Flash Infos:

African Banker Opinion : L’Afrique doit présenter des projets « bancables »  


592 Vues

Ph: DR: Le développement d’une réserve crédible de projets d’infrastructure africains bancables et durables nécessitera la coordination des ressources techniques et financières des secteurs privé et public en Afrique et aux États-Unis.

Les relations entre les États-Unis et l’Afrique sont de nouveau sous les feux de la rampe, et l’investissement en est le mot d’ordre. Pour être bénéfiques, elles supposent une réserve crédible de projets bancables et durables sur le continent. Le lancement de la stratégie américaine à l’égard de l’Afrique subsaharienne et le Sommet des dirigeants américano-africains de 2022 ont préparé le terrain pour que 2023 soit une année d’action en matière de développement des infrastructures. Cette année arrive à un moment crucial pour l’Afrique.

Les deux dernières décennies d’engagement ont vu des changements marqués et bienvenus de l’aide au commerce, et désormais à l’investissement. D’ici à 2050, un quart de la population mondiale sera africaine, ce qui fera du continent un acteur mondial de plus en plus important dans la construction de l’avenir de la planète. L’ordre du jour du sommet de 2022 comprenait des questions essentielles telles que la croissance économique inclusive, la création d’emplois, le changement climatique et le développement d’infrastructures à grande échelle répondant à ces trois impératifs. Pour autant, comment l’Afrique et les États-Unis peuvent-ils tirer parti de leurs ressources respectives pour donner à l’Afrique l’ampleur dont elle a besoin ?

Avec les bons partenariats, les pays africains parviendront à trouver un équilibre entre le développement des infrastructures, la croissance économique et la durabilité Le gouvernement américain dispose d’une série d’outils et de services pour soutenir les projets d’infrastructure africains et faciliter les investissements, et le secteur privé américain possède une expertise de pointe dans des secteurs prioritaires tels que l’énergie propre, les soins de santé et l’infrastructure numérique. De leur côté, les institutions financières africaines comprennent les marchés locaux et disposent des connaissances sur le terrain pour identifier les promoteurs de projets appropriés et accélérer l’exécution. La coordination de ces ressources déterminera le succès de ce partenariat entre l’Afrique et les États-Unis dans le domaine des infrastructures.

Saisir l’opportunité des infrastructures

Un partenariat visant à investir dans le développement des infrastructures sera un facteur essentiel de croissance durable et de prospérité pour l’Afrique. Si le mot « infrastructure » peut évoquer des routes et des ponts, sa définition est beaucoup plus large et souligne son importance. Le terme inclut les investissements dans les infrastructures numériques et énergétiques propres. Par exemple, les investissements dans les centres de données, les stations de base, les tours de transmission et les réseaux électriques avancés à toutes les échelles, sont essentiels pour poursuivre et renforcer la poussée de l’Afrique vers la numérisation.

Avec sa population croissante, l’expansion de la classe moyenne et l’urbanisation rapide, le continent connaît l’une des croissances les plus rapides en matière de demande d’infrastructures. Les opportunités d’investissement du secteur privé américain sont nombreuses, car le continent est confronté à un déficit de financement des infrastructures estimé à plus de 100 milliards de dollars par an.

L’une des priorités les plus importantes pour consolider les opportunités d’investissement dans l’espace infrastructurel abondant de l’Afrique est d’augmenter le nombre de projets « bancables » prêts à l’investissement. Pour ce faire, il faudra injecter des capitaux importants dans les phases de préparation et de développement des projets, qui sont des étapes cruciales du cycle de vie des investissements dans les infrastructures.

Si de nombreux investisseurs connaissent les outils de financement du gouvernement américain pour les marchés émergents, notamment la dette, les fonds de roulement et les mécanismes de garantie, le gouvernement américain finance également la préparation des projets d’infrastructure par l’intermédiaire de l’Agence américaine pour le commerce et le développement (USTDA). La préparation des projets est l’une des parties les plus risquées du cycle de vie des projets, 80 % des projets d’infrastructure africains échouant au stade de la faisabilité et du plan d’affaires. Les subventions accordées par l’USTDA pour la préparation des projets permettent de réduire les risques et de débloquer les projets sur le continent, ouvrant ainsi la voie aux financements publics et privés.

