Flash Infos:

CoM2023 : La gestion des risques : une nécessité dans les programmes de formation de l’IDEP selon Mme Karima Bounemara


441 Vues

Ph: DR: Karima Bounemara, le directeur de l’Institut africain de développement économique et de planification (IDEP ),

Dans le cadre de la réunion d’experts de la 55e Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique qui s’est tenue à Addis-Abeba, en Éthiopie, le directeur de l’Institut africain de développement économique et de planification (IDEP ), Karima Bounemara, a présenté jeudi le rapport d’activité de sa structure et insisté sur la nécessité de prendre en compte les risques dans les programmes de formation de l’IDEP.

Dans cet esprit, l’IDEP a lancé une série d’activités de renforcement des capacités sur l’intégration de la gestion des risques dans la planification du développement. « L’objectif de ces activités était de doter les décideurs des compétences et des outils dont ils ont besoin pour comprendre la nature interconnectée des risques dans un monde globalisé, mener des évaluations des risques afin de mettre en œuvre des mesures efficaces de gestion des risques », a expliqué Karima Bounemara.

En 2022, l’un des axes phares du programme de formation de l’IDEP était « Gestion des risques et modélisation macroéconomique ». L’instabilité résultant de la réponse mondiale à la pandémie de COVID-19, du changement climatique et du conflit entre la Fédération de Russie et l’Ukraine a gravement affecté le développement socio-économique des États africains. Ces chocs ont contribué au besoin urgent de prendre en compte les risques dans la planification du développement.

« Afin de soutenir les efforts des États membres pour promouvoir la relance socio-économique et renforcer la résilience, l’IDEP a continué à fournir des formations en ligne innovantes sur les questions de développement et de planification aux niveaux sectoriel, national et régional à moyen et long terme », a déclaré Karima Bounémara.

L’Institut a également organisé des formations sur d’autres sujets tels que l’autonomisation des femmes et des jeunes, le changement climatique, les opportunités et les défis découlant de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), les mécanismes de financement innovants et la gouvernance des ressources naturelles.

Dans le cadre de la fonction Think Thank de l’IDEP, 737 experts ont participé à huit activités de recherche analytique pour renforcer leurs capacités en matière de formulation de politiques publiques. Grâce à 54 activités de formation, l’IDEP a renforcé les capacités de 3.053 responsables gouvernementaux et autres parties prenantes (dont 861 femmes) de 45 pays en matière de développement et de planification ; Intégration régionale; développement social; et la gestion intégrée des ressources naturelles.

« Un accent particulier a été mis sur les besoins et les intérêts des femmes et des jeunes. L’IDEP a formé 1438 responsables gouvernementaux, jeunes experts et étudiants (415 femmes) à la conception de politiques sensibles au genre et de stratégies résilientes pour l’ère post-pandémique », a-t-elle ajouté.

L’IDEP a également formé 428 parlementaires et experts d’organisations non gouvernementales sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) ainsi que 3053 stagiaires de 45 États membres africains sur 54 programmes.

En outre, l’Institut a enregistré plus de 1000 participants à des activités de recherche, renforçant le lien entre la recherche sur le développement et la politique et fournissant un cadre pour un débat ouvert et une réflexion novatrice.

En consultation avec les États membres, l’IDEP s’est engagé à renforcer la conception et la mise en œuvre de programmes de formation et de recherche dans les domaines de la gestion des risques et de l’intégration des risques dans les processus de planification du développement. Par ses activités, l’IDEP vise à améliorer les connaissances et les compétences pratiques des parties prenantes en matière d’analyse des risques, d’étudier les incitations et les goulots d’étranglement à la prise en compte des risques, d’évaluer les défis sociétaux, géopolitiques, environnementaux et technologiques et de s’assurer que les risques sont effectivement pris en compte dans les cadres de planification du développement.

« Pour assurer la prévisibilité des flux de fonds de l’Institut et pour répondre efficacement aux demandes d’assistance des États membres, l’IDEP plaidera pour une augmentation de la subvention de l’ONU », a assuré la directrice de l’IDEP.

Sur la base de la recommandation faite à la CEA par le Comité d’experts de la Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique en 2022, « l’IDEP établira des consultations régulières avec les missions permanentes des États membres pour les sensibiliser aux activités de l’Institut et à tous les implications financières qui en découlent », a-t-elle assuré.

L’institut, qui célèbre cette année son 60e anniversaire, continue de travailler à la réalisation de l’Agenda commun des Nations Unies, au renforcement de la résilience en Afrique et à la planification des capacités pour réaliser l’Agenda 2030 et l’Agenda 2063. (Source : CEA)


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page