Flash Infos:

43ème Session ordinaire du Conseil exécutif de  l’Union Africaine à Nairobi (Kenya): « Le continent africain dispose d’importantes ressources pour propulser une industrialisation verte et durable et faire fonctionner la ZLECAF » soutient Antonio Pedro


975 Vues

Ph:DR: M. Antonio PEDRO, Secrétaire Exécutif par intérim de la CEA

Le Conseil exécutif de l’Union africaine a tenu sa 43ème Session ordinaire ce jeudi 13 juillet 2023 à Nairobi au Kenya. Un événement important du calendrier de la Commission de l’Union africaine (CUA) car il offre à tous, l’occasion de réfléchir, de réinitialiser, de recalibrer et de se réengager envers les objectifs de l’Agenda 2063 de l’Afrique.

La session du Kenya offre donc l’occasion à tous les responsables à divers niveaux d’insister sur la Conférence sur l’économie bleue et l’action pour le climat en Afrique : les États insulaires et côtiers, tenue à Moroni, Comores ; le Sommet pour un nouveau pacte de financement mondial, tenu à Paris, France, ainsi que le Caucus 2023 des gouverneurs africains du monde Bank and IMF African, qui s’est tenue à Sal, au Cap-Vert.

Au milieu des revers et des défis provoqués par les multi-crises mondiales, les Africains se sont réunis pour trouver des solutions et innover, poussés par la détermination de sauver des vies et des moyens de subsistance. « Nous devons tirer parti de ce même esprit de solidarité, de ce sens de l’urgence et de la résilience pour saisir les opportunités qui s’offrent à nous pour tenir les promesses de cet agenda critique. L’Afrique a déjà commencé à ouvrir la voie à un sens renouvelé de l’objectif commun, comme en témoignent les résultats du Sommet de l’Union africaine sur l’industrialisation et la diversification économique, qui s’est tenu en novembre 2022 à Niamey, au Niger, qui a défini une voie claire pour accélérer la transformation structurelle de l’Afrique avec un potentiel de contribution augmentation de la part des biens échangeables dans les exportations totales, emplois plus productifs et décents, valeur ajoutée, volumes plus importants de commerce intra-africain, une plus grande complémentarité des produits entre les économies africaines et l’émergence de chaînes de valeur régionales solides et bien interconnectées, rendant possible le nearshoring ou l’Afri-shoring et brisant la dépendance de l’Afrique vis-à-vis de l’exportation de matières premières. L’AfCFTA servira de catalyseur pour tous ces changements progressifs » a passé en revue le Secrétaire exécutif par intérim de la CEA, Antonio Pedro.

Le continent africain dispose d’importantes ressources pour propulser une industrialisation verte et durable et faire fonctionner l       a Zone de libre-échange continentale en Afrique (ZLECAF). Selon Antonio Pedro, « si nous exploitons tout le potentiel du fleuve Congo Inga III et IV et construisons des barrages, nous produirons 70 000 MW d’énergies ; ce qui profiterait à environ 15 pays africains » analyse-t-il par rapport aux nombreuses potentielles dont dispose le continent africain.

« Ces investissements doivent donc être priorisés et les BMD africaines doivent mener à bien les investissements pour en faire une réalité. L’argent de nos fonds de pension et de la diaspora pourrait compléter cet effort et des SPV devraient être créés en conséquence. S’il était réalisé, cela pourrait changer la donne pour le développement des infrastructures, étant la plus grande source unique d’énergie renouvelable inexploitée au monde, avec environ le double de la capacité du barrage des Trois Gorges en Chine ; cela permettrait également l’interconnectivité entre les nations africaines et alimenterait le programme d’industrialisation de l’Afrique » poursuit M. Pedro.

Le continent dispose également de ressources minières en quantité illimitée. « Ces minerais de batterie, le continent a une opportunité majeure d’être un leader mondial dans l’électrification des systèmes de transport et le déploiement de l’énergie solaire et éolienne, des transitions critiques pour atteindre les objectifs zéro du monde. Une priorité clé pour notre région, comme l’illustre l’Africa Mining Vision, est de veiller à ce que nos minerais ressources contribuent à la croissance endogène » ajoute le Secrétaire Exécutif par intérim de la CEA.

Alors que le monde passe du charbon et du pétrole aux éoliennes et aux panneaux solaires, et troque les voitures à combustion interne contre les véhicules électriques, la demande de minéraux tels que le cobalt, le manganèse et les minéraux du groupe du platine augmentera jusqu’à quatre à cinq fois. «L’Afrique est un fournisseur clé de ces minerais, représentant plus de la moitié de l’offre mondiale, et a tout à gagner de cette demande. A cette fin, le développement de la liaison spéciale transfrontalière RDC-Zambie a tout à gagner »

« La zone économique pour le développement d’une chaîne de valeur pour les batteries et les véhicules électriques pourrait changer la donne en renforçant la participation de l’Afrique à un marché mondial d’une valeur de 7,7 billions de dollars d’ici 2025 et de 46 billions de dollars d’ici 2050 ».

Quant à la valeur globale du marché des énergies renouvelables en 2020 a été estimée à 881,7 milliards de dollars et devrait atteindre près de 2 billions de dollars d’ici 2030. « Avec la demande croissante d’énergie propre, il est temps que le marché des énergies renouvelables en Afrique s’impose comme un marché mondial afin de jouer et d’attirer davantage d’investissements mondiaux. Une part de seulement 10 % de cette somme peut facilement ajouter 200 milliards de dollars à l’économie de l’Afrique. (Source : CEA)


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page