Flash Infos:

L’instauration des Tours de garde des Pharmacies dans l’Atlantique et le Littoral: Par souci d’harmonisation et d’équité, le Gouvernement prend ses responsabilités


97 Vues

Ph/DR: La mission du Gouvernement : rapprocher les pharmacies des populations

Conformément au Décret n°2019_500 du 13 novembre 2019 portant organisation et fonctionnement de l’Ordre national des pharmaciens du Bénin, la décision d’instaurer les tours de garde a été prise par l’Ordre lui-même après consensus de tous les pharmaciens. Dans ce cadre, la décision du Gouvernement d’organiser les tours de garde des pharmacies dans les départements de l’Atlantique et du Littoral n’a fait qu’en entériner celle de l’Ordre en tenant compte des irrégularités qui pénalisent certaines pharmacies au profit d’autres.  Le souci réel du Gouvernement étant d’harmoniser et d’établir une certaine équité au sein de l’Ordre en vue de permettre à tous les officines de pharmacies de rentabiliser leurs affaires.

L’Ordre national des Pharmaciens du Bénin a le droit et les prérogatives nécessaires pour  organiser le tour des gardes des pharmacies parce que le texte en vigueur lui donne plein pouvoir. A cet effet, le rôle du Gouvernement consiste seulement à encadrer cette action en vertu du texte de loi portant organisation des activités pharmaceutiques. Mais selon les explications du ministre de la Santé, Benjamin Hounkpatin, «le Gouvernement n’a pas attendu le vote de la loi avant de commencer par travailler avec les acteurs pour corriger les difficultés notées dans l’application de la décision ».

Quel est l’intérêt d’instaurer des tours de garde ?

En réalité, la tour de garde est une exigence qui astreint tous les pharmacies à l’observer. « Logiquement, il n’est pas possible qu’une pharmacie observe la garde pendant qu’une autre s’en abstienne. Il est donc nécessaire que les pharmacies se relaient, car faire la garde 24h sur 24 induit également des charges importantes». Les tours de garde sont nécessaires pour assurer la disponibilité du médicament aux populations aux heures de garde.

Avec la nouvelle instauration, toutes les pharmacies sont ouvertes en journée de 8 heures à 22 heures. «Que l’on soit dans l’Atlantique ou dans le littoral, on peut se rendre dans n’importe quelle pharmacie de 8 heures à 22 heures pour se procurer. Les tours de garde quant à elle ne prennent effet que de 22 heures à 8 heures du matin » souligne le Gouvernement qui atteste qu’il ne s’agit pas d’une situation de pénurie de médicaments. «Les médicaments sont disponibles ».

De l’avis de certains, l’Etat doit laisser certaines grosses pharmacies dont l’importance n’est plus à démontrer, faire 24 h sur 24. Prenant la mesure de la situation, le Gouvernement rappelle que le fait pour une pharmacie de tourner 24h sur 24 a un impact négatif sur les autres officines qui sont dans son rayon. «Non seulement cela perturbe la clientèle mais crée un déséquilibre évident dans l’accès équitable aux médicaments ».

Ph/DR-: Quel est l’intérêt d’instaurer des tours de garde ?

La mission du Gouvernement : rapprocher les pharmacies des populations

Le premier souci de l’Etat est de rapprocher les officines de pharmacie des populations afin de  leur permettre de trouver de médicaments disponibles dans leur environnement immédiat au lieu d’avoir à parcourir des km pour se rendre vers ceux qui fonctionnent à plein régime (24 heures sur 24). « La garde doit permettre d’assurer une équité pour que celui qui est à Calavi ne soit pas obligé de venir à camp Guézo alors qu’il y a une pharmacie à côté. Il y a donc un souci réel d’harmonisation. Et c’est ce que l’ordre a réglé ».

Le constat est que les pharmacies de proximité qui sont désormais impliquées dans les tours de garde, ne disposent pas d’assez de médicaments pour satisfaire la clientèle. Une préoccupation qui interpelle le Gouvernement. Conscient de la situation, le Gouvernement prend déjà ses responsabilités. Plusieurs rencontres entre le ministre de la Santé, Benjamin Hounkpatin et les responsables de l’Ordre national des pharmacies du Bénin ont permis à ces acteurs : d’harmoniser la répartition géographique des pharmacies ; de permettre aux grossistes répartiteurs de procéder à un renforcement de stock pour les pharmacies de taille moyenne et d’adopter des approches commerciales qui permettent de renforcer le stock pour une disponibilité des médicaments. « Le rôle de l’Etat c’est de permettre que toutes les pharmacies sur l’étendue du territoire aient de la disponibilité en médicaments pour que le citoyen puisse s’approvisionner où qu’il se trouve » souligne-t-il.

Il faut souligner qu’un travail de cartographie qui tient compte de la distance et de la taille des pharmacies a été également fait par l’Ordre. Il s’agit de l’augmentation des tours de gardes des pharmacies dans le département de l’Atlantique (précisément à Abomey-Calavi) pour assurer le service et l’harmonisation au niveau de la répartition géographique pour une couverture optimale. « Avec le Gouvernement, ce travail est d’avantage peaufiné de sorte  à ce que dans une même zone de garde, on fasse en sorte qu’il ait une petite, une moyenne et une grande pharmacie à chaque fois afin de compenser les problèmes de disponibilité » précise le ministre de la Santé.

En effet, le Gouvernement s’est assigné une mission : Encadrer la corporation et rapprocher les pharmacies de la population. Mais pour la réussir, l’Etat entend évaluer périodiquement ce dispositif qui vient d’être mis en place pour apprécier les performances des officines impliqués dans les tours de garde. Ceux qui seront dans l’incapacité réelle d’assurer la disponibilité en médicaments seront purement et simplement retirés.

Par ailleurs, l’Etat ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Une carte pharmaceutique est en cours d’élaboration et 102 officines de pharmacies seront créées durant les trois années à venir (2021 à 2023) sur toute l’étendue du territoire national ce qui règlera le problème de la disponibilité des médicaments dans les zones reculées du pays.

Agathe Houngbédji

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page