Flash Infos:

Chloroquine: l’arrêt de la prescription pour les formes graves à l’hôpital recommandé


425 Vues

Ph: DR-le Haut conseil de la santé publique recommande de limiter son utilisation aux essais cliniques déjà autorisés.

Au vu des dernières études parues sur l’hydroxychloroquine et des risques qu’elle comporte pour les malades du Covid-19, le Haut conseil de la santé publique recommande de limiter son utilisation aux essais cliniques déjà autorisés.

Saisi samedi par Olivier Véran, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) s’est prononcé ce mardi sur l’usage de la chloroquine dans le traitement du Covid-19. Le HCSP va rendre un avis défavorable sur ce traitement et ses dérivés, comme l’hydroxychloroquine. L’institution recommande de limiter son utilisation aux essais cliniques déjà autorisés, en analysant a chaque fois le rapport bénéfice/risque, a appris BFMTV confirmant une information d’Europe 1.

Actuellement, la France restreint l’usage de l’hydroxychloroquine à l’hôpital uniquement et seulement pour les cas graves sur décision collégiale des médecins. En pratique, l’avis du HCSP devrait mener à arrêt de la prescription pour ces formes graves à l’hôpital, et au maintien de l’interdiction en médecine de ville.

Inquiétudes autour des risques cardiaques

Le ministre de la Santé s’était adressé au Haut conseil de la santé publique après la parution, dans la revue scientifique The Lancet, d’une étude pointant l’inefficacité et les risques cardiaques de l’hydroxychloroquine pour ces patients – étude vivement contestée par le professeur Didier Raoult, principal défenseur de ce traitement.

La molécule, dérivée de l’antipaludéen chloroquine, connaît depuis fin février une notoriété inédite depuis que l’infectiologue de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) à Marseille, a relayé une petite étude chinoise, peu détaillée, affirmant que le phosphate de chloroquine montrait des signes d’efficacité chez des patients atteints de SARS-CoV2.

Mais depuis, au-delà de l’étude de The Lancet, deux autres études, une chinoise et une française, publiées la semaine dernière, ont cependant constaté que l’hydroxychloroquine ne réduisait pas significativement les risques d’admission en réanimation ni de décès chez les patients hospitalisés avec une pneumonie due au Covid-19. (bfmtv.com)

https://www.bfmtv.com/sante/chloroquine-l-arret-de-la-prescription-pour-les-formes-graves-a-l-hopital-recommande-1920744.html?xtor=EREC-13-[NL-BFMTV]-20200526


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page