Flash Infos:

« Un commerce inclusif et durable permettra à l’Afrique de réaliser pleinement son potentiel » dixit le président du Bostwana


1 298 Vues

Ph:DR: le president du Bostwana, Dr Mokgweetsi Masisi

L’OMC devrait s’efforcer de créer un système commercial plus inclusif dans lequel tous les membres de la société puissent bénéficier des possibilités offertes par le commerce, a dit S.E. M. Mokgweetsi E.K. Masisi, Président du Botswana, lors d’un événement organisé le 2 mai à l’OMC, dans le cadre de la série de conférences présidentielles. Dans la perspective de la treizème Conférence ministérielle (CM13), qui se tiendra en février 2024, le Président Masisi a appelé les Membres de l’OMC à faire en sorte que les préoccupations et les intérêts de tous les pays en développement, en particulier ceux d’Afrique, soient dûment pris en compte.

L’événement a été ouvert par la Directrice générale Ngozi Okonjo-Iweala en présence d’ambassadeurs auprès de l’OMC, d’autorités suisses, de chefs d’organisations intergouvernementales, de représentants d’organisations non gouvernementales, d’entreprises et d’universités.

Dans son allocution d’ouverture, la DG Okonjo-Iweala a souligné que l’objectif de la série de conférences présidentielles de l’OMC était « de faire venir à l’OMC des voix éminentes du monde entier pour partager des idées, des expériences et des propositions de politiques et pour apporter aux décideurs des idées nouvelles qu’ils pourraient tirer parti de nos efforts pour utiliser le commerce au service des personnes et de la planète.

La DG Okonjo-Iweala a chaleureusement accueilli le président Masisi : « Depuis son entrée en fonction en 2018, le président Masisi est devenu un leader exceptionnel et stimulant, reconnu bien au-delà des frontières de son pays. Elle a également souligné le succès obtenu par le Botswana, un pays qui compte moins de 0,2% de la population africaine mais 1,3% de la valeur des exportations de marchandises de l’Afrique.

La DG Okonjo-Iweala a noté que le Botswana – comme la plupart des pays africains – est toujours confronté à de sérieux défis en termes de diversification des exportations, de création d’emplois, d’amélioration des compétences des nouvelles générations et de réalisation d’une croissance à la fois socialement équitable et écologiquement durable.

« Le gouvernement du président Masisi a déjà commencé à répondre à ces questions avec son programme de réinitialisation, en promouvant la technologie numérique et la création d’emplois pour les jeunes, en particulier par le développement de la chaîne de valeur dans des secteurs clés, tels que l’exploitation minière, le tourisme, l’agriculture et l’éducation », a-t-elle déclaré.

Dans son discours, le président Masisi a souligné le résultat historique de la 12e Conférence ministérielle de l’OMC (CM12) en juin 2022, qui « a suscité un sentiment de confiance revitalisé » entre les membres. « Il est évident que cet esprit de collaboration renouvelé est essentiel au bon fonctionnement de l’organisation, et je voudrais souligner l’importance de mettre en œuvre les décisions de la CM12 d’une manière acceptable pour tous les membres. »

« Le Botswana – et je crois que l’Afrique dans son ensemble – reconnaît l’importance de ces résultats pour façonner l’avenir du commerce mondial. Par conséquent, il est impératif de veiller à ce que le processus de mise en œuvre soit transparent et inclusif, en tenant compte des divers besoins et préoccupations de tous les membres. Ce n’est qu’ainsi que l’OMC pourra construire un cadre durable pour le commerce mondial qui profite à toutes les nations, en particulier aux pays en développement”, a-t-il ajouté.

Le président Masisi a souligné les nombreux défis qui ont entravé le développement économique de l’Afrique, notant en particulier l’impact de la pandémie de COVID-19, qui a entraîné une distribution inégale des vaccins, laissant de nombreux pays en développement se débattre pour obtenir suffisamment de doses pour leurs populations. « Pour relever ces défis, une réponse mondiale coordonnée est nécessaire. L’OMC peut jouer un rôle crucial en aidant les pays en développement à se préparer à de futures pandémies.

Soulignant que le Botswana a quitté le statut de pays moins avancé (PMA) en 1994, le président Masisi a souligné que la sortie du statut de PMA est une question complexe qui exige une approche sensible et nuancée pour garantir que les préoccupations et les besoins de ces pays sont correctement pris en compte.

“Il est impératif que l’OMC accorde une attention suffisante à cette question et tienne compte des défis uniques auxquels sont confrontés les PMA dans leurs efforts pour s’intégrer dans l’économie mondiale. Des leçons importantes peuvent être tirées des défis des pays en développement sans littoral (PDSL) tels que le Botswana qui sont passés au statut de pays à revenu intermédiaire et supérieur », a-t-il déclaré.

Il a également souligné les progrès significatifs vers l’intégration régionale en Afrique résultant de la création de la Zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA), visant à stimuler considérablement le commerce intra-africain, en particulier le commerce de la production à valeur ajoutée et le commerce dans tous les secteurs de l’économie africaine. . Il a appelé les membres de l’OMC à « soutenir les pays africains dans leurs efforts pour créer un système commercial homogène sur le continent et pour promouvoir le commerce entre l’Afrique et le reste du monde ».

Le Président Masisi a noté que le Botswana est un membre fondateur du Groupe de travail informel de l’OMC sur le commerce et l’égalité des sexes, et a coprésidé le Groupe avec El Salvador et l’Islande. Cela montre que le Botswana travaille activement, tant au niveau national qu’international, pour défendre et promouvoir des politiques et des programmes commerciaux qui tiennent compte de l’égalité des sexes, a-t-il déclaré.

En outre, le Botswana a créé le Conseil national de la jeunesse, qui vise à autonomiser les jeunes et à promouvoir leur participation au développement du pays. Le gouvernement a également mis en place divers programmes pour soutenir l’emploi et l’entrepreneuriat des jeunes.

L’événement s’est terminé par un vote de remerciements de l’Ambassadrice Athaliah Lesiba Molokomme, Présidente du Conseil général, qui a exprimé l’espoir que « la conversation tenue aujourd’hui stimulera les discussions à l’OMC qui sont essentielles pour façonner l’avenir du commerce mondial et des relations commerciales ». entre l’Afrique et le reste du monde.

Un enregistrement vidéo de l’événement est disponible ici.

Série de conférences présidentielles de l’OMC
Lancée en 2022, la série de conférences offre une plate-forme à des conférenciers distingués de tous horizons, allant des présidents, premiers ministres et politiciens de haut niveau aux chefs d’entreprise, scientifiques, auteurs et philanthropes, pour discuter de la coopération multilatérale et des questions de gouvernance mondiale, y compris les questions liées au commerce et les objectifs de développement durable.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page