Flash Infos:

Célébration de la 31eme journée mondiale de la presse : L’Upmb s’offre une sortie récréative à Agoualand


159 Vues

Ph/DR: Lhonorable Edmond Agoua qui explique aux hommes des médias et touristes, les tenants et aboutissants de son centre…

Loin des plumes, micros et caméras, les acteurs de la presse béninoise toutes catégories confondues ont effectué une visite au complexe touristique Agoualand, sis à Togba dans la commune d’Abomey Calavi. C’est une initiative de l’Union des professionnels des médias du Bénin (UPMB) en partenariat avec le parc Agoualand pour offrir aux journalistes, photojournalistes, techniciens, caricaturistes, un moment de gaieté et de détente. Cette activité qui s’est déroulée le samedi 7 mai 2022 s’inscrit dans le cadre de la célébration de la 31eme journée mondiale de la liberté de presse dont le thème est : « 

Eléonore Ezin

Nous sommes au Complexe Touristique Agoualand (CTA). Il est 15h. Sous l’un des baobabs implantés dans l’enceinte du site, les causeries vont bon train entre confrères. Zakiath Latoundji, présidente de l’Union des Professionnels des Médias du Bénin (Upmb) dans ses allées et venues, apporte une feuille, la remet à l’un des journalistes pour les formalités d’usage. « Inscrivez-vous sur la liste » ordonne-t-elle. En quelques minutes le tour a été fait pour l’inscription. Avec son air jovial habituel, Zakiath revient pour chercher la liste. Elle met un peu d’ambiance et ordonne le démarrage de la visite.  » Chers amis, il est 15h30 la visite peut commencer » lance-t-elle avec soin sourire habituel.

Ph/DR: Les participants suivent ici religieusement la présentation du site

L’agent de sécurité introduit la délégation dans le parc où l’attendait le Directeur général du centre qui n’est personne d’autre que l’un des fils de l’honorable Edmond Agoua. A ses côtés se tenaient ses collaborateurs proches et un groupe de tam-tameurs pour faire danser un peu les visiteurs. C’est l’une des règles à Agoualand. Il fait une brève présentation du site ouvert depuis le 17 novembre 2021 sur une superficie de dix hectares. « A l’intérieur du site il y a un mixage entre la faune et la flore. De memey, la culture béninoise est également présente à travers des masques et tenues royales  » informe-t-il.

Agoualand, une merveille 

 Pendant 2 à 3 heures d’horloge, les journalistes et assimilées ont pu découvrir sous la guidance de Antonio les merveilles du parc. il s’agit entre autres, des plantes médicinales notamment le figuier très prisée par les singes dont l’effectif sur le site s’élève à plus de 250 à 300. Des poubelles à l’effigie humaine dénommées M et Mme poubelles pour sensibiliser le visiteur sur le fait qu’il appartient à l’homme de prendre soin de l’environnement. Des loges réservées à chaque espèce d’animaux. A tout ceci s’ajoutent l’éléphant d’Afrique dans sa taille réelle, la girafe, le gorille africain adulte dans taille réelle aussi. Contrairement à ce qu’on pense, le gorille est le roi delà forêt, le lion est le roi de la savane et le tigre est le roi de la jungle. La différence entre ces trois territoires selon le guide Antonio est que la savane est une étendue de hautes herbes. La forêt est une étendue de grands arbres et la jungle est une forêt très dense avec des marécages et des cours d’eaux à l’intérieur. « Le climat dans chacun de ces territoires peut varier » informé Antonio.

Ph/DR: Quelques confrère appriécient…

Impressions de quelques journalistes…

Eudoxie Egounlety, journaliste web : « Je suis très émue. Je n’ai pas les mots. C’est très intéressant. Le lieu est très convivial, très agréable et j’exhorte les autres confrères à faire le déplacement ».

Benoît Houandja, journaliste à l’Ortb, président du conseil consultatif à l’UPMB : « Cette sortie est à renouveler pour les autres confrères, collègues qui n’ont pas pu faire le déplacement. C’est utile. C’est une façon de se cultiver, de se distraire. Il est important de faire ces genres de sortie surtout que les promoteurs du lieu nous ont facilité l’accès. Je voudrais déjà féliciter l’honorable Edmond Agoua pour l’investissement. Cela peut avoisiner le milliard. La visite guidée permet de découvrir des espèces sans s’éloigner de Cotonou pour les découvrir. En guise d’exemple je suis allé dans le Penjari sans pouvoir voir le lion. Par contre, j’ai pu l’observer ici à Agoualand avec bien d’autres espèces comme le tigre. Franchement ce lieu vaut la peine d’être visité en famille s’il le faut. »

Gabin Goubiyi, Rédacteur en chef du journal Le Matinal : « Je remercie l’Upmb pour nous avoir offert cette belle sortie. Elle nous a sortie du stress quotidien pour venir nous oxygéner à Agoualand. Pour nous faire découvrir les merveilles du site touristique dans l’arrondissement de Togba. Nous avons vu une variété d’animaux. C’est des instants très récréatifs que nous apprécions : Instant de détente et de loisir. On aurait souhaité que ces instants soient répétés tout au long de l’année pour permettre aux professionnels des médias de quitter l’environnement du travail pour aller découvrir les merveilles touristiques et culturelles. Ce que j’ai aimé le plus est la dimension touristique au-delà des animaux et la flore. Il y a un pan de l’histoire qui est revenu notamment, la découverte des rois qui se sont succédés sur le trône d’Abomey. Personnellement, j’ai apprécié. On se perdait même dans l’émotion. Je remercie beaucoup l’honorable pour son idée géniale. »

« Nous exerçons un métier qui est très stressant. Et toutes les fois que nous bougeons dans l’exercice de notre profession nous ne pensons pas toujours à nous-mêmes. Notre sortie est celle détente, de découverte, d’apprentissage et informative parce qu’on a énormément appris » affirme la présidente de l’Upmb. Elle poursuit en disant : « J’ai vu des animaux que je n’avais jamais vu. J’ai appris sur le système de reproduction, d’organisation des animaux, sur les vertus de plusieurs plantes et honnêtement c’est extraordinaire de savoir que chez nous au Bénin on a une si belle richesse ». Zakiath Latoundji a salué le promoteur Edmond Agoua pour l’investissement.

L’honorable quant à lui, n’a pas pu dissimuler sa joie de recevoir les acteurs des médias dans ses locaux. Pour lui, lorsqu’on arrive à Agoualand on devient Bébé. On s’amuse, on découvre des choses qu’on n’a peut-être jamais vues et qui font plaisir. C’est cela l’objet de notre opinion, de notre envie » souligne l’amoureux des animaux et de la nature. De part cet investissement, il rêve de mettre les béninois à l’aise dans leur propre pays. La visite guidée qui s’est déroulée dans la convivialité s’est terminée sur une note de satisfaction entre les organisateurs et le partenaire.

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page