Les facilitateurs de la préparation des projets tels que l’USTDA sont des partenaires naturels des institutions financières de premier plan présentes sur le terrain, telles qu’Africa50, qui identifie les projets, rassemble les capitaux publics et privés et accélère la mise en œuvre des projets. Africa50 catalyse les infrastructures africaines en travaillant avec les développeurs de projets pour préparer des études environnementales, sociales et de gouvernance, en sondant les parties prenantes et les utilisateurs finaux, en rédigeant des accords juridiques et de concession, en investissant et en structurant le financement. Elle l’a fait sur tout le continent dans des secteurs tels que l’électricité, les transports, la logistique et les TIC.

En travaillant ensemble, des institutions complémentaires comme l’USTDA et Africa50 peuvent à la fois accélérer et étendre le développement des infrastructures prioritaires en Afrique. Le projet poa ! Internet au Kenya en est un bon exemple. En janvier 2022, Africa50 a finalisé une prise de participation et mené un tour de table de 28 millions $ pour soutenir la croissance de ce fournisseur d’accès à Internet dans les communautés urbaines à faibles revenus au Kenya et dans toute l’Afrique. L’USTDA a ensuite approuvé le financement d’une étude de marché et de faisabilité pour informer l’expansion du FAI dans trois pays et faciliter le déploiement de son capital dans de nouvelles infrastructures de télécommunications pour les populations mal desservies. Depuis lors, 42 % des clients de poa ! utilisent désormais l’Internet pour l’éducation formelle, et 28 % l’utilisent pour gagner un revenu.

Soutenir les objectifs climatiques de l’Afrique

Ce type de collaboration sera essentiel pour que l’Afrique atteigne ses objectifs en matière de climat. Touchés de manière disproportionnée par le changement climatique, les pays africains sont à la recherche de solutions à faible ou à zéro émission de carbone pour favoriser l’adaptation, la résilience et la croissance économique. Le déploiement de technologies innovantes est impératif pour atteindre ces objectifs, et c’est pourquoi les entreprises américaines sont désireuses de s’associer aux secteurs privé et public de l’Afrique sur leurs priorités en matière d’infrastructures.

La promotion de ces partenariats a été l’un des principaux sujets de conversation lors du sommet des dirigeants américano-africains et est devenue une composante de la politique étrangère des États-Unis, comme en témoignent la stratégie américaine à l’égard de l’Afrique subsaharienne et le partenariat pour l’infrastructure et l’investissement mondiaux, lancé l’année dernière par le président Joe Biden et le groupe des sept principaux dirigeants de pays industrialisés.

Le partenariat pour l’infrastructure climatique de l’Afrique se manifeste également par l’émergence de nouvelles initiatives telles que l’Alliance pour l’infrastructure verte en Afrique (AGIA). Lancée lors de la COP27 et dirigée par l’Union africaine, la Banque africaine de développement et Africa50, l’AGIA vise à mobiliser jusqu’à 500 millions $ de capital de départ pour la préparation et le développement de projets d’infrastructure, dans le but de générer jusqu’à 10 milliards $ d’opportunités d’investissement, afin d’accélérer la transition de l’Afrique vers un bilan net zéro. L’AGIA comprend des institutions financières internationales publiques et privées d’Afrique, d’Europe et des États-Unis.

La coordination des ressources de l’AGIA permettra d’accroître la participation du secteur privé au développement des infrastructures climatiques en Afrique. Avec l’USTDA parmi ses partenaires, l’AGIA offre la possibilité de tirer parti de la technologie et des investissements du secteur privé américain.

Si plusieurs grandes multinationales américaines sont présentes en Afrique depuis plusieurs décennies, de nombreuses entreprises américaines doivent encore s’engager pleinement sur le continent. Le commerce interentreprises en Afrique devrait atteindre 3 500 milliards $ au cours de la décennie, et les investissements et les partenariats entre les entreprises américaines et africaines peuvent constituer une source importante de croissance mutuelle au cours des prochaines décennies.

Certains points positifs méritent d’être soulignés. Par exemple, 38 % de tous les investisseurs impliqués dans le secteur du capital-risque en Afrique en 2021 étaient originaires des États- Unis, et le sommet des dirigeants américains et africains qui vient de s’achever a débouché sur des partenariats et des engagements d’investissement de plus de 15

Le développement d’une réserve crédible de projets d’infrastructure africains bancables et durables nécessitera la coordination des ressources techniques et financières des secteurs privé et public en Afrique et aux États-Unis. Avec les bons partenariats, les pays africains parviendront à trouver un équilibre entre le développement des infrastructures, la croissance économique et la durabilité.

https://magazinedelafrique.com/african-banker/lafrique-doit-presenter-des-projets-bancables/?mc_cid=a92b96b4c0&mc_eid=1581a7b77e


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page