Flash Infos:

CUNCED : Améliorer la gestion de la dette en Mauritanie


1 116 Vues

Ph:DR: Représentants du gouvernement mauritanien lors de l’atelier sur la gestion de la dette

Un projet de la CNUCED récemment achevé a aidé la Mauritanie à améliorer sa gestion de la dette publique. Mis en œuvre par le Programme SYGADE (Système de gestion et d’analyse de la dette) de la CNUCED, ce projet de deux ans a permis d’améliorer la disponibilité et la qualité des données relatives à la dette de ce pays d’Afrique subsaharienne. La CNUCED et ses partenaires aident cette nation africaine à se doter des outils et des connaissances nécessaires pour mieux gérer sa dette publique et améliorer la transparence.

Il a conduit à la publication du bulletin statistique sur la dette du pays, conformément aux normes internationales. Ce bulletin fournit désormais des informations plus complètes et à jour sur la dette publique de la Mauritanie, améliorant ainsi la transparence pour l’élaboration de politiques éclairées et les négociations sur la restructuration de la dette.

Si la dette publique peut être vitale pour le développement, l’analyse de l’ONU souligne comment elle peut devenir un lourd fardeau et détourner les ressources publiques des services essentiels, tels que l’éducation et la santé.

Idrissa Niang, directeur du département de la dette extérieure au ministère des finances du pays, s’est dit satisfait du soutien de la CNUCED, tout en exhortant les donateurs mondiaux à continuer d’aider les pays en développement à assurer la viabilité de leur dette à long terme.

Les efforts d’allègement de la dette ont payé

Au début des années 2000, la Mauritanie a bénéficié d’un allègement de sa dette dans le cadre de l’initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) et de l’initiative d’allègement de la dette multilatérale.

Le pays a aussi bénéficié de l’initiative de suspension du service de la dette du G20 dans le contexte de la pandémie du COVID-19 et a signé un accord en juin 2020 lui permettant de reporter certaines échéances.

Il a également mené des négociations bilatérales de réorganisation de la dette avec certains créanciers, ce qui a permis de réduire considérablement le fardeau de la dette en 2021.

« Avec les PPTE et les processus de restructuration de la dette, la structure de notre dette a changé. Les négociations bilatérales ont été fructueuses pour la Mauritanie », a déclaré M. Niang.

Le risque de surendettement est passé de « haut » à « modéré »

Le ministère mauritanien des finances utilise le logiciel SYGADE de la CNUCED depuis 1996 pour gérer la dette extérieure du pays, qui est principalement concessionnelle mais très exposée aux risques de change, puisque 85 % de la dette publique mauritanienne est libellée en devises étrangères.

Si la monnaie nationale, l’Ouguiya, se dévalue, les paiements de la dette en devises étrangères deviennent plus coûteux, ce qui laisse moins d’argent au gouvernement pour investir dans les dépenses de développement – comme les investissements dans les routes, les hôpitaux et l’éducation.

Le principal indicateur de viabilité de la dette extérieure – le ratio de la dette extérieure totale sur les exportations – montre que la capacité du pays à rembourser sa dette extérieure à moyen et long terme s’est améliorée depuis 2015.

Selon la Banque mondiale, le ratio dette/PIB de la Mauritanie est resté stable en 2022, à environ 49 %.

En janvier 2023, une évaluation conjointe du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale a suggéré que le risque de surendettement relatif à la dette publique globale et extérieure est modéré pour la Mauritanie.

Cette évolution du risque identifiée au cours des différentes évaluations de la viabilité de la dette, vers le « modéré » est positive, grâce à la récente restructuration de la dette et à l’amélioration continue de la gestion du risque fiscal du pays.

Outre la Mauritanie, le logiciel SYGADE de la CNUCED est actuellement utilisé par plus de 80 institutions dans 61 pays.

Pour des pratiques de gestion de la dette plus efficaces

Afin de continuer à renforcer les capacités et les connaissances de la Mauritanie en matière de qualité des données sur la dette et d’analyse de la viabilité de la dette, la CNUCED et la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l’Asie occidentale (CESAO) ont organisé un atelier national dans la capitale du pays, Nouakchott, les 19 et 20 juin.

L’atelier a été organisé dans le cadre du projet conjoint de la CNUCED et de la CESAO « Développer des stratégies d’optimisation de la dette pour améliorer l’espace fiscal« , dont la Mauritanie est un pays pilote.

Le projet soutient les pays de la région dans l’adoption de pratiques efficaces d’optimisation de la dette, y compris l’amélioration de la transparence et des rapports sur la dette.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page