Flash Infos:

Réformes dans le secteur Education supérieure : Mise en œuvre d’une innovante stratégie de développement de l’Enseignement supérieur


168 Vues

Ph/DR: Séminaire national sur la stratégie de développement de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Un séminaire national sur la Stratégie de développement de l’Enseignement supérieur, la recherche scientifique a réuni Autorités gouvernementales et Acteurs du monde universitaires au Novotel Hôtel de Cotonou,le samedi 10 juillet dernier. Placée sous la présidence du Chef de l’Etat, Patrice TALON, ce conclave historique vise à engager de façon décisive, les réformes dans le sous-secteur, a publié le Gouvernement.

En effet, cette rencontre historique, présidée en personne par le Chef de l’Etat, Patrice Talon, a pour objectif de partager avec les acteurs du monde universitaire la substance des conclusions auxquelles ont abouti les diverses concertations initiées par le Chef de l’Etat, notamment les principales recommandations contenues dans le rapport de la commission mise en place par lui, ainsi que les projets de décret portant ces réformes.

La Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Mme Eléonore Yayi Ladékan va rappeler  à l’ouverture des travaux « qu’une analyse de la gouvernance dans nos universités nationales a révélé de nombreuses faiblesses qui plombent la recherche et l’innovation ». A titre illustratif, il s’agit « de la politique conçue pour le secteur en 2006 qui n’a pas été mise en œuvre pour cause de dysfonctionnements de la coordination, de l’absence d’un plan stratégique, d’une loi de financement et d’un code d’éthique » a-t-elle indiqué.

En mettant ainsi l’accent sur la faible qualité des offres de formation, l’absence d’une évaluation des enseignants et d’un organe opérationnel de contrôle et d’éthique dans l’enseignement supérieur, Mme Eléonore Yayi Ladékan n’a point occulté les maux qui minent le secteur, notamment : les cas d’enseignements totalement obsolètes, de supports de cours non actualisés, de harcèlement sexuel, de fraude aux examens, d’absences injustifiées d’enseignants au cour, etc. Des dysfonctionnements que le gouvernement entend redresser dans ce deuxième quinquennat en cours.

Lire aussi  Réformes dans le secteur des Universités publiques du Bénin : La garantie d’une bonne formation aux apprenants

«L’enseignement supérieur est profondément affecté par l’insuffisance des ressources financières, d’équipements et d’infrastructures appropriés de recherche, l’absence de mécanismes novateurs d’incitation et de promotion de la fonction d’enseignement et de recherche » a renchérit le Ministre d’Etat chargé du développement et de la coordination de l’action gouvernementale Abdoulaye Bio TCHANÉ ; qui à son tour, pose le diagnostic en précisant que «le présent séminaire était attendu de tous. Il était d’autant plus attendu, que depuis un peu plus de 5ans, le Bénin s’est résolument engagé dans un vaste programme de développement soutenu par des réformes structurantes dans les secteurs importants de la vie de notre pays ».

Et donc « l’investissement dans le capital humain constitue la condition nécessaire suffisante pour garantir la pérennité d’une nation. Le meilleur investissement à réaliser aujourd’hui est dans la formation de nos jeunes. Le gouvernement en est conscient et c’est pourquoi le Président de la République a jugé nécessaire d’engager des réformes courageuses dans l’enseignement et la formation «  a-t-il ajouté.

En effet, ces assises annoncent une réformes audacieuse car elles vont engagent ces acteurs à définir les lignes directrices d’un programme d’envergure capable de soutenir la promotion et le développement de la composante universitaire de l’éducation nationale dans toutes ses dimensions à savoir l’enseignement supérieur, la recherche scientifique et l’Innovation.

De l’audace, c’est à cela que le Président Patrice TALON, présent à la cérémonie d’ouverture, a exhorté les différents participants à ce séminaire national. «Au terme de ces échanges, il devra être établi que quelque chose s’est passé ; que vous avez eu de l’audace. Vous devez trouver en vous-même que ce qui est proposé n’est pas suffisant pour le contrôle, pour l’évaluation de ce que fait chacun » a indiqué le Chef de l’Etat.

Lire aussi 

Aussi invite-t-il les participants à la noblesse de la conscience : « Ne pas laisser aux générations à venir ce dont nous avons hérité : mais laisser plutôt aux générations à venir de meilleures conditions de formation ». Ceci dit, « la volonté, l’engagement de construire notre pays doivent être partagés par tous », a souligné le Président Patrice Talon.

Aline ASSANKPON


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page