Flash Infos:

Coopération bénino-canadienne : L’Université d’Abomey-Calavi a abrité les noces de diamant


798 Vues

Ph/DR: L’Université d’Abomey-Calavi a abrité les noces de diamant

L’Université d’Abomey-Calavi a accueilli, ce mercredi 16 mars 2022, la visite d’une délégation canadienne dans le cadre de la commémoration des 60 années de coopération bénino-canadienne. Au menu, la visite d’un projet, un panel de discussion et une foire des projets pilotés par des partenaires du Canada au Bénin. Le recteur Félicien AVLESSI, représentant la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, les vice-recteurs académique, recherche et coopération ainsi que les directeurs généraux de l’environnement et de l’ABEVRIT, sans oublier des chefs d’établissements dont ceux de l’EPAC, des enseignants et des étudiants ont massivement pris part à aux activités dans l’amphi Idriss DEBY ITNO.

 Par Charles Dossou LIGAN

A sa descente au rectorat, la délégation conduite par son Excellence madame Lee-Anne Hermann, ambassadrice du Canada près le Bénin a été reçue par l’équipe rectorale dans la salle des actes de l’Université. Après quelques échanges de civilités l’équipe rectorale et la délégation hôte ont parcouru à pas de charge quelques sites de l’Université.

Un tour des investissements du Canada à l’UAC

L’Ecole Polytechnique de Calavi (EPAC), construite en 1977, sept années seulement après la création de l’Université du Dahomey, en même temps que le grand restau universitaire et trois résidences grâce à un crédit canadien, a été visitée par madame Lee-Anne Hermann et sa suite. Malgré l’âge du bâtiment, il tient très bien et son entretien est remarquable. A la station pilote de traitement des eaux usées installée à l’Institut National de l’Eau (INE) de l’Université d’Abomey-Calavi par la firme canadienne DBO International, l’hôte et sa suite ont pu apprécier la qualité du travail qui s’y mène et le doigté des experts sans oublier la fierté des étudiants.

Un nouveau départ entre l’UAC et le Canada

Dans son allocution de bienvenue, le professeur Félicien Avlessi a mentionné les grandes réalisations obtenues grâce à la coopération entre l’Université d’Abomey-Calavi et le Canada dont la genèse remonte à décembre 1969 avec la première mission canadienne en prélude à la création de l’Université du Dahomey. Pour lui, si l’Université d’Abomey-Calavi a acquis une grande notoriété aujourd’hui, elle n’a pas cheminé seule. C’est le lieu pour lui de solliciter un nouveau départ pour une coopération plus fructueuse. Il a alors souhaité la mise en place d’un cadre approprié d’échanges afin d’approfondir les discussions pour la concrétisation des projets qui sont en perspective. Madame Lee-Anne Hermann s’est dite honorée de se retrouver dans un milieu de jeunes étudiants pour parler des possibilités d’étudier au Canada. La société canadienne est riche de sa diversité culturelle et de ses pratiques d’inclusion qui favorisent le partage des idées et une qualité de vie harmonieuse. En accueillant 990 étudiants béninois en 2020, le Canada enregistre une forte progression du taux de demandes d’études sur son territoire et se félicite d’être parmi les pays les plus cités au monde en matière d’investissement dans l’éducation et la qualité des parchemins délivrés par ses écoles et universités.

Panel de discussion et foire des projets

En prélude au panel de discussion sur le thème « Education au Canada : un monde de possibilités », monsieur Mamadou Ouattara, délégué commercial du Canada, a renchéri dans un exposé liminaire plusieurs aspects du discours de l’ambassadrice. Le panel qui s’en est suivi a permis à deux anciens étudiants du Bénin ayant étudié au Canada et à l’ambassadrice elle-même de répondre à toutes les préoccupations des étudiants présents dans l’amphi. De l’identification d’une université à la possibilité d’emploi ou de résidence au Canada en passant par le choix de programme, la demande de permis d’étude et le financement des études, aucun détail n’a été laissé en rade.

La célébration des noces de diamant de la coopération bénino-canadienne s’est poursuivie par la visite de la foire des stands des projets pilotés par des partenaires du Canada au Bénin.

Malgré son ancienneté, la coopération bénino-canadienne semble repartir pour consolider les acquis et étoffer son contenu. « 60 ans, c’est juste le début de nos relations », a déclaré madame Lee-Anne Hermann. En rapportant les propos du recteur AVLESSI à ceux de la diplomate, cette coopération ressemble à du bon vin qui se bonifie tout en prenant de l’âge. Et l’équipe rectorale y travaille pour en tirer meilleurs profits au bénéfice des Béninois.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page