Flash Infos:

CEA : Renforcement des capacités sur les politiques économiques sensibles au genre pour un développement inclusif en Afrique


1 155 Vues

Ph:DR: La formation GEPMI actuelle vise ainsi à renforcer la capacité des CER et de leurs Etats membres respectifs sur la manière d’intégrer le genre dans les politiques économiques…

L’Institut Africain de Développement Economique et de Planification (IDEP), en collaboration avec le Centre de Services régionaux pour l’Afrique du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD-RSCA), et le soutien financier du Gouvernement du Canada, a organisé à Dakar (Sénégal), une formation en présentiel sur « la Gestion de politique économique sensible au genre dans le contexte de la reprise post-Covid-19 » du 08 au 12 mai 2023.

Vingt-trois participants dont dix femmes des cinq sous-régions du continent (Afrique del’Ouest : Gambie, Ghana, Guinée-Bissau, Niger, Sénégal, Sierra-Leone ; Afrique de l’Est : Erythrée, Ethiopie, Kenya et Ouganda ; Afrique australe : Lesotho, Malawi, Namibie et Zimbabwe ; Afrique du Nord : Soudan et Tunisie ; Afrique centrale : Cameroun, Centrafrique, Congo, République démocratique du Congo et Tchad) ont participé à la formation.

La formation en présentiel faisait suite à une formation en ligne qui s’est déroulée du 23 janvier au 17 février 2023 et à laquelle ont participé 318 participants sur des questions politiques critiques telles que : genre et macroéconomie, analyse sensible au genre, genre et commerce et genre et budgétisation sensible au genre.

Mme Karima Bounemra Ben Soltane, Directrice de l’IDEP, a souligné que « les multiples crises et le Covid-19 ont eu un impact différent sur les femmes, les hommes et les jeunes et qu’il est les jeunes important de faire une analyse de la situation afin d’élaborer des politiques appropriées liées en genre pour la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD) ».

Njoya Tikum, Coordinnatrice régioale du Bureau sous-régional du PNUD pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, a réitéré l’importance des politiques économiques sensibles au genre. « Des politiques macroéconomiques, structurelles et financières bien conçues peuvent  favoriser des résultats efficaces et inclusifs et bénéficier équitablement aux femmes, aux filles et à la société en général. Alors que le monde intensifie les efforts de la relance de la Covid-19, l’accent doit être mis sur la conception de politiques et de stratégies sensibles au genre pour catalyser une reprise plus rapide après les chocs récents et un puissant moteur de croissance pour des économies plus résilientes », a-t-elle déclaré.

Tsitsi Fungurani, Représentante du Gouvernement du Canada, a rappelé que « le Canada croit fermement en l’importance du travail collaboratif de la communauté internationale pour concevoir et mettre en œuvre des solutions sensibles au genre qui traitent des impacts sexospécifiques de grande envergure de la pandémie et pour assurer l’alignement des pays politiques en faveur d’une reprise forte, résiliente, inclusive et vertes ».

Le cours a été conçu dans le cadre de l’Initiative Genre et gestion des politiques économiques ( GEPMI), initialement lancée par le PNUD en 2010 en coopération avec l’IDEP et d’autres organisations internationales. La formation est ancrée sur l’appréciation des preuves qu’investir dans l’égalité des sexes, comme l’amélioration de l’accès des femmes aux soins de santé, à l’emploi et au crédit, peut accélérer la croissance économique et réduire la pauvreté, et que les inégalités persistantes entre les sexes réduisent les perspectives de croissance économique.

Pourtant, l’attention portée à l’égalité des sexes fait toujours défaut dans la formulation et la mise en œuvre des politiques économiques. Le manque d’attention à l’égalité des sexes est généralement associé à l’absence de compétences essentielles pour concevoir, mettre en œuvre et suivre une politique sensible au genre.

Les modules ont été révisés par le PNUD et l’IDEP pour refléter les défis de développement actuels et pour intégrer les ODD, la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), l’Agenda 2063 de l’Union africaine, le Covid-19, l’économie des soins et les questions prioritaires identifiées par les Communautés économiques régionales (CER).

La formation GEPMI actuelle vise ainsi à renforcer la capacité des CER et de leurs Etats membres respectifs sur la manière d’intégrer le genre dans les politiques économiques et les plans de développement  nationaux et de faciliter la création d’un environnement propice au développement économique inclusif.

Les 23 participants ont reçu un certificat d’achèvement et ont été encouragés à créer et à participer activement à une plateforme d’apprentissage par les pairs et de partage des connaissances entre les décideurs politiques sur les principaux problèmes émergents liés au genre.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page