Flash Infos:

CEA / 5ème édition du Forum des Entreprises africaines en Afrique  : Les implications de la ZLECAf pour l’industrie des transports aériens en Afrique


962 Vues

Ph/DR: Le Forum des Entreprises africaines en Afrique ouvre ses travaux le lundi 7 février 2022 en format hybride.

En marge de la 34ème Session ordinaire de l’Assemblée des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine, la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) organise le lundi 7 février à Addis-Abeba (Ethiopie),  le Forum des Entreprises africaine. « Investir dans les infrastructures de transport multimodal afin d’optimiser les avantages de la Zone de libre-échange continentale africaine : Focus sur le transport aérien et le tourisme », c’est le thème retenu pour la 5ème édition de ce forum.

Aline ASSANKPON

En prélude à cette rencontre qui va se tenir sous un format hybride (en présentiel et en virtuel), Dr Stephen Karingi, Chef Division du Commerce et de l’intégration régionale de la CEA et Dr Tendai Mhiza de AllAfrica, ont animé une conférence de presse à la place de Dr Vera Songwe, Sous-Secrétaire des Nations Unies et Secrétaire exécutive de la CEA (empêchée).  L’objectif de cette rencontre avec les médias consiste à expliquer, les tenants et les aboutissants du forum d’affaires des Entreprises du secteur privé.

Le Forum des Entreprises africaines vise à fournir une plate-forme de dialogue de haut niveau entre les secteurs privés et public, y compris les investisseurs, sur les nouveaux développements du marché, les opportunités commerciales et les avancées technologiques en vue de permettre à l’industrie aéronautique africaine de répondre aux nouveaux scénarios de demandes présentées par la Zone de Libre-échange Continentale Africaines (ZLECAf) et de le faire de manière durable.

Conformément aux Objectifs du Développement durable (ODD) et à l’Agenda de l’Union africaine sur 2063,  l’édition 2022 de ce forum d’affaires, entend mettre à la disposition des jeunes entrepreneurs, des start-ups, du secteur privé le savoir-faire de certains pays dans le secteur du transport notamment la construction des avions, des trains et wagons.

De l’avis du Dr Karingi, les conclusions d’une recherche de la CEA sur les implications de la ZLECAf, pour l’industrie des transports en Afrique, notamment le transport aérien et le tourisme revêtent un apport capital pour le commerce intra-africain. A ce forum, il s’agira de voir dans quelle condition transformer les idées en action. « La résiliente de l’économie africaine est devenue une partie importante des discussions qui sont menées à l’heure actuelle (…) Nous avons pu montrer que si la ZLECAf est bien mise en œuvre, elle entraînerait une augmentation de ses échanges en agroalimentaire, les services, l’industrie d’au moins 40 % dans la mise en œuvre du  protocole sur l’échange des biens et de services ».

Les résultats de ce forum vont permettre de renforcer le commerce numérique, les droits de propriété intellectuelle et les services. Aussi est-il bon de savoir que dans le secteur des infrastructures, les corridors des transports vont être modifiés et nécessiter plus d’investissements et offriront des opportunités de création de richesses et d’emplois dans certains pays d’Afrique. Dans ce contexte, la CEA se veut jouer le rôle des facilitateurs entre les partenaires financiers et le secteur privé.

A ce forum d’affaires, outre les chefs d’Etats, les ministres des Gouvernements africains, des Experts de haut niveau de la CEA, des Représentants d’organisations partenaires, des responsables politiques, des hommes d’affaires des secteurs des transports, des infrastructures et du commerce, des PDG de compagnies aériennes africaines, des investisseurs du secteur privé, des jeunes entrepreneurs et des innovateurs et autres vont, à travers des débats et échanges,  analyser les avantages et les implications de la ZLECAf dans le secteurs du transport aérien et du tourisme.

Egalement au menu des échanges, les nouvelles évolutions du marché, les avancées technologiques et les énormes opportunités d’affaires et d’investissement dans les différents secteurs pour accélérer la croissance économique en Afrique.

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page