Flash Infos:

Les défis de la sécurisation foncière : Pour un changement des comportements en faveur des femmes


189 Vues

Ph: DR-: Cérémonie d’ouverture (de gauche à droite) M. Mounirou Tchacondo représentant de la KAS, Mme Françoise Assogba, SG/MAEP et Mme Françoise Sossou Agbaholou, CN du Réseau Wildaf-Bénin.

Réfléchir sur les voies et moyens pour améliorer l’accès des femmes aux terres agricoles et aux opportunités économiques en zone rural. C’est l’objectif visé par la Konrad Adenauer Stiftung (KAS) en collaboration avec le Réseau Wildaf-Bénin dans l’organisation d’une table ronde. A cet effet, élus locaux, acteurs du secteur agricole, de la société civile, de la microfinance, juristes et experts des questions foncière sont conviés à la réflexion le vendredi 9 octobre 2020 au Bénin Royal Hôtel de Cotonou. 

Au Bénin, les femmes représentent 51,2% de la population dont 60% vivent en milieu rural et constituent le potentiel du développement du secteur agricole. On les retrouve dans tous les maillons des filières agricoles et elles jouent un rôle important dans la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Malgré leur implication massive dans le secteur agricole, les femmes sont, de tout temps, confrontées aux problèmes d’accès à la terre, élément essentiel pour la production agricole mais qui constitue un frein pour le développement de leurs activités économiques. C’est pourquoi Gouvernement, Partenaires technique et financiers et acteurs de développement intensifient depuis quelques années, leurs efforts en faveur de la promotion de l’autonomisation économique des femmes rurales.

Ph: DR-: Une vue partielle des participants à la table ronde

«Les défis de la Sécurisation foncière et l’accès des femmes aux filières et opportunités économiques en milieu rural » c’est le thème de cette table ronde organisée par Wildaf-Bénin avec l’appui financier de la Konrad Adenauer Stiftung (KAS).

Cette table ronde s’inscrit dans les perspectives de l’autonomisation sociojuridique et économique des femmes vulnérables en milieu rural souligne Mme Françoise Sossou Agbaholou, Coordinatrice nationale du Réseau Wildaf-Bénin. Selon elle, «La table ronde poursuit en effet un double objectif : rechercher les voies et moyens pour augmenter l’accès des femmes aux terres agricoles et aux opportunités économiques en zone rural  et réfléchir sur comment améliorer l’accès des femmes aux espaces économiques en milieu rural notamment leur accès aux intrants, aux marchés, aux filières agroalimentaires et aux services financiers ruraux ».

Ph: DR-: Des acteurs engagés pour une amélioration de l’accès des femmes aux ressources économiques en milieu rural

Reconnaissant  pour sa part qu’il existe une volonté politique de la part des autorités béninoises pour la promotion des droits des femmes à travers la ratification de toutes les conventions internationales sur le sujet, le Représentant de la Konrad Adenauer Stiftung (KAS), M. Mounirou Tchacondoh,  constatera cependant que les dispositifs juridiques et réglementaires pour une égalité de droits et de chances entre les hommes et les femmes peine encore. A cet effet, il suggère le soutien de tous les acteurs pour aider les femmes vulnérables.

« Il s’agit en effet d’un soutien économique des femmes grâce à meilleure application des droits fonciers. L’objectif est de faire en sorte que les femmes puissent avoir accès aux opportunités économiques dans le domaine agricole ». « On ne peut véritablement atteindre des progrès économiques qu’en œuvrant pour plus de reconnaissance des droits des femmes» a-t-il ajouté.

Le développement économique, social et politique ne peut se faire sans la participation pleine et entière des femmes qui constituent une part importante de la population renchérit la Secrétaire générale du Ministère de l’Agriculture, d’Elevage et de la Pêche (MAEP), Mme Françoise Assogba. A cet effet, deux actions sont à noter indique-t-elle : «L’amélioration de l’accès des femmes aux ressources (notamment les facteurs de production, de transformation et de commercialisation, acquisition de compétences techniques, etc) et le renforcement des capacités d’action des femmes rurales à travers l’accès aux terres agricoles fertiles, aux équipements agricoles, infrastructures agricoles et aux crédits adapté, etc».

« Dans le Plan stratégique de Développement du Secteur Agricole (PSDSA), la promotion du genre passe par une politique de promotion des femmes dans le secteur agricole et rural qui doit se concrétiser par plusieurs actions, notamment : l’égalité des genres ; la vision transversale des questions liées au genre ; la collaboration avec d’autres structures et le partage des responsabilités avec tous les acteurs et la communication pour le changement des comportement » a souligné la SG/MAEP.

Le menu de cette journée est composé de deux panels : le premier sur « l’Accès des femmes à la sécurisation foncière : défis, opportunités et perspectives pour une amélioration de la sécurisation foncière des femmes » et le second, « l’Accès des femmes aux opportunités économiques en milieu rural : offres institutionnelles, défis et perspectives pour une amélioration de l’accès de la femme rurale aux terres et filières agricoles, à l’information, au marché et aux services financiers » animés par des juristes, experts et spécialistes des questions foncières, genre et agriculture.

Les participants (élus locaux, acteurs du secteur agricole et de la société civile) ont mené des réflexions pour une amélioration de l’accès des femmes aux ressources économiques en milieu rural, notamment, leur accès à la terre, aux intrants, marchés, filières agroalimentaires et aux services financiers ruraux.

La pertinence des recommandations pourrait être prise en compte par le ministère de l’Agriculture, d’Elevage et de la pêche dans la mise en œuvre de l’axe 4 du PNIASAN (2018-2021) pour l’amélioration de l’accès des femmes aux fonciers sécurisés et aux meilleures opportunités  économique en milieu rural.

Essentielle pour l’accomplissement du Programme de développement durable à l’horizon 2030, l’autonomisation économique des femmes ouvre une voie directe vers l’égalité entre les sexes, l’élimination de la pauvreté et une croissance économique inclusive.

Aline ASSANKPON


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page