Flash Infos:

CEA : Des méthodes harmonisées pour la collecte informelle de données sur le commerce transfrontalier essentielles au suivi du commerce intra-africain


543 Vues

Ph:DR: Des méthodes convenues pour le mesurer avec précision le commerce transfrontalier

On sait que le commerce transfrontalier informel en Afrique est important et contribue de manière cruciale aux moyens de subsistance de millions d’Africains, mais il n’existe pas de méthodes convenues pour le mesurer avec précision, ont déclaré des experts lors de la première réunion en présentiel de l’Équipe spéciale sur l’élaboration d’une méthodologie harmonisée pour la collecte informelle de données sur le commerce transfrontalier.

«Comprendre l’ampleur, la portée et les caractéristiques du Commerce transfrontalier informel (ICBT) sera déterminant pour surveiller avec précision le commerce intra-africain, ainsi que l’élaboration d’une politique économique appropriée », a déclaré Melaku Geboye Desta, Coordinateur du Centre africain pour la politique commerciale (ATPC), à la Commission économique pour l’Afrique (CEA), à l’ouverture de la réunion du Groupe de travail à Kampala, en Ouganda.

Le Groupe de travail a été créé par la Commission de l’Union africaine (CUA), en collaboration avec la CEA et AFREXIMBANK ; et a pour mandat de fournir des orientations politiques et techniques au processus d’élaboration de la méthodologie continentale de collecte de données ICBT et de superviser sa mise en œuvre.

Desta a noté que les statistiques commerciales officielles saisissent souvent des données sur le commerce formel et laissent de côté le commerce informel, ce qui entraîne une sous-estimation de la portée du commerce intra-africain. La taille de l’ICBT en Afrique signifie que le niveau du commerce intra-africain est probablement beaucoup plus élevé que le chiffre de 16 à 18 % souvent utilisé par les experts, a-t-il déclaré.

Lire aussi  Sanctions économiques contre le Niger : Asphyxiés, commerçants et transporteurs appellent à baisser le glaive

Reconnaissant qu’il existe certaines estimations de l’ICBT en Afrique, M. Desta a observé que l’absence d’une définition convenue de l’ICBT et d’outils méthodologiques communs utilisés par les différents organismes statistiques nationaux a diminué la qualité et l’utilité des estimations qui en résultent.

Brian Mureverwi, Conseiller principal en commerce, à la Commission de l’Union africaine, s’exprimant au nom de M. Djamel Ghrib, Directeur du développement économique, de l’intégration régionale et du commerce à la Commission, a déclaré que celle-ci accorde une grande importance aux statistiques commerciales, car cela éclaire la formulation de politiques fondées sur des données probantes.

«Le commerce transfrontalier informel est répandu en Afrique, d’où la nécessité de saisir les aspects en matière de structure, de modèle ainsi que la dimension genre ». M. Mureverwi a noté que pour soutenir pleinement la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine, il est important de saisir les activités des PME à la frontière, car elles contribuent énormément aux économies africaines. Les données ICBT seront intégrées dans l’Observatoire africain du commerce, afin que les décideurs politiques puissent prendre des décisions politiques éclairées par les données.

Tout comme le commerce formel, le commerce transfrontalier informel nécessite une méthodologie commune, y compris sa définition. Les bonnes pratiques internationales recommandent l’utilisation d’une nomenclature commune dans la collecte et la diffusion des statistiques commerciales, dans le but de faciliter la comparabilité des données. À cette fin, le groupe de travail a travaillé sur le développement d’une méthodologie harmonisée pour la collecte de données ICBT en Afrique.

Il n’existe pas de définition universellement acceptée de l’ICBT car il a souvent été confondu avec la contrebande et d’autres pratiques illégales. L’ICBT a été défini au sens large pour inclure les commerçants ou entreprises informels (non enregistrés) opérant entièrement en dehors de l’économie formelle et des entreprises formelles (enregistrées) qui se soustraient totalement aux réglementations et aux droits liés au commerce, par exemple en évitant les postes frontaliers officiels. L’ICBT a également été défini comme toute entreprise formelle (enregistrée) qui se soustraie partiellement aux réglementations et aux droits liés au commerce en recourant à des pratiques illégales, par exemple la sous-facturation.

Lire aussi  Sanctions économiques contre le Niger : Asphyxiés, commerçants et transporteurs appellent à baisser le glaive

Le Groupe de travail a tenu deux réunions virtuelles aux fins de délibérer sur la définition et les composants de la méthodologie ICBT. La réunion hybride actuelle s’appuiera sur les travaux déjà existants sur l’ICBT sur le continent. Par exemple, il existe la méthodologie du Bureau ougandais des statistiques (UBOS) pour la collecte de données ICBT qui constitue la base de la méthodologie harmonisée pour la collecte de données ICBT dans les régions d’Afrique orientale et australe, et la méthodologie harmonisée utilisée dans les projets pilotes de collecte de données ICBT dans la région de la CEDEAO par la CEA et AFREXIMBANK.

S’exprimant lors de l’ouverture de la réunion du Groupe de travail, Antony Coleman, Économiste de recherche principal à Afreximbank, a souligné la nécessité d’une cohérence dans la définition, l’approche, l’étendue et la collecte de données pour arriver à un cadre harmonisé de collecte de données ICBT.

«Nous savons que le commerce intra-africain est très faible, mais est-il vraiment faible ou est-ce qu’une grande partie de celui-ci se trouve dans le segment informel et n’est donc pas pris en compte », a demandé M. Coleman, ajoutant que « pour pouvoir saisir le volume du commerce transfrontalier informel qui circule à travers le continent, nous avons seulement besoin d’un cadre continental harmonisé pour y remédier. Une fois que nous serons capables de le faire, nous pourrons alors réaliser que le commerce intra-africain est en effet si énorme et comprendre que ce dernier nous aidera également à améliorer nos statistiques commerciales et notre balance des paiements ».

La réunion de quatre jours du Groupe de travail finalisera les délibérations sur la définition et les éléments clés de la méthodologie, en interrogeant les méthodologies ICBT existantes. Elle identifiera les similitudes, les différences et les lacunes qui peuvent être traitées dans la méthodologie continentale harmonisée. En outre, la réunion préparera le premier projet de méthodologie continentale pour la collecte de données ICBT en Afrique qui sera soumis aux organes délibérants de l’Union africaine pour examen.

Lire aussi  Sanctions économiques contre le Niger : Asphyxiés, commerçants et transporteurs appellent à baisser le glaive

À propos de la CEA

Créée en 1958 par le Conseil économique et social (ECOSOC) des Nations Unies, la CEA est l’une des cinq commissions régionales de l’Institution et a pour mandat d’appuyer le développement économique et social de ses États membres, d’encourager l’intégration régionale et de promouvoir la coopération internationale pour le développement de l’Afrique. Composée de 54 États membres, la Commission économique pour l’Afrique (CEA) joue un double rôle en tant qu’organisme régional de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et en tant que partie intégrante du paysage institutionnel régional en Afrique.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page