Flash Infos:

Tentative de sortie frauduleuse d’engrais et intrants subventionnés : Les faussaires appréhendés, le MAEP et le DGPR menacent Le Ministre en charge de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche et le Directeur Général de la Police Républicaine


434 Vues

Ph/DR: Un point de presse pour informer l’opinion publique des arraisonnements de camions chargés d’intrants et d’engrais subventionnés en direction des pays limitrophes puis de mettre en garde ceux qui enfreignent à cette interdiction.

Le Ministre en charge de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche et le Directeur Général de la Police Républicaine ont animé un point de presse ce lundi 23 mai 2022 à la salle de conférence du Ministère de l’Agriculture. Il était question d’informer l’opinion publique des arraisonnements de camions chargés d’intrants et d’engrais subventionnés en direction des pays limitrophes puis de mettre en garde ceux qui enfreignent à cette interdiction.

Ton de menace et de fermeté du Ministre en charge de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche et le Directeur Général de la Police Républicaine à l’encontre de ceux qui tentent de sortir de façon frauduleuse les engrais et intrants agricoles du territoire national. Après avoir fait le point des arraisonnements des camions en partance vers les pays voisins, dont les chargements sont estimés à 400 tonnes, le Directeur Général de la Police Républicaine a mis en garde.

« (…) La Police Républicaine veille, l’État veille. Les contrevenants subiront la rigueur de la loi. Les agents civils et les forces de l’ordre ne doivent en aucune manière s’introduire dans cette manœuvre frauduleuse. Je reprécise, tous les agents civils, militaires et lorsque je parle de militaires y compris les policiers, les douaniers, tous les éléments de force de l’ordre ne sont pas autorisés à s’impliquer à cette manœuvre frauduleuse. Dans le cas où ils s’impliqueraient dans cette manœuvre frauduleuse, ils subiront les rigueurs de la loi. Dans tous les cas, l’État veille ». Au Contrôleur Général de Police Soumaïla Allabi YAYA d’inviter les populations à coopérer pour faire échec à ces fraudeurs.

Lire aussi  Campagne agricole : 242.000 tonnes d'intrants déjà reçus sur les 270.000 tonnes commandées

Constat grave du Ministre

C’est un constat amer qu’a fait de la situation le Ministre Gaston Cossi DOSSOUHOUI, si les fraudeurs arrivaient à leurs fins. « C’est notre économie que quelques vils individus cherchent à saboter. En l’espace d’un mois seulement, près de 400 tonnes d’engrais et intrants sont en instance de départ. Combien a pu partir par des voies déguisées ? C’est Dieu seul qui sait. Avant qu’on ne fixe les prix des engrais, certains ont déjà commencé par trafiquer à la faveur de passage de tel magasin à tel autre, et les engrais sont entreposés dans les villes frontières et n’attendent qu’à être sortis ». Comme le Directeur Général de la Police Républicaine, le Ministre en charge de l’Agriculture rassure que l’État et les forces de l’ordre veillent à décourager les contrevenants à cette interdiction. Car, pour le Ministre les conséquences seraient désastreuses s’il en n’était pas ainsi.

« À la faveur de toutes les contraintes endogènes et exogènes que nous avons eues, il a été nécessaire à l’État et aux acteurs de mettre la main à la poche pour soutenir la production, surtout l’acquisition des intrants, des engrais particulièrement. Quelques 54,5 milliards ont été nécessaires pour que le prix des engrais soit au niveau de 14.000 FCFA le sac. (…) Si cela est fait, c’est pour donner de la chance à nos producteurs cette année de saisir le marché régional très demandeur, en plus de ce que nous avons comme demande interne pour récolter et gagner tous les acteurs à la production. C’est pour éviter la pénurie alimentaire, soutenir la sécurité alimentaire et faire gagner chaque producteur qui va utiliser ces intrants. (…) Si nous arrivons à utiliser consciencieusement et correctement ces engrais sur la production, notre pays va gagner en notoriété, en sécurité. Parce que la première sécurité, c’est celle du ventre. Nous saurons non seulement produire, pour couvrir nos besoins domestiques mais nous allons pouvoir placer ces produits sur les marchés. Il vaut mieux aller gagner son fruit à ce moment que de vouloir nous pénaliser pour ne pas pouvoir produire suffisamment et servir le marché très demandeur. Ceux qui s’adonnent à cette activité sont en train de mettre le pays à genou. Car, si nous avons une insuffisance de production, nous aurons des poches de disettes et le ventre affamé n’a point d’oreilles. Là où les gens n’ont pas à manger, il n’y a pas autres choses qui tiennent. Les conséquences sont fâcheuses ».

Lire aussi  Intrants : La BAD veut mettre 500 000 tonnes d’engrais à disposition des pays d’Afrique de l’Ouest d’ici fin août

Alors, le Ministre DOSSOUHOUI invite toute personne à utiliser les numéros verts 113 et 166 pour informer, renseigner et pour décourager cette fraude.

POINTS DES SAISIES :

– 8 mai 2022 à Porga : 40 sacs de 50kg d’engrais dans 2 tricycles

– 16 mai 2022 : 45,950 Tonnes d’engrais NPK à  Malanville

– 18 et 20 mai 2022 à Datori : 3T d’insecticides en provenance du Togo

– 18 mai 2022 à Ouaké : 60,4 Tonnes d’engrais maïs  Sodéco, détenus par un malien

– 19 mai 2022 à Malanville :  1,250 Tonnes de NPK dans un véhicule à Immatriculation nigerianne

– 20 mai 2022 à Madékali :  57 sacs de 50kg d’engrais

– 21 mai 2022 à Djougou : 50 Tonnes d’engrais SODECO dans des camions à Immatriculation malienne

– 22 mai 2022 à Malanville dans la zone de Bodjékali :  40 Tonnes d’engrais

(Gouv.bj)


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page