Flash Infos:

Afrique / Vaccins Covid-19 : La Banque mondiale et l’Union africaine en partenariat en vue de vacciner 400 millions d’Africains


381 Vues

Les participants à la visioconférence (les représentants de la Banque mondiale, M. David Malpass, Dr Axel van Trotsenburg et Dr Makhtar Diop et les représentants de l’AVATT de l’UA et de la CEA).

La Banque mondiale et l’équipe de travail sur l’acquisition de vaccins pour l’Afrique Covid-19 de l’Union africaine (AVATT) conviennent de travailler ensemble pour déployer des vaccins pour 400 millions d’Africains. Les échanges sont axés en effet sur les modalités d’un partenariat qui accélérera le déploiement des vaccins en Afrique. C’était ce lundi 14 juin 2021 à l’issue d’une séance de travail par visioconférence.

Le président de la Banque mondiale, M. David Malpass, et son équipe de direction composée du Dr Axel van Trotsenburg et du Dr Makhtar Diop ont rencontré l’équipe de travail sur l’acquisition de vaccins COVID-19 (AVATT) de l’Union africaine pour discuter des modalités d’un partenariat qui accélérera le déploiement des vaccins en Afrique.

Dans un accord historique d’achat de vaccins COVID-19 signé le 28 mars 2021, l’AVATT avait déjà obtenu avec succès jusqu’à 400 millions de doses du vaccin Johnson and Johnson à injection unique COVID-19 avec le soutien de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank ). «En fournissant une garantie de 2 milliards de dollars US au nom des États membres de l’Union africaine, nous avons pu aider à mettre l’Afrique dans une position de négociation solide avec les producteurs lors de la négociation de l’achat de vaccins. Il était évident pour nous chez AVATT qu’aucun accord n’aurait été possible sans un soutien financier solide », a déclaré le président d’Afreximbank, le professeur Benedict Oramah.

Lire aussi  Sénégal/Liberté d’Expression :Un journal fermé 03 Journalistes condamnés à la prison ferme.

« Les doses de Johnson et Johnson sont une étape critique vers l’objectif continental de vacciner au moins 60 % des Africains. Atteindre cet objectif est une condition préalable pour sauver des vies et des moyens de subsistance africains, rouvrir nos économies en toute sécurité et reprendre notre programme de développement économique » a déclaré le Dr John N Nkengasong, directeur des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC) et membre de l’AVATT.

Avec plus de 41 pays à différents stades de la finalisation de leurs commandes pour l’achat du vaccin et avec l’essor de la vaccination, il est essentiel que les pays sentent qu’ils peuvent obtenir des doses suffisantes rapidement et à un prix abordable.

La décision de la Banque mondiale de s’associer à l’AVATT à la suite de l’annonce des États-Unis sur le partage des doses signifie que « les pays peuvent être assurés qu’ils peuvent à la fois accéder et financer les vaccins dont ils ont besoin », a déclaré M. Strive Masiyiwa, envoyé spécial de l’Union africaine et coordinateur de l’AVATT.

Dans le cadre de la structure AVATT, les États membres de l’UA se voient attribuer des vaccins en fonction de la taille de leur population à acheter via un mécanisme d’achat groupé. Ces vaccins complètent les vaccins offerts par le biais du mécanisme COVAX, qui s’est fixé pour objectif de fournir des vaccins à jusqu’à 30 % des populations des pays participants, afin de permettre aux États membres de l’UA d’atteindre l’objectif continental.

Le Président Cyril Ramaphosa d’Afrique du Sud, en sa qualité de Président de l’Union africaine, a créé l’AVATT le 6 novembre 2020 et l’a mandatée pour assurer un accès équitable aux vaccins COVID-19 pour les États membres de l’UA et fournir le financement requis.

Lire aussi  Théâtres Fora dans les communes de Zagnanado, Covè, Ouinhi et Zogbodomey sur l’Accès des femmes aux ressources naturelles en milieu rural : Des lois très salvatrices pour la veuve et l’orphelin

L’équipe de la Banque mondiale et l’équipe AVATT ont convenu d’accélérer toutes les procédures administratives afin de garantir que les vaccins arrivent dans les pays le plus tôt possible. Une fois les vaccins arrivés dans les États membres, des efforts supplémentaires seront nécessaires pour soutenir leur déploiement. Cela comprend la distribution dans le pays (logistique et stockage conformément aux exigences de la chaîne du froid), la sécurisation des systèmes, capacités et capacités requis pour la vaccination. Il comprend également des recherches et des campagnes ciblées pour identifier et lutter contre la réticence à la vaccination grâce à une communication claire et ciblée sur les risques et à un engagement communautaire. Ces activités nécessiteront une augmentation significative de la part des pays ; le soutien supplémentaire va être critique.

Pour l’avenir, Mme Vera Songwe, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies et Secrétaire exécutive de l’Organisation des Nations Unies pour l’économie pour l’Afrique (CEA) a rappelé que la pandémie a servi à exposer les vulnérabilités déjà existantes dans les systèmes de santé de l’Afrique qui ont été bien documentées dans le rapport Santé et économie de la CEA. Rapport sur la croissance en Afrique (HEGA) en 2019.

En conclusion, elle a noté que la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) fournit désormais la plate-forme pour la construction d’un système de santé résilient et inclusif, avec une production locale de vaccins, de médicaments et d’équipements médicaux sur le continent.

Aline ASSANKPON


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page