi, 2017 ; traduit en Fongbé 2018 ». Le passionné des lettres a participé activement à la rédaction du Code de déontologie de la presse béninoise (1999) en tant que chef de mission.

Après quelques échanges, il me révéla que M. CARLOS a travaillé pour le Groupe et a été Rédacteur en chef du Journal « Ivoire Dimanche » qui en son temps, continuait de paraître. Quelques exemplaires des journaux publiés par le Groupe m’ont été offert en souvenir. Deux jours après, je devrais retourner le voir avant mon départ d’Abidjan. Bien accueillie, M. DAN MOUSSA m’a confié un paquet de publications et un courrier (emballé en ma présence) pour le Doyen CARLOS.

Ph:DR: Enfin, le Doyen CARLOS, c’est une bibliothèque qui vient d’être brûlée…

Ce paquet scella ainsi, une relation de connaissance et d’amitié entre le Doyen Jérôme Carlos et moi : Reçue dans son bureau à la Radio CAPP FM, c’est avec un grand sourire dans grands jours, qu’il apprend que j’ai été reçue par le Directeur des Rédactions du Groupe Fraternité-Matin et que j’avais un paquet pour lui. Des échanges qui prenaient l’allure de sages conseils pour tenir le pari de la profession ; alors que j’évoluais déjà dans la rédaction du Magazine international « Continental ».

Je retiens de ce Grand Homme, qui avait toutes les qualités et le bagage intellectuel qu’il fallait, pour être un Homme politique, un homme simple, pétri d’humilités et très effacé. Un homme très exigeant envers lui-même et autrui. Un homme de lettres au parcours très inspirant et au sourire franc. Un homme très passionné de la plume (journaliste, Editorialiste et Ecrivain) et un homme du micro (un grand Chroniqueur). L’expérience acquise en Côte-d’Ivoire l’a toujours suivi.  Enfin, le Doyen CARLOS, c’est une bibliothèque qui vient d’être brûlée… mais dont les traces demeureront grâce aux archives et à la digitalisation.

Paix à l’âme du Guerrier de la plume…

Va et demeure en paix !

Tes multiples Œuvres survivront !


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page