Flash Infos:

CEA / Cinquième édition du Forum des Entreprises africaines en Afrique : Investir dans le tourisme et assurer le transport des marchandises 


1 212 Vues

«Investir dans les infrastructures de transport multimodal afin d’optimiser les avantages de la Zone de libre-échange continentale africaine : Focus sur le transport aérien et le tourisme », c’est le thème de la cinquième édition du Forum des Entreprises africaines (Africa Business Forum-2022).  Lancé officiellement ce lundi 7 février en marge de la 34ème Session ordinaire de l’Assemblée des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union africaine ; la Sous-Secrétaire des Nations Unies, Secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), Dr Vera Songwe appelle les Etats à investir dans le secteur du tourisme et dans les infrastructures de transport multimodal en Afrique.

Aline ASSANKPON

«Investir dans les infrastructures de transport multimodal afin d’optimiser les avantages de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) suppose qu’il urge désormais d’investir dans les secteurs du transport terrestre, ferroviaire, aérien et dans le tourisme afin de renforcer la synergie qui existe entre ces différents secteurs qui interviennent dans le Commerce intra-africain et international. Comment renforcer le réseau routier utilisé dans le transport des marchandises, des biens et services ?

Longtemps, confronté à des tracasseries frontalières, «le réseau routier ne représente que 90 % du trafic des marchandises à l’intérieur des Etats. A  l’extérieur, le transport aérien relié aux frets représente 28 % du cargo qu’on déplace. Tandis que le transport ferroviaire ne prend en compte que 30 % des marchandises. Ce qui démontre que nos Etats n’ont pas suffisamment investir dans ces différentes infrastructures de transports ». Quelle stratégie à adopter pour adhérer aux meilleures pratiques internationales ? Et qu’elle sera l’implication de la  Zone de Libre-échange continentale africaine (ZLECAf) dans l’industrie des transports en Afrique, notamment le transport aérien et le tourisme  qui revêtent un intérêt capital pour le commerce intra-africain et international ?

A toutes ces préoccupations, le Forum des Entreprises africaines (Africa Business Forum 2022) entend apporter des réponses appropriées et durables. En effet, l’édition 2022 de ce forum vise à fournir une plate-forme de dialogue de haut niveau entre les secteurs privés et public, y compris les investisseurs, sur les nouveaux développements du marché, les opportunités commerciales et les avancées technologiques en vue de promouvoir l’industrie aéronautique africaine et d’apporter des réponses durables  aux nouveaux scénarios de demandes présentées par la ZLECAf, les ODD et l’Agenda 2063.

De l’avis de la modératrice de la conférence, Mme Lerato Mbele ce projet d’investissement dans les infrastructures de transport de marchandises, des biens et des services offre d’immenses opportunités aux secteurs privés et aux partenaires. Il  constitue également l’élément catalyseur qui va booster le tourisme en Afrique.

Lorsque la question du transport est évoquée, il s’agit en fait de : relancer l’économie africaine, créer des emplois, encourager les échanges commerciaux, développer le secteur bancaire, le secteur du tourisme qui  par exemple représente 15% du PIB en  République de la Gambie. «Il y a plus de touristes en Gambie que les habitants de Banjul, la capitale » a noté la Sous-Secrétaire des Nations Unies, Secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), Dr Vera Songwe à l’ouverture du Forum.

« Et lorsqu’on parle de la ZLECAf par exemple, on a tendance à encourager les échanges commerciaux. Alors que la liste des services représente 50% de la croissance africaine. Un secteur très mal compris et qui a besoin d’être relancé. Outre le secteur des services, le secteur bancaire et deux autres secteurs apparaissent aussi importants : Investir dans le tourisme et assurer le transport des marchandises » a souligné Dr Songwe.

Le transport des marchandises a un potentiel avéré et crée 70 % d’emplois en apportant des milliards de dollars dans les caisses de l’Etat. Assurer le transport des marchandises à travers la réalisation d’infrastructures ferroviaires et aériennes serait un atout pour le développement du commerce en Afrique. «Aujourd’hui le commerce intra-africain est assez médiocre note Dr Songwe. La ZLECAf étant le plan africain de la relance  économique. Ainsi donc, il urge de développer le réseau routier  pour redynamiser la circulation des biens et services ».

Le développement de l’industrie des transports en Afrique, notamment le transport aérien et le transport ferroviaire auront un impact direct dans la mise en œuvre de la ZLECAf. Le développement du secteur des infrastructures va nécessiter des investissements au niveau des corridors et offrira des opportunités de création de richesses et d’emplois dans les Etats africains.

Outre le président de l’Union africaine, le président de la République de Bostwana, le président de la République du Niger (attendu), des ministres africains, des experts de haut niveau de la CEA, des représentants d’organisations partenaires, des responsables politiques, des hommes d’affaires des secteurs des transports et de construction des infrastructures de transports ferroviaires et aériens, du commerce africain, des investisseurs du secteur privé, des jeunes entrepreneurs et des innovateurs prennent part à ce 5ème Forum des Entreprises africaines. Chaque intervenant essaie de présenter les nouvelles évolutions du marché, les avancées technologiques réalisées par son pays et les potentialités et opportunités d’affaires et d’investissement que ce projet d’investissement  représente pour la relance économique en Afrique.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page