Flash Infos:

Les Bureaux d’Information sur le Crédit dans l’UMOA (BIC-UMOA): Le BIC- UMOA au cœur de l’inclusion financière


600 Vues

Ph/DR : le BIC favorise l’expansion de l’activité économique à travers l’accès au crédit des agents à moindre coût.

En collaboration avec la Société Financière Internationale (SFI), la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a organisé le mercredi 9 décembre 2020, une session de formation virtuelle à l’attention des journalistes des Etats membres de l’Union monétaire Ouest-africaine (UMOA). Objectif : faire connaitre le Bureau d’Information sur le Crédit de l’UMOA et ses avantages au grand public. 

Cette session de formation s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme de sensibilisation du grand public sur les Bureaux d’Information sur le Crédit (BIC) au sein de l’Union monétaire Ouest-Africain (UMOA). Elle vise à informer les médias des principaux objectifs et résultats attendus de la campagne de sensibilisation. C’est en effet, une occasion pour les organisateurs de solliciter l’accompagnement des hommes de médias à toucher une grande masse de la population cible et pour renforcer les capacités des participants sur les principaux éléments du cadre réglementaire qui régit le système de partage de données sur le crédit au sein de l’Union, notamment les droits et devoirs des agents économiques en la matière ainsi que sur l’utilisation des rapports de solvabilité.

Le Bureau d’Information sur le Crédit (BIC) est une institution qui collecte auprès des organismes financiers, des sources publiques et des grands facturiers (Sociétés d’électricité, d’eau et de téléphonie mobile), des données disponibles sur les antécédents de crédit ou de paiement d’un emprunteur. Le BIC traite les informations collectées à l’aide de techniques (statistiques, informatiques…) appropriées. Il  commercialise les produits dérivés de ces informations traitées (notamment des rapports de solvabilités et des scoring) auprès, entre autres, d’établissements de crédit.

En effet, les objectifs ci-après sont visés à travers la création de BIC dans l’UMOA : réduire l’asymétrie d’information (situation dans laquelle le signataire d’un contrat dispose de plus d’informations que l’autre partie sur sa situation avant la signature du contrat), sur la solvabilité des emprunts, qui contribuent notablement au rationnement de crédit ; améliorer l’accès au crédit dans l’Union à moindre coût, tout en préservant la qualité du portefeuille des banques ; améliorer le climat des affaires dans les Etats membres de l’Union, qui figure parmi les axes prioritaires de leurs politiques économiques.

Dans sa présentation, M. Adamou Sambaré, passera en revue les différents avantages du BIC. Selon lui, le BIC favorise un meilleur accès au crédit, à un coût moindre et un faible degré d’exigence de garantie ; « la prise en compte de la qualité de leur réputation dans les critères d’appréciation de leur solvabilité par les établissements de crédit ; et cela permet également de bénéficiaire de délai de traitement plus court et de disposer d’outils innovants pour connaître leur notation et pour vérifier l’exactitude des informations les concernant et procéder à des réclamations au besoin ».

Pour les institutions, le BIC permet d’augmenter le volume des crédits octroyés avec une amélioration de la qualité du portefeuille en réduisant les coûts et les délais d’analyse des dossiers de crédit et en anticipant le surendettement des emprunteurs et partant prévient les éventuels risque.

Et pour l’Economie nationale, le BIC favorise l’expansion de l’activité économique à travers l’accès au crédit des agents à moindre coût ; le renforcement de l’efficacité de la supervision de l’activité de crédit ; le renforcement de la réputation des Etats sur le plan international et le renforcement de l’attractivité des Etats.

Le BIC au cœur de l’inclusion financière

«Le BIC joue un rôle important dans l’inclusion financière en ce sens qu’au niveau des particuliers et PME, il favorise un meilleur accès au financement moins cher, moins exigeant en matière de garantie et plus rapide ; au niveau du prêteur, il présente moins de risque d’impayés, des coûts moindres, des délais de traitement des crédits réduits et qualité de portefeuille ; à l’économie nationale, cela favorise un meilleur climat des affaires, une meilleure activité économique et un meilleur contrôle de l’activité de crédit » souligne M. Sambaré.

Outre ses avantages, M. Sambaré va entretenir les participants sur l’intérêt, l’importance du BIC dans le monde des affaires : le mode de fonctionnement du BIC ; la nature des données collectées par le BIC ; le droit à l’information et à la réclamation des clients et sur le rapport du crédit.

Pour Oscar, le second présentateur, a passer en revue le Crédit bureau, ses notions essentiels et bonnes pratiques ; des études de cas et expérience internationale sur les Bénéfices et enfin, le cadre juridique, la confidentialité des données, la protection et les droits des consommateurs. Des thématiques qui vont faire voyager les participants à travers le monde pour découvrir des réalités analogues au BIC-UMOA.

Retenons que le BIC-UMOA a un bureau-pays dans les huit (8) pays de l’Union que sont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte-d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page